Multinationales: je vous aime, moi non plus

Flash-éco 07, du 17 mai 2020

Qu’est-ce qu’une multinationale?

C’est une entreprises avec unités de production dans au moins trois pays. Critères:

  • détient un actif intangible: brevets, modèles, marques, droits d’auteur, logiciels, bases de données, permis miniers, quotas sucriers, laitiers, d’importation, autorisations d’exploiter (pharmacies, grandes surfaces, atterrissages) soit un avantage compétitif transférable à l’étranger;
  • délocalise la production, se rapproche de la demande finale, choisit en fonction du coût;
  • externalise ses activités selon les opportunités.

Poids mondial des multinationales

Essor dès 1990 (8 puis 35% du PIB mondial). Explosion dès 2008 (3 fois plus vite que le commerce mondial). 2019, 80 000, (840 000 filiales), 80 millions de salariés, 2/3 du commerce mondial.

Excroissance GAFAM[1] plus puissante que les Etats, clients captifs par milliards, capitalisation boursière en milliers de milliards, liquidités financières surabondantes

Facteurs déclenchants

1990: conversion mondiale au libéralisme, ouverture de la Chine, privatisation d’internet, crise internet et immobilière (1998 – 2000), extra-territorialité états-unienne sur l’autoroute du post-libéralisme et du dollar, globalisation de la finance libéralisée, privatisation des mouvements spéculatifs, essor des paradis fiscaux ; avec la crise de 2008 : technologie financière.

Avantages comparatifs

Rentabilité, optimalisation des processus, pôles d’innovation, attractivité pour les cerveaux, captation des flux financiers, prépondérance des centres off-shore défiscalisés (profits non rapatriés : 3 mille milliards), mondialisation, déréglementation.

Vision locale et globale, souplesse adaptative, alliances et mandats, anticipation et gestion des crises (localisation – délocalisation), lobbying politique, capitalisme cognitif.

Les multinationales en Suisse

Je vous aime….[2]

  • 25.500 multinationales (5% des 580.000 entreprises). 14.000 suisses, 11.500 filiales d’étrangères (majorité Etats-Unis, Allemagne, France) dont 20 % administratives ou écrans.
  • 25 – 30 % de l’emploi créé; emploi direct: 1.3 millions de personnes (Suisses : 850.000) : 1 emploi sur 4, (emplois indirects : multiplier par 2) ; les PME suisses sont majoritairement connectées aux multinationales et donc mondialisées.
  • 40% du PIB des cantons de Genève et de Vaud.
  • Impacts économique, pédagogique, social déterminants (grandes écoles, collèges privés, tourisme, sports, rentrées fiscales), réseautage mondial.

Moi non-plus

  • Déséquilibre des prix (logements, scolarités).
  • Volatilité systémique selon: stabilité, sécurité, ressources technologiques et financières, équivalences administratives (Union Européenne, Etats-Unis, Chine).
  • Implantations à l’arrêt: immobilisme politique, menaces institutionnelles (OCDE, UE), contestation idéologique, équivalences, concurrence fiscale des places off-shore (Zone Euro, Etats-Unis).

Conclusion

Une chance dans la récession 2020 et la transition écologique, besoin criant de justice fiscale et de respect de la personne et de l’Etat.

Dernière minute

Sanofi-France, qui dit prioriser les Etats-Unis pour un vaccin anti-Covid19, montre la piste: travailler avec et pas contre les multinationales, mais pas à n’importe quelles conditions.

Jean-Marie Brandt, dr ès sciences économique et en théologie

[1] Google, Apple, Facebook, et Amazon. Microsoft, fondé par Bill Gates, un des philanthropes les plus riches du monde, se sentant mis de côté, on a ajouté son initiale (GAFAM, Big five). En concurrence avec les BATX chinois : Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi

[2] Voir Swissinfo 28 août 2018