Journée mondiale de la télévision

Depuis 1996, l’Unesco célèbre chaque 21 novembre la journée mondiale de la télévision, date à laquelle s’est tenu en 1996 le premier Forum mondial sur la télévision au Siège de l’ONU à New York. Cette journée encourage « les échanges internationaux d’émissions consacrées notamment à des questions telles que la paix, la sécurité, le développement économique et social et le renforcement des échanges culturels ».

Cette journée est également l’occasion pour le Global TV Group, un regroupement informel international des acteurs de la télévision créé en 2013, de présenter, à partir d’une banque de données regroupant des informations détaillées, les atouts du média pour convaincre les annonceurs de ses bienfaits. Parmi ces valeurs ajoutées: la portée du média de masse, l’attachement des téléspectateurs et la garantie de la diffusion de la marque dans un environnement connu.

Parcourir la page World Television Day

Découvrir le montage d’archives de Radio-Canada mis en ligne pour l’événement

Le marché mondial de la TV s’allie pour promouvoir son média, E-marketing

 

 

 

 

L’avenir des médias en Suisse : vers une coopération public-privé ?

Lors d’une conférence sur l’avenir des médias à Berne le 14 novembre, Gilles Marchand, directeur de la SSR et Pietro Supino, président des éditeurs alémaniques, se sont dits prêts à coopérer dans le tournant numérique. Gilles Marchand a appelé tous les acteurs à « un dialogue professionnel sérieux et ouvert malgré une décennie de tensions » et a assuré que la SSR baisserait son budget de 150 millions en cinq ans.

Tous deux ont également lancé plusieurs pistes de collaboration entre le service public et le secteur privé. Les discussions ont porté sur la recherche de solutions professionnelles pragmatiques. La SSR propose d’ailleurs depuis octobre dernier des vidéos d’actualités gratuites aux médias privés. 23 médias suisses en bénéficient à ce jour.

Gilles Marchand, directeur de la SSR

« SSR et médias privés, prêts à coopérer », Le Matin

« Berne se penche sur l’avenir des médias », 24 Heures

 

Die Zukunft erfahrbar machen

Am 21. November findet der erste Digitaltag der Schweiz statt. Das Ziel des Tages ist, die Digitalisierung zu thematisieren und einem breiten Publikum ihren Nutzen für die Gesellschaft zu veranschaulichen. An verschiedenen Standorten der Schweiz werden grosse nationale und internationale Konzerne der Bevölkerung Anschauungsunterricht geben und einen Blick in die Zukunft der Technik wagen.

Hier geht es zur offiziellen Seite von digitalswitzerland, das aus dem Projekt digitalZurich2015 entstand.

Sehen Sie hier, was die Schweizer Medienlandschaft am 21. November plant.

Besonders erwähnenswert ist der Versuch von SRF, Moderierende mit Robotern und Avatare auszutauschen.

 

Les Suisses délaissent la TV pour les médias en ligne

L’édition du Courrier du 23 octobre dernier relayait les résultats d’une récente étude qui indique que plus de 40% des utilisateurs des médias s’informent principalement sur les sites d’actualités ou via les médias sociaux.

« En Suisse, plus de 40% des utilisateurs des médias s’informent principalement sur les sites d’actualités (32%) ou via les médias sociaux (9%). Cette «plateformisation» met le journalisme professionnel sous pression.

Pour les utilisateurs âgés de 18 à 24 ans, les médias sociaux (24%) sont après les sites d’actualités (34%) la 2e plus importante source de nouvelles, indique l’étude Annales 2017 sur la qualité des médias de l’institut fög. La télévision est le canal préféré de seulement 14% du plus jeune groupe d’utilisateurs, alors qu’elle constitue la source d’informations la plus utilisée par les groupes d’âge plus avancés. »

Lire l’article.

La plateforme EU Screen et son héritage audiovisuel européen

Le portail EUscreen propose une consultation en ligne de milliers de programmes de télévision diffusés en Europe au cours des XXe et XXIe siècles mais également des photographies, images et documents sonores. Financé par la commission européenne et lancé en 2009, ce projet est le fruit d’un partenariat entre 31 organisations de 22 pays européens et repose sur un large réseau de chercheurs, centres d’archives et sociétés de radiodiffusion. EUscreen valorise et inscrit cet héritage audiovisuel européen au sein de réflexions plus larges via le blog du projet et des expositions virtuelles.

Lire l’article de la RTBF

Explorer les expositions virtuelles sur EUscreen

Découvrir le blog de EUscreen

Parcourir the View Journal of European Television History

La Suisse romande unie contre l’initiative « No Billag »

Dans l’attente de la votation fédérale qui aura lieu le 4 mars 2018, les acteurs des milieux politiques, culturels, sportifs et médiatiques de la Suisse romande s’inquiètent des conséquences d’une suppression de la redevance. Sa disparition menacerait l’indépendance des médias, la visibilité des milieux sportifs et culturels ainsi que l’existence non seulement de la SSR mais également de 19 chaînes régionales de radio et de télévision (Canal 9, La Télé, Léman Bleu, Radio Chablais, RTN, Radio Fribourg, RFJ ou encore Rhône FM).

«Il faut replacer le débat. Il ne s’agit pas de dire si on est content ou pas de telle émission. Il s’agit de la disparition totale de la SSR et des chaînes régionales. Toutes les régions minoritaires seraient dans une situation catastrophique» explique le conseiller national neuchâtelois Jacques-André Maire.

Afin de défendre leur opposition à « No Billag », de nombreuses personnalités se sont réunies le 5 octobre dernier au sein de l’Association contre la disparition des radios et télévisions.

Les dernières nouvelles autour de la campagne No Billag dans la presse et à la radio romandes:

« Front romand contre l’initiative «No Billag» » à lire dans le 24 Heures.

« Une association contre «No Billag» sans l’UDC » à lire dans Le Temps.

« Les élus romands partent en guerre contre «No Billag» » à lire dans la Tribune de Genève.

« No Billag: l’initiative visant à supprimer la redevance menace 19 chaînes de télévision et de radios romandes » à lire dans le Nouvelliste.

« Une association s’engage contre No Billag et la disparition des radios et TV »: RTS Info relaie le sujet du 19h30 sur la question ainsi qu’un débat dans l’émission radio Forum entre Jean-François Rime, président de l’USAM, et Claudine Amstein, directrice de la Chambre vaudoise du commerce et de l’industrie.

Dix années du Ciné-Journal suisse mises en ligne

A l’occasion de la Journée mondiale du patrimoine audiovisuel qui s’est déroulée le 27 octobre dernier, Memoriav, la Cinémathèque suisse et les Archives fédérales ont mis en ligne 10 années d’archives du Ciné-Journal suisse de 1950 à 1959. 485 éditions sont désormais consultables sur memobase.ch et swiss-archives.ch.

De 1940 à 1975, le Ciné-Journal suisse fait l’objet d’une édition hebdomadaire projetée en avant-programme dans les salles de cinéma. Fondé en 1940 par la Confédération en réponse à la diffusion des journaux filmés de l’Italie fasciste et de l’Allemagne nazie notamment, le Ciné-Journal présente en allemand, en français et en italien un condensé de l’actualité politique, sociale et culturelle de la Suisse. Précurseur du Télé-Journal, l’implantation massive de la télévision concurrence cependant le Ciné-Journal qui peine désormais à prouver sa nécessité. Malgré des tentatives de renouvellement de sa formule, le Ciné-Journal est dissout par le Département Fédéral de l’Intérieur en 1975.

 

Lire le communiqué des Archives fédérales

Lire l’extrait du Cinéma suisse 1898-1998 de Freddy Buache

Visionner le dernier sujet du Ciné-Journal en 1975 sur la plateforme Notrehistoire.ch

La télévision publique, enjeu stratégique dans la crise catalane

Dans le cadre de la crise catalane, les pressions sur les médias espagnols fusent de toutes parts. Si les critiques se multiplient à l’encontre de la couverture de l’information de la chaîne de télévision publique catalane TV3 et de la Catalunya Radio, jugée partiale par les anti-indépendantistes, la société des journalistes du groupe audiovisuel public RTVE dénonce, quant à elle, la couverture biaisée des médias nationaux en faveur de l’Etat.

Le climat de tension demeure depuis la mise sous tutelle des médias audiovisuels de la Catalogne, destinée à « garantir la transmission d’une information véridique, objective et équilibrée » selon le gouvernement espagnol, et qualifiée de prise de contrôle par leurs salariés qui voient leur indépendance menacée.

 

Lire l’article dans Le Monde

Lire l’article sur France Inter

Lire l’article dans Le Temps

Les archives de la télévision valaisanne Canal 9 numérisées

Trente années d’archives soit près de 3000 émissions de la télévision régionale valaisanne Canal 9 sont désormais accessibles au public et consultables gratuitement. Menée conjointement par la Médiathèque du Valais et Canal 9, la numérisation des archives audiovisuelles a été soutenue financièrement par l’Office fédéral de la communication (OFCOM) et par l’association pour la sauvegarde de la mémoire audiovisuelle suisse, Mémoriav. Elle constitue une étape supplémentaire dans la numérisation des médias du canton et fait figure de projet pilote pour la sauvegarde et la mise en valeur des archives audiovisuelles pour d’autres télévisions régionales en Suisse.

 

 

Lire l’article dans Le Nouvelliste

Lire l’article dans Le Matin

Visionner les archives de Canal 9 de 1984 à 2005

 

 

 

Vers une production audiovisuelle écologique ?

« Pourquoi le cinéma et la télévision ont besoin de réalisateurs sensibles à l’environnement ? ». Si les films peuvent se faire la tribune des questions écologiques, le réalisateur Steve Smith rappelle, dans un article du Huffington Post, que l’industrie audiovisuelle est elle-même une grande consommatrice de carbone et productrice de déchets. Il en appelle à une transition écologique, non seulement respectueuse de l’environnement, mais aussi génératrice d’économies dans les budgets des films.

Créé en 2011, le BAFTA Albert Consortium encourage l’industrie audiovisuelle à des pratiques environnementales en proposant divers outils, ressources et formations. Des méthodes de production plus responsables se développent vers un recyclage systématique des matériaux utilisés (pour les décors notamment) et vers une utilisation de nouvelles énergies (l’électricité verte) afin de réduire les émissions de CO2.

 

Lire l’article dans le Huffington Post

Ecouter le réalisateur Pierre Schoeller « Le cinéma, précurseur des questions écologiques »