Les nouveaux collaborateurs du Centre informatique

Faites connaissance avec nos collègues récemment engagés.

© Bazuzzza | Dreamstime.com

Collaborateurs

Olivier Alves, analyste développeur

Quel chemin vous a mené au Ci ?
Après un passage au CERN et un détour par le monde de la finance j’avais besoin de retourner à un monde de science et de création, le service informatique de l’UNIL m’est alors apparu comme une évidence.

L’UNIL, c’est quoi pour vous ?
Un endroit où j’espère pouvoir créer, évoluer et atteindre mon plein potentiel d’ingénieur en informatique !

Qu’est-ce qui vous a donné envie de postuler au Ci ?
La possibilité de travailler dans un environnement aussi impressionnant et intéressant que l’UNIL, ainsi que la vision d’avenir que proposaient les personnes qui offraient ce travail.

Quel sera votre job ?
Je fais partie de l’équipe de développement des solutions métiers. Je serai donc amené à travailler sur divers outils qu’utilisent au quotidien de nombreux membres de l’université. Nous reconstruisons à l’heure actuelle une toute nouvelle architecture qui devra tenir quelques années et prendre en charge les applications informatiques de l’UNIL. C’est un super chantier et j’ai hâte de voir ce que ça donnera une fois terminé !

Que souhaitez-vous apporter à l’équipe ?
Je souhaite apporter un nouveau souffle, mes compétences ainsi qu’une nouvelle vision de l’informatique… Et une bonne dose d’humour et de joie de vivre 😀

Pourquoi avez-vous choisi une profession en rapport avec l’informatique ? Hasard, passion ou mélange des deux ?
L’informatique a toujours été ma passion… depuis tout petit ! J’ai toujours su que je voulais en faire mon métier malgré tous les obstacles de la vie… je suis fier d’avoir réussi !

« Pour moi un ordinateur a toujours été une bicyclette de l’esprit. Quelque chose qui nous transporte loin au-delà de nos propres capacités. » En s’inspirant de cette citation de Steve Jobs, quelles nouvelles formes imaginez-vous que l’ordinateur va prendre ces prochaines années, pour nous mener où ?
Je pense qu’à terme l’ordinateur ne fera qu’un avec l’humain, il « disparaîtra » complètement pour n’être au final qu’une extension de chacun de nous. À nous maintenant de savoir comment gérer et appréhender ce changement qui reste à venir.

« La vie privée, une anomalie ». Que pensez-vous de cette assertion provocatrice de Vint Cerf, considéré comme l’un des pères fondateurs d’Internet actuellement « Chief Internet Evangelist » chez Google ?
D’une certaine façon il a un peu raison, la vie privée n’est pas un concept si vieux… Néanmoins, c’est un concept qui a grandi qui est maintenant encré profondément en chacun de nous. Le vrai problème vient du fait qu’Internet a chamboulé tout ceci, les gens fournissent (consciemment ou non) leurs informations à de très nombreuses entités sans vraiment savoir comment elles sont utilisées. Bien trop peu comprennent que si un service est gratuit l’utilisateur en est la marchandise… C’est pour cela qu’il est grand temps que le public prenne conscience qu’Internet est un endroit où la vie privée est primordiale, tant au niveau du créateur de service que de l’utilisateur. C’était peut-être une anomalie il y a des siècles de cela… mais plus maintenant.

« I think that computers have complicated lives very greatly […] The whole age of [the] computer has made it where nobody knows exactly what’s going on.” (Donald Trump, fin 2016). Trouvez-vous que l’informatique a compliqué ou simplifié nos vies ?
Le plus gros problème de l’être humain c’est le changement. L’informatique a apporté un tel changement qu’elle est incomprise par la plupart des personnes qui n’ont pas pris le train en marche et qui du coup ne comprennent pas ce qu’il se passe. Je suppose que le même problème est apparu au temps de la révolution industrielle qui a dû opposer les grandes usines aux petits artisans. Donc non, je ne pense pas que l’informatique complique la vie, au contraire ! Qui aurait imaginé pouvoir communiquer avec une personne à l’autre bout du monde en quelques secondes ? Ou avoir toute sa collection de films dans la poche ? Ou encore, pouvoir travailler depuis n’importe où comme si on était au bureau ? Tout ceci est possible grâce à l’informatique et je pense simplement que ce cher monsieur Trump est dépassé 🙂

Il paraît qu’il y a une vie en dehors du travail… un témoignage ?
Il existe bel et bien une vie en dehors du travail, bien que celui-ci prenne une grosse partie de la journée de chacun. Il est primordial de trouver un endroit et un travail qui nous rendent heureux afin qu’il n’y ait plus une vie « en dehors » du travail, mais tout simplement une vie. Le travail devient donc un moyen de se réaliser en tant qu’être humain au même titre qu’un hobby. Afin de pouvoir vivre en société, tout le monde doit mettre sa pierre à l’édifice. Maintenant, il est aussi fondamental de réussir à équilibrer le travail et le reste des activités afin de pouvoir être heureux tout au long de la journée !


Cédric Duret, analyste développeur

Quel chemin vous a mené au Ci ?
Il faudrait décrire tout son parcours de vie depuis des années pour répondre correctement ! Alors pour résumer : Un concours de circonstances comme souvent : Un contexte professionnel, un souhait de changer, une démarche personnelle et la découverte d’une annonce décrivant un poste très intéressant. Les réponses aux deux questions suivantes en argumenteront le choix.

L’UNIL, c’est quoi pour vous ?
« L’éducation est votre arme la plus puissante pour changer le monde. » Nelson Mandela
L’UNIL c’est une concentration du savoir.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de postuler au Ci ?
Des projets, un cadre exceptionnel, des collègues sympas, la proximité…

Quel sera votre job ?
Spécialiste technique SAP.

Que souhaitez-vous apporter à l’équipe ?
Bonne humeur et technique.

Pourquoi avez-vous choisi une profession en rapport avec l’informatique ? Hasard, passion ou mélange des deux ?
Le hasard je n’y crois pas, une passion, pas vraiment. C’est une profession intéressante, qui évolue vite. Appréciant le changement et ne supportant pas la routine ça me correspond assez bien.

« Pour moi un ordinateur a toujours été une bicyclette de l’esprit. Quelque chose qui nous transporte loin au-delà de nos propres capacités. » En s’inspirant de cette citation de Steve Jobs, quelles nouvelles formes imaginez-vous que l’ordinateur va prendre ces prochaines années, pour nous mener où ?
Il prend progressivement la forme de tous les objets de notre vie quotidienne. L’ordinateur s’installe partout et très vite… Souvent génial quand il accompagne la recherche médicale par exemple… Mais parfois avec des dérives.

« La vie privée, une anomalie ». Que pensez-vous de cette assertion provocatrice de Vint Cerf, considéré comme l’un des pères fondateurs d’Internet actuellement « Chief Internet Evangelist » chez Google ?
Heureusement qu’il nous reste quelques « anomalies », qu’il existe encore la possibilité de débrancher !

« I think that computers have complicated lives very greatly […] The whole age of [the] computer has made it where nobody knows exactly what’s going on.” (Donald Trump, fin 2016). Trouvez-vous que l’informatique a compliqué ou simplifié nos vies ?
Notre quotidien a été simplifié, c’est sûr. On a gagné un temps incroyable grâce à l’informatique.

Il paraît qu’il y a une vie en dehors du travail… un témoignage ?
Qu’une seule ?


Philippe Jacquet, data scientist

Quel chemin vous a mené au Ci ?
En 2018, j’ai travaillé comme data scientist dans le cadre du projet CADMOS, qui est une collaboration UNIL, UNIGE et EPFL dont le but principal est d’offrir du support pour l’optimisation de codes HPC et pour le développement de pipelines d’analyse de big data (en utilisant des algorithmes de machine learning). A la fin de ce projet, l’UNIL a décidé de mettre en place un tel service, appelé division calcul et soutien à la recherche (DCSR), pour ses collaborateurs. J’ai rejoint ce service au mois de mars 2019 en tant que data scientist.

L’UNIL, c’est quoi pour vous ?
Un lieu où j’ai le plaisir de travailler avec des gens formidables et où j’ai la possibilité de transmettre mes connaissances.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de postuler au Ci ?
La division calcul et soutien à la recherche étant intégrée au Ci, mon poste y était automatiquement rattaché.

Quel sera votre job ?
En tant que data scientist, je vais aider les chercheurs de l’UNIL provenant de toutes les facultés à mettre en place des pipelines d’analyse de big data (en utilisant des algorithmes de machine learning) et à les faire tourner sur les nouveaux clusters de l’UNIL.

Que souhaitez-vous apporter à l’équipe ?
Mes compétences scientifiques, techniques et humaines.

Pourquoi avez-vous choisi une profession en rapport avec l’informatique ? Hasard, passion ou mélange des deux ?
J’ai toujours été passionné par la science et j’ai eu la chance de faire un doctorat à l’UNIGE en physique théorique. Par la suite, une opportunité s’est présentée de faire de la bioinformatique, et j’ai travaillé comme bioinformaticien pendant 6 ans. Le côté informatique de ce travail m’a plu et je travaille à présent comme data scientist où j’utilise la modélisation mathématique et l’informatique.

« Pour moi un ordinateur a toujours été une bicyclette de l’esprit. Quelque chose qui nous transporte loin au-delà de nos propres capacités. » En s’inspirant de cette citation de Steve Jobs, quelles nouvelles formes imaginez-vous que l’ordinateur va prendre ces prochaines années, pour nous mener où ?
L’intelligence artificielle va probablement encore beaucoup se développer et être présente au peu partout dans nos vies : il faudra des ordinateurs adaptés pour réaliser toutes sortes de smart-quelque chose (smart-car, smart-home…).

« La vie privée, une anomalie ». Que pensez-vous de cette assertion provocatrice de Vint Cerf, considéré comme l’un des pères fondateurs d’Internet actuellement « Chief Internet Evangelist » chez Google ?
Je ne suis pas d’accord. Je pense que c’est une question de société de déterminer la part de vie privée, et que la technologie n’est qu’une contrainte. Bien qu’Internet nous permette de raconter notre vie, chacun devrait avoir la possibilité de conserver une part de vie privée et la technologie devrait en offrir la possibilité.

« I think that computers have complicated lives very greatly […] The whole age of [the] computer has made it where nobody knows exactly what’s going on.” (Donald Trump, fin 2016). Trouvez-vous que l’informatique a compliqué ou simplifié nos vies ?
Je pense que les ordinateurs nous permettent aujourd’hui d’automatiser beaucoup de choses et ainsi nous rendent la vie plus simple (une fois l’installation terminée et tous les bugs corrigés). D’un autre côté, les ordinateurs nous ont permis de mettre en place des systèmes extrêmement complexes qui finissent à ressembler à des boîtes noires. Au moindre pépin, c’est la catastrophe ! Dans ce sens-là, je pense que l’informatique a compliqué nos vies.

Il paraît qu’il y a une vie en dehors du travail… un témoignage ?
Oui, je pense qu’une vie heureuse ne peut pas se résumer au travail. La famille, les amis et les hobbies permettent de nous sentir équilibrés.


Celia Lopez, secrétaire

Quel chemin vous a mené au Ci ?
L’envie de rejoindre, à nouveau, le milieu académique que j’affectionne tout particulièrement, combiné à mon intérêt pour le domaine de l’informatique.

L’UNIL, c’est quoi pour vous ?
Un environnement stimulant, créatif et dynamique qui permet d’élargir la vision sur le monde qui nous entoure.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de postuler au Ci ?
Premièrement, l’envie de faire partie d’un important service dont la mission est de fournir des outils et des services à la communauté universitaire. Et deuxièmement, parce que le poste proposé correspond à ce que je cherchais et à ce que je sais faire.

Quel sera votre job ?
Mon rôle sera d’assurer l’administration RH du Centre informatique. Pour cela je serai à votre disposition afin de répondre à toute question liée à cette thématique. Également, assurer l’assistance administrative des responsables des divisions et de manière plus générale, collaborer à la gestion administrative du Ci.

Que souhaitez-vous apporter à l’équipe ?
En quelques mots : soutien, service, positivité, solutions.
Et de temps à autre, des petites douceurs faites maison à partager

Pourquoi avez-vous choisi une profession en rapport avec l’informatique ? Hasard, passion ou mélange des deux ?
Inutile de trouver de revues d’informatique sur ma table de chevet… mais, étant curieuse et ouverte aux nouvelles technologies, qui sait, je pourrais être contaminée par le virus informatique…

« Pour moi un ordinateur a toujours été une bicyclette de l’esprit. Quelque chose qui nous transporte loin au-delà de nos propres capacités. » En s’inspirant de cette citation de Steve Jobs, quelles nouvelles formes imaginez-vous que l’ordinateur va prendre ces prochaines années, pour nous mener où ?
Vu le chemin parcouru depuis les années 40 où les premiers ordinateurs pouvaient occuper 176m2 et peser jusqu’à 30 tonnes, la taille des ordinateurs sera de plus en plus petite et leurs capacités de plus en plus grandes. A mon avis, il faudra plus qu’une bicyclette pour gérer les mégadonnées.

« La vie privée, une anomalie ». Que pensez-vous de cette assertion provocatrice de Vint Cerf, considéré comme l’un des pères fondateurs d’Internet actuellement « Chief Internet Evangelist » chez Google ?
Difficile de répondre à cette question… Quand Snowden a rendu public les programmes de surveillance sur la population américaine (entre autres) par la NSA, le public a été choqué. Tout le monde veut garder sa vie privée et en même temps on ne l’a jamais rendu aussi publique qu’avec les réseaux sociaux… Vint Cerf aurait-il raison ?

« I think that computers have complicated lives very greatly […] The whole age of [the] computer has made it where nobody knows exactly what’s going on.” (Donald Trump, fin 2016). Trouvez-vous que l’informatique a compliqué ou simplifié nos vies ?
Je pense que l’informatique a simplifié nos vies, bien évidemment. Elle est omniprésente partout et on ne peut plus s’en passer.

Il paraît qu’il y a une vie en dehors du travail… un témoignage ?
Évidemment, il y a la famille et le sport, ce qui permet d’avoir un équilibre harmonieux entre vie privée et vie professionnelle.


Collaborateurs-étudiants

Perceval Faramaz, assistant-étudiant

Quel chemin vous a mené au Ci ?
Une amie m’a signalé l’existence du help desk lors des embauches de l’année passée. J’ai postulé, sans succès. Et cette même amie, merci à elle, m’a de nouveau montré les affiches cette année. Avec succès cette fois !

L’UNIL, c’est quoi pour vous ?
Là où j’ai trouvé ma voie, des études qui me plaisent. Même si j’y suis allé car je ne savais pas quoi faire d’autre 🙂 . J’y travaille aussi (au help desk donc) et je fais partie d’une association étudiante. Je vis campus, je respire campus, je mange campus… l’uni est un lieu de rencontres et de socialisation; et aussi d’activité sportives grâce à la large offre du centre sportif.
Je devrais sûrement faire de la pub pour l’UNIL en fait… y’a un département marketing quelque part ?

Qu’est-ce qui vous a donné envie de postuler au Ci ?
Les splendides affiches de Patrice, stratégiquement placées un peu partout sur le campus, et la mention 27.80 CHF horaire tout aussi stratégiquement placée sur l’affiche. Le fait que j’espère y trouver une ambiance de travail sympathique, le fait que je trouve fulfilling d’aider les gens avec mes compétences joue aussi, bien sûr !

Quel sera votre job ?
Je vais travailler au service support et help desk. Autrement dit, aider les membres de la communauté UNIL en général (étudiants comme personnel) avec leurs problèmes électroniques.

Que souhaitez-vous apporter à l’équipe ?
Tout le monde va répondre « ma bonne humeur » à cette question. Ce qui ne m’empêchera pas de l’amener aussi ! Mais pour me démarquer j’amènerai aussi… des croissants. Et mes compétences bien sûr.

Pourquoi avez-vous choisi une profession en rapport avec l’informatique ? Hasard, passion ou mélange des deux ?
Ce n’est pas ma profession « définitive », et même si c’est un domaine qui m’intéresse et avec lequel je suis relativement à l’aise, je ne compte pas en faire mon métier après l’uni. Je m’en lasserais très vite si c’était mon job à 100%.

« Pour moi un ordinateur a toujours été une bicyclette de l’esprit. Quelque chose qui nous transporte loin au-delà de nos propres capacités. » En s’inspirant de cette citation de Steve Jobs, quelles nouvelles formes imaginez-vous que l’ordinateur va prendre ces prochaines années, pour nous mener où ?
Belle phrase pour un bel idéal ! C’est malheureusement loin d’être vrai. L’ordinateur est une bicyclette à 48 vitesses, chromée et design vue de l’avant, mais qui a encore une roulette pour enfant (une seule). Et on ne peut utiliser que 12 vitesses, parce que le dérailleur est mal fichu. Et on ne peut rien régler parce que le câble est fait en partie de métal (pour être résistant dans le temps), avec des morceaux de corde (pour être plus souple) et des passages en élastique (pour ne pas faire mal aux mains de la personne qui a monté le vélo). Qui est l’idiot qui a conçu ce truc ? Voilà l’état actuel de l’informatique, de mon point de vue.
Quid du futur ? L’ordinateur s’est densifié en devenant un smartphone, et en même temps il s’est étalé sur plusieurs continents avec le cloud computing. Qui avait prévu ça ? Personne. Je ne sais pas quelles formes il va prendre, et je ne vais pas m’avancer à faire des prévisions.

« La vie privée, une anomalie ». Que pensez-vous de cette assertion provocatrice de Vint Cerf, considéré comme l’un des pères fondateurs d’Internet actuellement « Chief Internet Evangelist » chez Google ?
Assertion error. Je pense qu’il a tort, mais cette bio n’est pas le bon endroit pour développer. Dans tous les cas, il devrait travailler à faire des bons produits, pas s’occuper de sujets de société. Google est et doit rester une multinationale, pas un think tank. Et s’il veut changer d’employeur, il a sûrement une place réservée chez Facebook. Ou en enfer.

« I think that computers have complicated lives very greatly […] The whole age of [the] computer has made it where nobody knows exactly what’s going on.” (Donald Trump, fin 2016). Trouvez-vous que l’informatique a compliqué ou simplifié nos vies ?
Je suis né en 1999, je n’ai que peu vécu sans informatique omniprésente. Mais voilà mon sentiment : la force de l’informatique est d’élargir le champ des possibles. Ce faisant, elle simplifie d’anciennes tâches et, en créant de nouvelles, amène une stabilité dans la « complexité » de nos vies. Par exemple, en termes de médecine et recherche médicale, d’ingénierie, de cinéma… l’informatique a ouvert de nouvelles possibilités, incroyables. En revanche, d’un point de vue de la vie quotidienne, l’informatique a aussi créé des attentes, notamment de disponibilité immédiate et permanente (mail, SMS, téléphone, etc) – qui peuvent être dérangeantes, voir usantes. Un équilibre reste donc à trouver…

Il paraît qu’il y a une vie en dehors du travail… un témoignage ?
Il y a bien une vie en-dehors de mon travail au Ci, mais c’est essentiellement encore plus de travail. Et un peu de sport.


Déborah Francisco, assistante-étudiante

Quel chemin vous a mené au Ci ?
Ce sont mes études qui m’ont menée jusqu’au Ci, ainsi que les récits de certains collègues qui ont eu besoin de son aide.

L’UNIL, c’est quoi pour vous ?
C’est ma deuxième maison : je passe presque plus de temps sur le campus que chez moi. C’est aussi un lieu de rencontres où de beaux projets se réalisent.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de postuler au Ci ?
Étant étudiante de master en criminalistique numérique, le Ci m’a semblé être idéal pour mettre en pratique ce que j’apprends en cours et faire usage de mes connaissances. L’équipe a aussi la pêche, et cela va être super de travailler dans de bonnes conditions, tout en restant proche de mon lieu d’études.

Quel sera votre job ?
Je serai au help desk, ferai du support, et je pourrai m’occuper d’entretenir les imprimantes du campus également.

Que souhaitez-vous apporter à l’équipe ?
Du dynamisme, de la bonne humeur, et pourquoi pas certaines connaissances spécifiques tirées de mon master ? Mais surtout du punch !

Pourquoi avez-vous choisi une profession en rapport avec l’informatique ? Hasard, passion ou mélange des deux ?
C’est plutôt un mélange des deux. J’aime beaucoup l’informatique, mais c’est presque un peu par hasard que je me suis orientée dans ce domaine, j’ai hésité durant de nombreux mois. Finalement, je ne regrette pas mon choix, et je pense maintenant que travailler dans ce domaine est une chance.

« Pour moi un ordinateur a toujours été une bicyclette de l’esprit. Quelque chose qui nous transporte loin au-delà de nos propres capacités. » En s’inspirant de cette citation de Steve Jobs, quelles nouvelles formes imaginez-vous que l’ordinateur va prendre ces prochaines années, pour nous mener où ?
L’intelligence artificielle, le deep learning, le machine learning, les ordinateurs quantiques… Tous ces domaines évoluent à une vitesse folle. Bientôt tous les véhicules seront autonomes, nous pourrons prévoir certains évènements beaucoup plus facilement, et pourquoi pas un jour avec une technologie utilisant par exemple la physique quantique pouvoir se téléporter d’un endroit à un autre ?

« La vie privée, une anomalie ». Que pensez-vous de cette assertion provocatrice de Vint Cerf, considéré comme l’un des pères fondateurs d’Internet actuellement « Chief Internet Evangelist » chez Google ?
La vie privée n’était déjà pas très privée avant : prenez un village de l’époque, quelque chose se passe, tout le monde était au courant. Maintenant, c’est pareil, mais globalement. Pourtant, chacun devrait pouvoir s’aménager son petit jardin secret, à nous de nous battre pour cela !

« I think that computers have complicated lives very greatly […] The whole age of [the] computer has made it where nobody knows exactly what’s going on.” (Donald Trump, fin 2016). Trouvez-vous que l’informatique a compliqué ou simplifié nos vies ?
Cela a simplifié nos vies ! Bien sûr, il faut comprendre le fonctionnement des technologies, et se mettre régulièrement à jour. Mais avant aussi, il fallait apprendre le fonctionnement de certains appareils, que nous ne savons actuellement plus utiliser. Chaque génération a son lot de nouvelles connaissances à acquérir. Soyons honnêtes, n’est-ce pas beaucoup plus simple d’utiliser un lave-vaisselle ou un lave-linge que de tout faire à la main ? Ce sont des ordinateurs aussi d’une certaine manière.

Il paraît qu’il y a une vie en dehors du travail… un témoignage ?
Il y a des études aussi ! Et je trouve aussi du temps (parfois très difficilement, quitte à sacrifier un peu de sommeil !) pour jouer de la percussion dans deux orchestres et faire quelques virées à moto.


Valon Haxhimeri, assistant-étudiant

Quel chemin vous a mené au Ci ?
Je suis un étudiant de 23 ans en master d’ingénierie mathématique à l’EPFL et j’ai vu une annonce concernant un collaborateur informatique au service help desk, qui me paraissait une bonne opportunité pour avoir un travail à côté de mes études.

L’UNIL, c’est quoi pour vous ?
Un lieu qui nous aide à apporter une finition à notre personne, une sorte de cerise sur le gâteau. Que ce soit en savoir pur ou en expérience de vie, c’est un endroit d’où on ressort grandi.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de postuler au Ci ?
Le fait que mon travail sera en rapport avec l’informatique et sera au sein même du campus lausannois ont été, selon moi, les deux plus grandes motivations de ma postulation.

Quel sera votre job ?
Mon job consistera à venir en aide aux personnes ayant un problème avec leur ordinateur, compte informatique…

Que souhaitez-vous apporter à l’équipe ?
J’espère beaucoup de rire, et être là si quelqu’un a besoin d’aide pendant le travail ou en dehors.

Pourquoi avez-vous choisi une profession en rapport avec l’informatique ? Hasard, passion ou mélange des deux ?
Mes études de mathématiques ont toujours été constituées de beaucoup d’informatique. C’est aussi un monde qui m’a toujours fasciné, et quand je découvre de nouvelles choses qui m’étaient encore inconnues, j’ai l’impression d’être Christophe Colomb en personne.

« Pour moi un ordinateur a toujours été une bicyclette de l’esprit. Quelque chose qui nous transporte loin au-delà de nos propres capacités. » En s’inspirant de cette citation de Steve Jobs, quelles nouvelles formes imaginez-vous que l’ordinateur va prendre ces prochaines années, pour nous mener où ?
Je pense et j’espère que les nouvelles technologies continueront de nous faire repousser nos limites en tant qu’humain, par exemple en permettant de faire remarcher une personne paraplégique en contournant la zone de lésion de la moelle épinière. Toutefois, j’espère que ce chemin nous mènera dans un monde où c’est toujours l’homme qui dicte la direction à prendre à la bicyclette et non l’inverse.

« La vie privée, une anomalie ». Que pensez-vous de cette assertion provocatrice de Vint Cerf, considéré comme l’un des pères fondateurs d’Internet actuellement « Chief Internet Evangelist » chez Google ?
Nous avons pu constater avec les réseaux sociaux que les gens aiment étaler leur vie privée au grand jour. Cela a selon moi toujours été un peu le cas auparavant, mais a pris une autre envergure avec internet et les réseaux sociaux. J’espère que cette assertion n’est pas le réel but des géants de l’informatique pour avoir un monde où chacun serait extrêmement connecté sans ne plus avoir de réelle vie privé. Un monde où toutes nos actions seraient notées et où nous ne serions plus que des fourmis très organisées dans la grande fourmilière de l’humanité.

« I think that computers have complicated lives very greatly […] The whole age of [the] computer has made it where nobody knows exactly what’s going on.” (Donald Trump, fin 2016). Trouvez-vous que l’informatique a compliqué ou simplifié nos vies ?
Les hommes ont beaucoup de peine à se remettre en question, à dire ce qui ne va pas chez eux et ont alors tendance à rejeter la faute sur quelque chose d’autre. Si la principale utilisation que les hommes font du marteau est de casser une vitre pour voler son voisin, cela ne fait pas du marteau un mauvais objet. L’informatique a, selon moi, beaucoup simplifié nos vies, mais c’est plutôt les humains qui tendent à la compliquer. Reprenons la citation de Robert Brasillach : « L’histoire est écrite par les vainqueurs ». Nous avons souvent entendu plusieurs versions de l’histoire, comme par exemple le fait que Jésus était mat, voir noir de peau et non blanc de peau comme le représentent les sociétés occidentales. Par ailleurs, de nombreux brevets de Thomas Edison sur l’électricité sont en fait dus au scientifique de génie qu’a été Nikola Tesla. Nous pouvons voir que même avant les ordinateurs personne ne savait ce qu’il se passait.

Il paraît qu’il y a une vie en dehors du travail… un témoignage ?
Je dis toujours que je veux que mon travail soit à mon service et non l’inverse. J’ai toujours fait en sorte que le travail soit quelque chose que j’aime faire, mais qu’il ne soit pas trop chronophage ou qu’il ne me prenne pas toute mon énergie, car pour moi la vie, c’est la vie en dehors du travail. De bons restaurants entre amis, des journées en famille, partir à l’aventure en Suisse ou à l’étranger, voilà ma vraie vie.


Diana Huber, assistante-étudiante

Quel chemin vous a mené au Ci ?
Un mail reçu par le président de l’Association des étudiants en médecine de Lausanne.

L’UNIL, c’est quoi pour vous ?
Une institution universitaire qui permet l’apprentissage en profondeur d’un domaine de prédilection.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de postuler au Ci ?
Une collaboration simple et efficace et le tout dans une bonne ambiance, ainsi que la découverte d’un nouveau milieu.

Quel sera votre job ?
Responsable de maintenance des imprimantes PrintUNIL-CHUV.

Que souhaitez-vous apporter à l’équipe ?
De la bonne humeur et une bonne organisation entre camarades.

Pourquoi avez-vous choisi une profession en rapport avec l’informatique ? Hasard, passion ou mélange des deux ?
Plutôt un hasard disons !

« Pour moi un ordinateur a toujours été une bicyclette de l’esprit. Quelque chose qui nous transporte loin au-delà de nos propres capacités. » En s’inspirant de cette citation de Steve Jobs, quelles nouvelles formes imaginez-vous que l’ordinateur va prendre ces prochaines années, pour nous mener où ?
Je pense que l’ordinateur deviendra, un jour, quelque chose d’abstrait qui pourra faire partie intégrante de notre corps et de nos pensées pour mieux le comprendre et subvenir à ses moindres besoins.

« La vie privée, une anomalie ». Que pensez-vous de cette assertion provocatrice de Vint Cerf, considéré comme l’un des pères fondateurs d’Internet actuellement « Chief Internet Evangelist » chez Google ?
Je pense qu’en effet, aujourd’hui, la vie privée semble parfois ne plus exister avec tout ce qui peut être divulgué sur Internet même à notre insu ! Mais il ne faut pas oublier que la plupart de l’intimité de notre vie privée dépend de notre propre capacité à garder ses moments pour nous ou non !

« I think that computers have complicated lives very greatly […] The whole age of [the] computer has made it where nobody knows exactly what’s going on.” (Donald Trump, fin 2016). Trouvez-vous que l’informatique a compliqué ou simplifié nos vies ?
Clairement simplifié dans le sens de l’accessibilité de l’information en général ! Mais l’informatique peut aussi paraître comme compliquant nos vies, car avec cette simplicité d’accès, on a oublié beaucoup d’autres choses, il faut savoir utiliser ce bijou à bon escient, ce qui n’est pas à la portée de tout le monde…

Il paraît qu’il y a une vie en dehors du travail… un témoignage ?
Niveau informatique j’avoue ne pas avoir une énorme expérience en dehors du monde professionnel, mais je fais volontiers des activités bénévoles pour des associations de l’UNIL, et plus particulièrement de la fac de médecine telles que Escolhares ou CLASH ! et même PAIRES.


Alexia Lienhard, assistante-étudiante

Quel chemin vous a mené au Ci ?
En parallèle de mon cursus en sciences du sport, je suis des cours en informatique, mais à l’instar des études en sport, le cursus informatique manque de pratique. C’est pour pousser ma formation à un niveau supérieur que j’ai postulé au Ci.

L’UNIL, c’est quoi pour vous ?
C’est un lieu d’étude avant tout, il permet aussi de découvrir beaucoup de domaines, personnes, activités culturelles différentes.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de postuler au Ci ?
Auprès de mes amis et de ma famille, j’officie déjà comme help desk. C’était un moyen de rendre ce statut officiel et d’aider un plus grand nombre de personnes !

Quel sera votre job ?
Je serai assistante-étudiante help desk, pour vous servir.

Que souhaitez-vous apporter à l’équipe ?
Une petite dose d’humour, du dynamisme et de la joie de vivre.

Pourquoi avez-vous choisi une profession en rapport avec l’informatique ? Hasard, passion ou mélange des deux ?
L’informatique est une très bonne occupation quand on est blessé.

« Pour moi un ordinateur a toujours été une bicyclette de l’esprit. Quelque chose qui nous transporte loin au-delà de nos propres capacités. » En s’inspirant de cette citation de Steve Jobs, quelles nouvelles formes imaginez-vous que l’ordinateur va prendre ces prochaines années, pour nous mener où ?
Si les constructeurs d’ordinateurs prennent en considération les effets néfastes de la sédentarité, l’ordinateur du futur ne nous bloquera pas sur une chaise pendant des heures et nous transportera au-delà de nos propres capacités physiques.

« La vie privée, une anomalie ». Que pensez-vous de cette assertion provocatrice de Vint Cerf, considéré comme l’un des pères fondateurs d’Internet actuellement « Chief Internet Evangelist » chez Google ?
La vie privée est inversement proportionnelle au temps passé sur les écrans et sur les réseaux sociaux. Si les smartphones ne nous accompagnaient pas jusqu’au petit coin, peut-être que la vie privée ne serait plus une anomalie.

« I think that computers have complicated lives very greatly […] The whole age of [the] computer has made it where nobody knows exactly what’s going on.” (Donald Trump, fin 2016). Trouvez-vous que l’informatique a compliqué ou simplifié nos vies ?
C’est un virage à prendre, ceux qui sont nés avant le tournant de l’ère informatique ont sûrement trouvé que l’informatique a tout compliqué. Pour ma part, je suis né avec un ordinateur entre les mains, alors c’est un jeu d’enfant.

Il paraît qu’il y a une vie en dehors du travail… un témoignage ?
Il paraît qu’il faut réviser…


Ellie Rabarison, assistante-étudiante

Quel chemin vous a mené au Ci ?
Une affiche concernant le poste d’assistant-étudiant au help desk. Vous vous en rappelez peut-être, c’est celle avec un superhéros qui tient un ordinateur. Elle a tout de suite attiré mon attention et aujourd’hui, je suis là.

L’UNIL, c’est quoi pour vous ?
Un endroit où l’on peut apprendre des autres et apprendre aux autres, un beau campus agréable à visiter, et si tout se passe bien, ma maison pour encore quelques années !

Qu’est-ce qui vous a donné envie de postuler au Ci ?
L’UNIL fonctionnerait difficilement sans le Ci et j’étais curieuse de découvrir un peu ses « coulisses ». Je voulais également approfondir mes connaissances du domaine de l’informatique. Je me réjouis à l’idée de travailler avec une équipe de gens dynamiques et venant d’horizons différents !

Quel sera votre job ?
En tant qu’assistante-étudiante, je suis là pour pourvoir une assistance informatique aux étudiants et au personnel de l’UNIL. Cela se décline sous plusieurs formes, allant de l’accueil au help desk à l’entretien des imprimantes.

Que souhaitez-vous apporter à l’équipe ?
De la joie, de la positivité, mon sens de l’écoute et quelques boîtes de pizza !

Pourquoi avez-vous choisi une profession en rapport avec l’informatique ? Hasard, passion ou mélange des deux ?
Je dirais un mélange des deux. C’est en écrivant des algorithmes dans ma calculatrice graphique pour mes cours de maths que je me suis découvert une passion pour la programmation. J’ai ensuite continué à m’intéresser à tout ce qui est lié au domaine de l’informatique.

« Pour moi un ordinateur a toujours été une bicyclette de l’esprit. Quelque chose qui nous transporte loin au-delà de nos propres capacités. » En s’inspirant de cette citation de Steve Jobs, quelles nouvelles formes imaginez-vous que l’ordinateur va prendre ces prochaines années, pour nous mener où ?
Il est certain que dans les années à venir, l’ordinateur sera encore plus puissant qu’il ne l’est déjà. Mais je pense que c’est surtout sa place dans la société qui va prendre de nouvelles formes. Aujourd’hui, l’innovation technologique est devenue une source de pouvoir et un enjeu géopolitique majeur. C’est ce que nous ont montré les récentes tensions entre Donald Trump et le géant chinois Huawei. La cybersécurité aussi est un domaine de plus en plus important tant sur les plans financier et économique que gouvernemental. Si un jour une troisième guerre mondiale se déclenche, je ne serai pas étonnée qu’elle soit directement liée aux ordinateurs. Mais restons positifs 😀

« La vie privée, une anomalie ». Que pensez-vous de cette assertion provocatrice de Vint Cerf, considéré comme l’un des pères fondateurs d’Internet actuellement « Chief Internet Evangelist » chez Google ?
Je suis plutôt une adepte du « Vivons cachés pour vivre heureux » et je trouve dommage qu’avec Internet et l’ère du numérique nous perdions de plus en plus de notre vie privée. Est-il possible d’inverser ce processus?

« I think that computers have complicated lives very greatly […] The whole age of [the] computer has made it where nobody knows exactly what’s going on.” (Donald Trump, fin 2016). Trouvez-vous que l’informatique a compliqué ou simplifié nos vies ?
Simplifié, sans hésiter. Mes parents habitent de l’autre côté de l’Équateur et même si j’aime beaucoup recevoir du courrier, j’aurais du mal à attendre toutes les deux semaines pour avoir de leurs nouvelles ! Je pense que les complications générées par l’informatique ne sauraient se comparer aux avantages apportés.

Il paraît qu’il y a une vie en dehors du travail… un témoignage ?
Ce n’est qu’une rumeur ! (Je plaisante)


Lucio Roman, assistant-étudiant

Quel chemin vous a mené au Ci ?
Alors c’était vraiment un pur hasard : j’étais en train de travailler en tant que staff pour les Mystères de l’UNIL, on s’occupait du catering. Et donc juste derrière notre stand de sandwichs et autres victuailles se trouvait la fameuse affiche du Superman du Ci. Personnellement, je l’avais déjà remarquée et ça m’intriguait, et comme notre responsable catering travaillait déjà au Ci, et bien elle m’en a parlé plus en détail, ce qui m’a donné la toute dernière impulsion qu’il me fallait pour postuler.

L’UNIL, c’est quoi pour vous ?
Pour moi l’UNIL (j’inclus l’EPFL), c’est un conglomérat d’idées et talents très particuliers dans un cadre unique qui est une des références suisses en termes d’éducation, recherche et développement durable.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de postuler au Ci ?
Ce serait sans doute l’envie d’épanouir mon côté geek qui m’a toujours poussé à trouver le dernier gadget et le comparer inlassablement avec les alternatives disponibles. D’un autre côté, il est vrai que comprendre les rouages informatiques de l’UNIL m’interpelle, puisque c’est un outil qu’on utilise quotidiennement sans se dire consciemment « Mais comment ça marche en réalité ? ».

Quel sera votre job ?
J’assisterai l’équipe technique qui s’occupe d’assurer le support technique mobile.

Que souhaitez-vous apporter à l’équipe ?
Je souhaite surtout apporter ma jovialité tout comme ma motivation et dynamisme.

Pourquoi avez-vous choisi une profession en rapport avec l’informatique ? Hasard, passion ou mélange des deux ?
C’est vraiment un mélange des deux : parce que finalement comme j’ai déjà expliqué, ça été un pur hasard que je postule. D’un autre côté, c’est toujours quelque chose qui m’a attiré mais que je n’ai pas pu exercer de façon pratique.

« Pour moi un ordinateur a toujours été une bicyclette de l’esprit. Quelque chose qui nous transporte loin au-delà de nos propres capacités. » En s’inspirant de cette citation de Steve Jobs, quelles nouvelles formes imaginez-vous que l’ordinateur va prendre ces prochaines années, pour nous mener où ?
Tout comme pour le vélo, pour que l’ordinateur nous amène là où on veut exactement, on doit fournir un effort de pédalage mental vers l’idée qu’on veut développer. Le problème, c’est qu’une partie de la société néglige les capacités infinies de ressources d’information auxquelles l’ordinateur peut nous amener (ou n’a juste pas la motivation de pédaler tout court). C’est là qu’est en train de rentrer en jeu le big data et l’AI qui s’en sert, à travers duquel on peut anticiper le moindre effort de pédalage, et donc mener les gens où ils croient vouloir aller.
Hélas, petit hic : ces chemins prébalisés vont mener à davantage polariser la société, en rassurant les idées préconçues de chaque individu dans son cercle de confort. Ai-je en tête le Brexit et les élections américaines ? Il se peut bien.

« La vie privée, une anomalie ». Que pensez-vous de cette assertion provocatrice de Vint Cerf, considéré comme l’un des pères fondateurs d’Internet actuellement « Chief Internet Evangelist » chez Google ?
Autres Chiefs divers de chez Google: « Comment ose-t-il dévoiler ce secret ? » Blague à part, je trouve que M. Cerf, en voyant à quel point l’abus des multinationales était flagrant, a voulu soit se donner bonne conscience, soit exercer son poste de marketing : la façon de laquelle c’est dit, ça assume une généralisation dans l’industrie et ainsi il réussit à diluer la responsabilité de Google dans le thème du non-respect systématique de la vie privée.

« I think that computers have complicated lives very greatly […] The whole age of [the] computer has made it where nobody knows exactly what’s going on.” (Donald Trump, fin 2016). Trouvez-vous que l’informatique a compliqué ou simplifié nos vies ?
Je trouve qu’au contraire ça a simplifié les vies à un tel point que, justement la deuxième partie de la phrase est correcte : plus personne à part un petit groupe comprend ce qu’il se passe en réalité : que ce soit au niveau de la compilation de données ou bien du codage. Ce qui est paradoxal c’est qu’il n’a jamais été aussi facile d’apprendre et comprendre, mais que de moins en moins de monde a la volonté de comprendre comment ça se passe.

Il paraît qu’il y a une vie en dehors du travail… un témoignage ?
Il y a surtout l’uni et le basket, mais surtout le basket, avec tous les matchs et entraînements qui vont avec.


Pedro Tomé, assistant-étudiant

Quel chemin vous a mené au Ci ?
Après plusieurs années de jobs étudiants n’ayant aucun rapport avec mes intérêts et passions, le poste d’assistant-étudiant au Ci promu par les différentes affiches sur le campus a instantanément captivé mon attention et motivé une postulation de ma part.

L’UNIL, c’est quoi pour vous ?
Une sorte de microcosme parallèle au monde réel, dans lequel les bonnes rencontres y sont multiples et où la vie n’y connaît que deux saisons. La saison détente 80% de l’année et la saison stress intense qui met tout le monde à mal en fin de période d’étude.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de postuler au Ci ?
L’opportunité de pouvoir travailler dans un domaine qui me passionne (enfin !) et la perspective de développer des compétences importantes en apportant aux usagers des services du Ci le secours qu’ils nécessitent. De plus, qui ne voudrait pas travailler avec une équipe de geeks ?

Quel sera votre job ?
Je serai dans l’équipe mobile d’un des quartiers de l’université. Mon job sera de répondre aux besoins informatiques des collaborateur·trice·s de l’UNIL en me rendant sur leur lieu de travail pour diagnostiquer et si possible résoudre le problème qu’ils ou elles rencontrent.

Que souhaitez-vous apporter à l’équipe ?
De l’énergie, de la bonne humeur et si possible des nouvelles positives concernant le statut de mes tickets, bien que je sois tout à fait ravi de faire appel à l’expertise de mes collègues en leur apportant les casse-têtes qui m’auront résisté !

Pourquoi avez-vous choisi une profession en rapport avec l’informatique ? Hasard, passion ou mélange des deux ?
Tout d’abord pour une évidente passion qui me suit depuis mon enfance. J’ai été mis en contact avec l’ordinateur à l’âge de 3 ans, où je jouais à divers jeux éducatifs tels que Lapin Malin. Puis en grandissant et avec une connaissance de l’outil croissante, je suis progressivement devenu un vrai passionné, autant de hardware en montant mes propres machines, que de software en bidouillant des valeurs de jeux vidéo avec Cheat Engine, ou en testant des virus sur la machine de mon père.

« Pour moi un ordinateur a toujours été une bicyclette de l’esprit. Quelque chose qui nous transporte loin au-delà de nos propres capacités. » En s’inspirant de cette citation de Steve Jobs, imaginez-vous que l’ordinateur va prendre de nouvelles formes ces prochaines années, pour nous mener où ?
Je pense que le développement des interfaces hommes-machines est ce qu’il y a de plus intéressant à observer en ce moment. Je suis à la fois enthousiaste à l’idée de projet comme Neural Link et inquiet de la transition que cela risque d’imposer à l’humanité. Les intelligences artificielles vont probablement devenir de plus en plus populaires dans les milieux comme la médecine, l’armée et la police et je pense que cette popularisation sera source de grands progrès, car ces outils permettent généralement de diminuer le facteur d’erreur humaine ainsi que de traiter simultanément un nombre d’informations bien supérieur. Mais cela ne sera pas sans faire émerger de nouvelles problématiques pour les humains. En effet, faut-il s’inquiéter du fait que la majorité des utilisateurs de ces outils ne disposera aucunement des connaissances de leur fonctionnement ? Comment légiférer sur des objets capables de produire des réponses et résultats inattendus et non programmés ? Aujourd’hui, il me paraît plus que jamais essentiel d’adresser les grandes questions sur l’IA et le transhumanisme et d’amener le dialogue à l’échelle politique, car leur développement est déjà bien au-delà de ce que beaucoup imaginent et leur implémentation n’a pas été retenue par l’ignorance collective à leur égard.

« La vie privée, une anomalie ». Que pensez-vous de cette assertion provocatrice de Vint Cerf, considéré comme l’un des pères fondateurs d’Internet actuellement « Chief Internet Evangelist » chez Google ?
Dans une perspective individualiste et libérale, la vie privée semble constituer un droit fondamental de tout un chacun. En effet, il semble difficile d’ignorer, en tant qu’Occidental, le sentiment d’inconfort généré par l’observation de régimes refusant à leur population le respect de leur vie privée. Cette privacité nous apparaît comme un gage de liberté face à l’Etat. Cependant, il existe des arguments persuasifs en faveur d’une diminution de la privacité des individus, car cette diminution permettrait une meilleure collecte d’informations essentielles à la prévention de la violence et des actes criminels. De plus, je pense qu’aujourd’hui la collecte d’information par les organes étatiques a atteint des proportions qui donnent peu de crédibilité à l’idée que le respect de la privacité serait maintenu.

« I think that computers have complicated lives very greatly […] The whole age of [the] computer has made it where nobody knows exactly what’s going on.” (Donald Trump, fin 2016). Trouvez-vous que l’informatique a compliqué ou simplifié nos vies ?
Il me paraît irréfutable que le développement de l’informatique ait mené à une simplification de la vie humaine. Difficile de trouver un infirmier qui arguera en faveur d’un retour au format papier des dossiers administratifs de ses patients ou un étudiant qui défendra la simplicité d’une recherche bibliographique telle qu’elle se faisait avant l’émergence des catalogues digitaux. Bien qu’il soit évident que ces systèmes se sont grandement complexifiés, et que cette complexité est difficile à cerner pour une personne dont la maturité intellectuelle est fortement discutable, il me semble factuellement incorrect d’omettre une simplification considérable de la vie humaine.

Il paraît qu’il y a une vie en dehors du travail… un témoignage ?
Etant passionné d’informatique, mais également de musique, j’ai souvent eu l’occasion de mener un grand nombre d’activités accessoires. Je pense qu’il est possible, et même bénéfique, de diversifier ses activités et de maintenir ses hobbys et passions. Cela requiert cependant une bonne planification et une bonne dose de motivation. L’activité accessoire permet de prendre du recul sur l’activité principale et en conséquence, mène potentiellement à une meilleure productivité et créativité.