Email et pièces jointes : la taille ne compte plus !

par Christopher Greiner, conception et développement, Ci-UNIL

Le nouveau service SWITCHfilesender vous permet d’envoyer facilement de très gros fichiers par email.

13_email
© Antrey – Fotolia

Des pièces jointes toujours plus grandes

Selon une estimation, en 2011 les humains ont créé et stocké plus de 1,8 zettaoctets de données. Cela représente plus de 1’800’000’000’000 gigaoctets, soit de quoi remplir plus de 14 milliards d’iPad dernier cri de 128 Go ou l’équivalent de 45 milliards de copies complètes du site Wikipedia en anglais. Cette même étude estime que la quantité de données créées double tous les deux ans, une tendance qui rappelle la fameuse loi de Moore. Cela signifie que la barre des 4 zettaoctets va probablement être franchie cette année.

Ces chiffres vous font tourner la tête ? Bienvenue dans le monde du Big Data où une immense quantité de données circulent nuit et jour sur nos réseaux à travers divers canaux, et l’email n’est pas en reste. Documents PDF, présentations PowerPoint ou photos de votre animal de compagnie préféré, l’email reste un moyen pratique et rapide pour s’échanger des fichiers, malgré certaines limitations qui peuvent parfois poser problème, nous forçant à trouver des astuces pour contourner ses restrictions.

13_email_4091371
© Onidji – Fotolia

Les premières itérations de la messagerie ne prévoyaient pas les pièces jointes

L’email que nous utilisons repose sur des standards et des protocoles robustes et éprouvés comme le Simple Mail Transport Protocol (SMTP) ou l’Internet Message Access Protocol (IMAP) datant du début des années 80. Le SMTP utilisé encore aujourd’hui pour l’envoi de courriers électroniques et sensé standardiser différentes implémentations primitives d’envois date de 1982, soit il y a une éternité dans le monde de l’informatique !

À son origine, l’email a été créé pour s’échanger du texte brut uniquement. Mais la nécessité étant mère de l’invention, certains petits malins ont détourné son utilisation pour s’envoyer des fichiers manuellement : en utilisant des programmes, ils encodent des fichiers sous format textuel et copient le résultat dans le corps d’un email. Le destinataire copie ensuite le corps du message reçu et le repasse dans le programme et ainsi arrive à récupérer un fichier.

Ce tour de passe-passe réservé aux plus bidouilleurs se révélant très pratique, les instances officielles ont décidé de greffer des extensions aux protocoles de mail standards et, au début des années 90, arrivent les Multi-Purpose Internet Mail Extensions (MIME). Ceux-ci permettent aux emails de prendre vie et offrent la possibilité d’insérer des images, du son, de la vidéo, du HTML ou encore des caractères autres que les caractères ASCII de base.

13_email_71005751
© vege – Fotolia

Bien que le standard ne spécifie pas de taille maximale pour les pièces jointes, dans la pratique les utilisateurs se trouvent parfois confrontés à une restriction imposée par un des maillons de la chaîne pour des raisons techniques. À l’UNIL par exemple, cette limite est fixée à 30 Mo. Chez l’ogre Google et son Gmail, elle est de 25 Mo, tout comme chez YahooMail et Outlook.com. Pour certains utilisateurs, amenés à s’échanger de volumineux fichiers, cette limite est trop basse et les oblige à trouver d’autres moyens de partager leurs pièces jointes, se tournant alors vers des solutions basées dans le Cloud à la confidentialité parfois douteuse.

SWITCHfilesender vous sauve la mise (si celle-ci fait moins de 50 Go !)

C’est là que SWITCHfilesender entre en scène : à la base, filesender est un projet open source, développé pour les besoins du monde académique et de la recherche.

SWITCH l’a repris, adapté à nos besoins helvétiques et veille à une exploitation sûre et stable. Ce service gratuit est ouvert aux détenteurs d’un compte SWITCH AAI, avec la possibilité d’envoyer une invitation aux personnes qui ne font pas partie de la fédération SWITCH afin qu’ils puissent eux aussi vous envoyer un fichier.

Son utilisation est très simple :

  • vous vous rendez sur https://filesender.switch.ch
  • vous vous identifiez via SWITCH AAI (nom d’utilisateur & mot de passe de l’UNIL ou de votre université suisse)
  • vous indiquez l’adresse du destinataire
  • un sujet et un message si cela vous chante
  • et ensuite vous sélectionnez le fichier à envoyer.

Si vous possédez un navigateur moderne, SWITCHfilesender gère même les coupures réseau en cas de problème passager, vous permettant de reprendre l’upload où vous l’avez laissé.

13_email_filesender
© filesender.switch.ch

En utilisant ce service, vos données sont stockées en Suisse, dans le Cloud de SWITCH, évitant ainsi les problèmes liés à la vie privée et la protection des données que l’on rencontre chez les concurrents, où vos fichiers se baladent sous le regard potentiel de Big Brother, au-delà de nos frontières et de nos lois…

SWITCHfilesender n’est pas un service de stockage de données pérenne et garde les fichiers téléchargés vers le serveur pendant au maximum 20 jours. Mais grâce à SWITCHfilesender, vous ne serez plus restreint par la limite de 30 Mo actuellement en vigueur sur nos serveurs. Celle-ci passe ainsi à quelque 50 Go ! (soit plus d’un site Wikipedia anglophone entier). De quoi partager allégrement vos présentations avec vos collègues… ou vos vidéos des dernières vacances avec votre grand-maman.

Lien utile: https://filesender.switch.ch