Ondes et méditation? Pourquoi pas

Civiliste à Connaissance 3 de janvier à juin 2019, Lucas Jemelin participe à certaines conférences,dans le cadre de ses tâches d’information et d’accompagnement des seniors. Il en retire pour nous une chronique, fruit de ses pensées et de ses réflexions autour des sujets traités. Voici ses impressions.

«Les arbres en lien avec l’univers»

Chablais, Aigle – 08.03.2019 – Conférence de Ernst Zürcher, professeur honoraire ès sciences du bois HES Berne

La Boquila Trifoliolata est une liane d’Amérique latine aux aspects singuliers. En effet, cette plante modifie la forme, la taille, l’orientation ou la couleur de ses feuilles en fonction de l’arbre auquel elle grimpe. Cette particularité met en lumière un échange incontestable d’informations entre végétaux, procédé dont on ne saisit parfois pas toutes les mécaniques. Si la dissémination ou la production de gaz par les êtres organiques à des fins de communication sont scientifiquement reconnues dans ce domaine, certains chercheurs évoquent, par ailleurs, des interactions à travers les ondes.

Lorsque M. Ernst Zürcher, intervenant lors d’une conférence à Aigle, évoque la «résonnance de Schumann», une foule d’interrogation se succèdent dans ma tête. Ce professeur nous explique qu’il s’agit d’une onde émise constamment par la Terre (en raison d’une différence de potentiel électrique entre le noyau terrestre et l’atmosphère) à une fréquence d’environ 7,8 Hertz, tandis que la fréquence des ondes qui circulent dans notre cerveau se situe entre 20 et 30 Hertz. A travers la méditation, ou certaines drogues selon les cultures, ce rythme peut être ralenti afin de se rapprocher de la fameuse fréquence et permettrait ainsi d’entrer en forme de communion avec la Terre.

Étrange communication que voilà. Tout ceci ne rime à rien de ce que j’ai appris à l’école. Cette idée que je peine à m’imaginer doit-t-elle se limiter à une hypothèse farfelue?

Cependant, à mesure que j’y réfléchis, une part de moi semble m’indiquer qu’il ne faut pas refouler si rapidement de telles théories. Un genre de communication par les ondes expliquerait tellement de récits de moines qui passent leurs journées à méditer ou de personnes qui préfèrent marcher pieds nus dès qu’ils le peuvent. Sans oublier cette chère Boquila Trifoliolata.

On ne cesse de nous répéter que le monde physique cache encore tant de secrets. Cependant, mon esprit cartésien ne semble toujours pas souhaiter se résoudre à tenir compte de telles hypothèses. Peut-être qu’un lâcher-prise de ce que je crois comprendre, enlever mes chaussures plus régulièrement et quelque peu de méditation me permettrait de trouver certaines des réponses à mes questions.

Qui ne tente rien n’a rien.

Lucas Jemelin