La myrmécologie vaudoise

Le canton de Vaud a la chance de pouvoir compter sur une longue tradition en myrmécologie (la science qui étudie les fourmis), d’Auguste Forel (1848-1931) au pôle de compétence de renommée internationale constitué aujourd’hui des équipes de recherche actives au Département d’Ecologie et d’Evolution de l’Université de Lausanne et au Musée cantonal de zoologie de Lausanne.
  • Auguste Forel (Morges, 1848 – Yvorne 1931)
  • Carlo Emery (Naples, 1848 – Bologne 1925)
  • Félix Santschi (Bex, 1872 – Lausanne 1940)

Ces trois chercheurs ont des parcours de vie ont tous les trois étudié la médecine avant de poursuivre leur recherche sur les fourmis.

Le plus connu et célèbre demeure Auguste Forel. Il a d’ailleurs été honoré en figurant pendant un certain nombre d’années sur les billets de 1000 francs suisses. Passionné dès son jeune âge par les fourmis, il jura de devenir le successeur de Pierre Huber, naturaliste et myrmécologue genevois (1750-1831) dont le  livre « Recherches sur les moeurs des fourmis indigènes » (publié en 1810) l’impressionna fortement. Au cours de sa vie, Forel décrivit plus de 3500 espèces et variétés de fourmis, et publia plus 250 travaux dont le fameux « Monde social des fourmis » en 5 volumes. Sa collection de fourmis de la Suisse se trouve au Musée cantonal de zoologie de Lausanne alors que sa grande collection fut vendue au Muséum d’histoire naturelle de Genève.

Carlo Emery, contemporain de Forel, passa sa jeunesse à Prilly avant de suivre ses parents vaudois en Italie, d’y étudier et d’y devenir professeur de zoologie à l’Université de Bologne. Emery et Forel entretinrent des rapports chaleureux tout au cours de leurs vies. Emery décrira plus de 1000 espèces de fourmis et publiera plus de 300 travaux originaux. Sa collection se trouve au Muséum d’histoire naturelle de Gênes. Comme Forel, il subit une attaque d’apoplexie et se retrouva paralysé du côté droit, il apprit alors à écrire et dessiner de la main gauche!

Félix Santschi commença à travailler au Musée cantonal de zoologie à Lausanne où il fut remarqué par Edouard Bugnion (beau-frère d’Auguste Forel), alors professeur d’anatomie à la Faculté de médecine. Ce dernier le prit sous son aile et lui permit de faire des études complètes de médecine. Ne pouvant exercer en Suisse car il n’avait pas obtenu sa maturité fédérale, Félix Santschi devint le premier médecin étranger à Kairouan en Tunisie. Il y soigna la population locale tout en étudiant les fourmis, et particulièrement leurs capacités de navigation. Il publia plus de 180 travaux sur la systématique des fourmis et sa grande collection se trouve aujourd’hui au Muséum d’histoire naturelle de Bâle. En compagnie de Forel et Bugnion il fera un voyage mémorable en Amérique du Sud en 1896.