Où chercher?

Les fourmis sont présentes dans tous les types de milieux (prés et prairies, forêts, marais, zones agricoles, jardins, habitations, etc.). Pour trouver une grande diversité d’espèces, il est intéressant de visiter le plus possible d’endroits différents : lieux ensoleillés, rochers, lisières, chemins, talus, jachères, forêts chaudes et ensoleillées, zones humides, etc…

La fourmilière est le nid dans lequel vit la société de fourmis. Selon les espèces, il peut s’agir de constructions élaborées ou d’un simple abri naturel. La majorité des espèces de fourmis aiment la chaleur et installent leurs fourmilières dans des micro-habitats favorables.

Nous vous en donnons ici quelques exemples:

Nid dans la terre

La majorité des fourmis font des nids très discrets, simplement creusés dans la terre. Certaines ont même un mode de vie complètement souterrain, les ouvrières ne venant pas à la surface du sol. On ne les trouve dons pas si on ne creuse pas la terre.

Dans les milieux ouverts, ces nids se signalent parfois en surface par la présence de petits cônes de terre ou de sable excavé qui entourent l’entrée des galeries. On peut parfois voir les fourmis entrer et sortir de leur nid par ces ouvertures.

Nid sous les pierres

Beaucoup de fourmis profitent des pierres plates, écorces tombées au sol, tôles abandonnées, dalles de terrasse pour installer leur colonie juste en dessous. Ces structures offrent un abri contre les intempéries, et constituent un « capteur solaire » qui se réchauffe au soleil, offrant de bonnes conditions de température pour la croissance des larves. En soulevant délicatement les pierres plates et écorces au sol, on peut trouver des colonies de fourmis.
Dômes de terre dans les herbes

Plusieurs espèces construisent un petit dôme de terre fine pris dans la végétation. Selon la taille de la société, il peut mesurer quelques centimètres à peine ou atteindre 20-25 cm de haut. Ces dômes se distinguent des « taupinières » par la finesse de la terre et la végétation qui pousse au travers. Ils sont particulièrement visibles quelques jours après la pluie, les fourmis profitant de l’ameublissement de la terre pour élever le dôme. Pendant les périodes sans pluie, ils s’affaissent et deviennent plus discrets.
Dômes de terre recouverts de végétation rase et dense

Chez certaines espèces, la végétation envahit peu à peu le dôme de terre, les racines des plantes assurant la solidité du nid. Il y a souvent du thym serpolet et des plantes basses qui poussent sur le nid. Ce type de dôme est typique des pâturages et s’observe souvent sous les barrières – une zone protégée des vaches et des machines agricoles.
Dômes faits de matériel végétal

Ce sont les fourmis des bois (Formica sous-genre Formica) et quelques espèces proches (Formica sous-genre Coptoformica) qui construisent ce type de nid. Le dôme est constitué d’éléments végétaux (aiguilles de conifères, petites branchettes, tiges d’herbes sèches, petits copeaux de bois, enveloppes de bourgeons foliaires, etc.) mêlés à de la terre. Les fourmis des bois se trouvent le plus souvent en forêt ou en lisière, les Coptoformica sont plutôt dans les prairies d’altitude.
Bois mort, souches, cavités dans les arbres
Quelques espèces s’installent dans les souches ou les troncs d’arbres morts au sol. Ces fourmis creusent le bois pour aménager des galeries et des chambres où elles vivent, mais ne mangent pas le bois.

D’autres profitent de la présence d’une cavité au centre d’un tronc d’arbre, même encore debout, pour installer leur colonie. Elles peuvent aménager la cavité en utilisant une sorte de « carton » constitué de sciure de bois et de miellat qu’elles mélangent pour former un matériau de construction. Ces nids « cartonnés » apparaissent parfois au grand jour quand l’arbre est abattu.

La présence de fourmis dans le bois se manifeste par la présence de petits tas de sciure à l’extérieur provenant de leurs activités.

Dans les arbres
Plusieurs espèces de fourmis vivent exclusivement dans les arbres, installant leurs colonies dans des galeries creusées par d’autres insectes, dans des branches creuses ou sous l’écorce. Ce sont souvent de vieux arbres, et plutôt des feuillus (chênes, châtaigniers, noyers, arbres fruitiers) qui sont habités. Il est difficile de trouver ces nids. Ce sont plutôt les ouvrières, en chasse sur les branches, qui peuvent être collectées.
Mini-cachettes
Certaines fourmis de petite taille et formant des colonies avec seulement quelques dizaines ou centaines d’individus s’installent parfois dans des glands creux, des noix, des noisettes évidées, de vieilles châtaignes, des coquilles d’escargot vides ou des branches creuses tombées au sol.
Fentes de rochers/maçonnerie/murets
Quelques fourmis affectionnent les milieux minéraux, s’installant dans les fentes des murs et murets en pierre ou maçonnés, dans des fissures de rochers, parmi des tas de cailloux.
Parasites
Ce sont les fourmis les plus difficiles à trouver. Une dizaine d’espèces vivent exclusivement dans les nids de leur hôte. C’est en trouvant la fourmilière de l’hôte qu’on peut parfois découvrir ces parasites, qui ne sont toutefois présents que dans une petite proportion des colonies de leur hôte potentiel.