Portraits de collecteurs

Nous avons demandé à quelques collecteurs d’Opération Fourmis de nous parler un peu d’eux…

Si vous souhaitez aussi partager votre expérience, n’hésitez pas à remplir notre petit questionnaire et à nous le renvoyer à contact@fourmisvaud.ch.

Collector_0600 - Maud, 32 ans

J’ai découvert Opération Fourmis par… le bouche à oreille à l’Université de Lausanne

Mon conseil de collecte est de… faire une randonnée et/ou une promenade et de soulever une souche/un caillou de temps en temps en s’éloignant un peu du chemin balisé. De plus, certaines fourmilières sont directement visible depuis le bord des chemins. Et être bien attentif lors de la pause pique nique, quelques curieuses viennent souvent récupérer les miettes…

Une anecdote de terrain… mis à part les fois où j’avais l’impression de voir des fourmis partout, mais que j’avais oublié mes tubes, rien d’exceptionnel. Passionnée par les insectes en général, j’en profitais pour observer d’autres individus (et faire de beau clichés).

Les fourmis, c’est… trop mignon, « intelligent », ordonné, un peu embêtant quand c’est dans la maison.

A part chercher des fourmis, j’aime… les insectes en général, randonner, le beau temps, les sports de plein air, la photo.

Collector_0119 - Francis, 59 ans

J’ai découvert Opération Fourmis par… le bulletin de la Société Vaudoise des Sciences Naturelles.

Mon conseil de collecte est de… collecter en faisant des sorties VTT, course à pieds ou randonnée : pour éviter papier et crayon, j’avais l’application FlorApp qui me permettait de localiser et d’enregistrer avec remarques mes petites bestioles.

A part chercher des fourmis, j’aime… la Vie et le Minéral !

Les fourmis, c’est… une remise en question perpétuelle.

Une anecdote de terrain… en trekking à la Réunion ces dernières semaines, j’ai cherché des fourmis et je suis tombé sur une espèce volcanique très spéciale:

Collector_0075 - Annemieke

J’ai découvert Opération Fourmis par… je ne me souviens plus comment j’ai découvert Opération Fourmis, probablement par la presse en ligne et juste avant le lancement du projet. Ce projet m’a plu toute de suite et je n’ai pas hésité à demander mon premier kit.

Mon conseil de collecte est de… le plus facile est de les collecter sur un dôme de fourmis que l’on trouve partout dans les forêts : elles montent sur la paille qu’on leur tend, et c’est facile de les plonger ensuite dans l’alcool. Ces fourmis de forêt sont assez fortes et parfois elles attrapent le bord du tube avec leurs mâchoires et c’est quasiment impossible de les détacher. Ma méthode préférée : chercher la fourmi rare (dans un arbre, dans un nid enfoui dans la terre, dans un tronc d’arbre mort) et de l’attraper avec une pince souple à insectes. Avec cette pince, j’arrive à capturer même les fourmis les plus petites. Je n’ai pas encore trouvé de solution pour les fourmis qui courent très vite, ça reste un défi !

Une anecdote de terrain… une des premières fois où je suis partie à la chasse aux fourmis avec des amis, nous avons trouvé des fourmis oranges, toutes petites (Lasius flavus), cachées sous l’écorce d’un arbre abattu. Ce n’était pas facile de les collecter à cause de leur taille et elles étaient même emportées par le vent, une fois dans nos mains. Il allait donc fouiller un peu pour collectionner les 10 fourmis demandées. En retournant l’arbre pour en trouver d’autres, nous avons eu un choc : un gros serpent était caché, heureusement encore bien endormi.

J’ai beaucoup aimé trouver de petites fourmis jaunes qui avaient caché l’entrée de leurs tunnels sous une feuille, celle-ci était collée dans le sable. Cela avait l’air bien ingénieux.

Une autre surprise a été de voir de toutes petites fourmis sortir des anneaux de croissance d’un banc en bois dans la forêt alors que je pique-niquais. Il n’y en avait pas beaucoup et il fallait attendre chaque fois que la prochaine sorte d’un trou. A la fin je n’en voyais plus. J’ai appris par la suite que cette espèce est Leptothorax acervorum et que ses colonies ne contiennent pas beaucoup d’individus. J’espère ne pas avoir mis toute la colonie dans le tube !

Les fourmis, c’est… un groupe d’espèces aux apparences et aux comportements très variés. On les trouve presque partout si on prend le temps de chercher. Je suis ravie à chaque fois de découvrir quelque chose de nouveau.

A part chercher des fourmis, j’aime… les randonnées en montagne, je pensais ainsi être dans une situation parfaite pour trouver des fourmis à des endroits un peu moins prospectés. Côté professionnel : j’ai travaillé pendant des années en recherche en biologie et actuellement je travaille comme éditrice scientifique pour un important projet de recherche européen.

Collector_0038 - Cloé 2 ans, Anouk 4 ans et Lucile 6 ans

On a découvert Opération Fourmis par… notre papa qui a lu dans un journal (Allez savoir) qu’on pouvait ramasser des fourmis pour savoir leur nom de famille. Alors on a cherché toutes les fourmis qui habitent notre jardin.

Notre conseil de collecte est de… prendre un brin d’herbe ou un Q-tips et ensuite les mettre dans la boîte avec l’alcool.

Une anecdote de terrain… en soulevant un cailloux nous avons trouvé une fourmilière et on a même mis un œuf de fourmi dans la boîte. Si les fournis nous piquent après nous on les enferme dans la boîte.

Les fourmis, c’est… cool ça va partout et ça a beaucoup de force.

A part chercher des fourmis, on aime… dessiner des princesses, se promener jouer avec nos copines et aller à l’école

Collector_0275 - Cyril, 40 ans

J’ai découvert Opération Fourmis par… le biais du Canton par une information de la Direction générale de l’environnement.

Mon conseil de collecte est de… ouvrir l’œil et utiliser des gants.

Une anecdote de terrain… lors des grosses collectes (plusieurs dizaines de nids à la suite), j’ai opté pour prendre les fourmis directement avec les doigts, cela s’est révélé beaucoup plus rapide pour les mettre en éprouvette. Par contre, j’avais oublié les conséquences de l’acide formique. Résultat des courses : après deux jours, j’ai eu le bout du pouce et de l’index qui ont pelé. Raison pour laquelle je recommande vivement des gants en vinyle!

Les fourmis, c’est… un héritage. Lorsque j’ai repris le triage forestier en 2012, mon prédécesseur m’a présenté une petite forêt où il suivait l’évolution des fourmilières depuis quelques années.

A part chercher des fourmis, j’aime… rester actif dans une multitude de domaines…

Collector_0437 - Marlène, 57 ans

J’ai découvert Opération Fourmis par… hasard ! En effet, travaillant à l’EPFL je recevais régulièrement les promo de la société vaudoise des sciences naturelles (que j’affiche dans notre labo) qui ont parlé de cette action. J’ai mis du temps à me décider. C’est en voyant la date limite et mes vacances approchant que je me suis manifestée.

Mon conseil de collecte est de… en ce qui me concerne, j’ai opté pour ma région de promenade de prédilection : l’entourage de la Venoge entre Bussigny et Echandens/Bremblens. Je voulais trouver des espèces différentes dans un territoire le plus petit possible. Je pense avoir trouvé 4 sortes de fourmis différentes. Personnellement, j’étais contente d’obtenir des conseils (n’ayant jamais chassé la bête). Le pinceau a été le plus efficace.

Une anecdote de terrain… j’ai été frappée par le fait que finalement des fourmis il n’y en a pas partout (se raréfieraient-elle aussi ?) contrairement à ce que je pensais. Fourmi n’est pas fourmi. Toutes les espèces n’ont pas un comportement identique à la traque. Certaines sont extrêmement timides et fuient, d’autres attaquent carrément et vous attrapent. Mon pinceau s’est vu agrippé de façon musclée… allez mettre la bestiole dans son tube quand ses mandibules sont fermement cramponnées… pas si simple.

Les fourmis, c’est… pas là ou en nombre. Une porte d’entrée à un monde minuscule et passionnant à observer. Grouillant, affairé, laborieux, leste et rapide et parfois insaisissable.

A part chercher des fourmis (je l’ai surtout fait pour votre action), j’aime… explorer les cuisines du monde, lecture, couture/confection, balades, cinéma et musique (pop, rythm’n’blues, soul de préférence), bricolages divers et du fit pour se maintenir en forme.

Collector_0225 - Louise, 22 ans

J’ai découvert Opération Fourmis par… mon copain qui travaille pour le projet.

Mon conseil de collecte est de… chercher des nids de fourmis sous des cailloux, dans la forêt ou dans un jardin. Ma technique pour capturer les fourmis est à mains nues!

Une anecdote de terrain… quand nous chassions des fourmis dans une lisière, nous avons découvert des fourmis chasseuses qui grimpaient sur des feuilles d’arbres.

Les fourmis, c’est… une grande famille pleine de surprises!

A part chercher des fourmis, j’aime… j’aime me balader dans la nature.

Collector_0036 - Roland, 61 ans

J’ai découvert Opération Fourmis par… le journal 24heures.

Mon conseil de collecte est de… partout où je me promène, à pied, à vélo et même en voiture, je regarde sous les pierres, sous la mousse, sous les écorces et où il y a des monticules de terre.

Une anecdote de terrain… j’étais avec mes petits-enfants accroupis près d’une fourmilière quand un paysan nous a demandé si nous cherchions des morilles. Quand je lui ai expliqué ma recherche, il nous a emmené vers une magnifique fourmilière géante qui a ravi mes petits-enfants.

Les fourmis, c’est… assez fascinant quand on les regarde de tout près. Chaque fourmilière est un monde où l’organisation est réglée de manière impressionnante. En très peu de temps, lorsque les fourmis sont dérangées, elles filent avec leurs œufs se cacher, et si l’on est pas assez lestes, il n’y a plus personne!

A part chercher des fourmis, j’aime… lire des BD et des romans, faire du vélo, de la course à pied et de la natation, et aller au ciné.