Coup d’oeil historique sur les médias et l’enseignement

Au sein d’une semaine consacrée à l’enseignement, l’émission de France Culture La Fabrique de l’Histoire dédiait son programme du 30 janvier dernier à la manière dont le cinéma, la télévision puis aujourd’hui le jeu vidéo ont été intégrés en tant qu’auxiliaires pédagogiques par le système scolaire depuis les années 1950.

A cette occasion, Emmanuel Laurentin s’entretenait avec Frédéric Marty, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paul Valéry-Montpellier 3, Viviane Glikman, maîtresse de conférences à l’Institut National de Recherche Pédagogique (INRP) et Laurent Tremel, chargé de mission « médiation scientifique et partenariats universitaires » au Musée national de l’Éducation (MNAE).

Ecouter l’émission de la Fabrique de l’Histoire.

Ecouter l’émission de l’Atelier du Son sur la radio scolaire.

Lire notre article « Enseigner avec l’image en mouvement » consacré au colloque organisé par l’Association Learning on Screen sur la télévision et le cinéma éducatifs en novembre 2018.

Un web-documentaire pour les 50 ans de Temps présent

Le magazine d’information de la Radio-Télévision Suisse Temps présent fêtera en avril prochain ses 50 ans. Fondé au printemps 1969 par le directeur de la Télévision Suisse romande, René Schenker, et le chef du département de l’information, Alexandre Burger, Temps présent succède au magazine Continents sans Visa.

Pour ce cinquantenaire, l’équipe de notre projet FNS « Au-delà du service public. Pour une histoire élargie de la télévision en Suisse » a collaboré avec la RTS et l’Académie du journalisme et des médias (AJM) de Neuchâtel afin de créer un web-documentaire. Celui-ci passera de l’autre côté de l’écran et montrera les coulisses de la production du magazine phare de la RTS. Des entretiens avec des anciens et actuels professionnels de télévision, des archives inédites et des extraits d’émissions viendront incarner le travail des réalisateurs et journalistes de télévision.

Equipes de l’AJM et de l’UNIL réunies autour des archives de Temps présent. Copyright RTS/Anne Kearney

 

Vu en classe: les étudiant.e.s écrivent l’histoire de la télévision

Nouveauté: nous proposons sur notre site « Pour une histoire élargie de la télévision en Suisse » une série d’articles intitulée « Vu en classe: les étudiant.e.s écrivent l’histoire de la télévision ».

Ces textes sont issus du cours-séminaire « Dispositifs audiovisuels, industries de l’imaginaire et professionnels de l’écran : les dialogues entre cinéma et télévision des années 1950 au tournant numérique » qui a été donné par François Vallotton et Anne-Katrin Weber au semestre d’automne 2017 à l’Université de Lausanne. Proposé aussi bien aux étudiant.e.s en Histoire qu’en Histoire et esthétique du cinéma, cet enseignement Bachelor explorait l’histoire croisée du cinéma et de la télévision. Il permettait d’aborder le développement des deux médias dans leurs multiples interactions.

La deuxième proposition de « Vu en classe » porte sur les télé-clubs:

« Télévision quand tu nous tiens »: L’expérience éducative des télé-clubs, par Léon de Perrot, mars 2019.

En plein essor dans la France des années 1950, les télé-clubs sont essentiellement utilisés à des fins d’éducation populaire. L’histoire de cette expérience permet d’appréhender la vision, réelle ou fantasmée, du nouveau média par ses premiers utilisateurs et de penser la figure naissante du téléspectateur dans une pratique collective de la télévision.

Lire l’article.

 

Colloque: Genre et médias francophones en Europe (1940-1950)

La section cinéma de l’Université de Lausanne organise les 21 et 22 mars 2019 le colloque international « Genre et médias francophones dans l’Europe des années 1940-1950 ». Les intervenant.e.s communiqueront sur la radio et la télévision au féminin, sur les représentations du genre sur grand écran, dans la presse magazine ou dans la photographie ainsi que sur les ambivalences de la presse féminine.

Deux conférences plénières jalonneront ces deux journées. La chercheuse Brigitte Rollet (CHCSC,UVSQ-Science Po) retracera le parcours de la cinéaste Jacqueline Audry tandis que Marie-Eve Thérenty (RIRRA 21, Université Montpellier 3) reviendra sur les assignations et résistances chez les journalistes françaises dans les années 1940 et 1950.

Consulter le programme du colloque sur le site de la section d’histoire et d’esthétique du cinéma de l’Université de Lausanne.

Découvrir la programmation de la rétrospective « Figures de femmes dans le cinéma français (1940-1950) » à la Cinémathèque suisse.

Vu en classe: les étudiant.e.s écrivent l’histoire de la télévision

Nouveauté: nous proposons sur notre site « Pour une histoire élargie de la télévision en Suisse » une série d’articles intitulée « Vu en classe: les étudiant.e.s écrivent l’histoire de la télévision ».

Ces textes sont issus du cours-séminaire « Dispositifs audiovisuels, industries de l’imaginaire et professionnels de l’écran : les dialogues entre cinéma et télévision des années 1950 au tournant numérique » qui a été donné par François Vallotton et Anne-Katrin Weber au semestre d’automne 2017 à l’Université de Lausanne. Proposé aussi bien aux étudiant.e.s en Histoire qu’en Histoire et esthétique du cinéma, cet enseignement Bachelor explorait l’histoire croisée du cinéma et de la télévision. Il permettait d’aborder le développement des deux médias dans leurs multiples interactions.

La première proposition de « Vu en classe » porte sur la télévision communautaire:

« La télévision communautaire : de l’utopie médiatique « soixante-huitarde » à ses avatars contemporains », par Noé Maggetti et Michael Wagnières, mars 2019.

Liberté d’expression, création autonome, indépendance face aux institutions… Ces notions profondément actuelles à l’ère d’Internet ne datent pas d’hier. Elles ont été explorées dès les années 1970 au travers d’un modèle médiatique particulier: la télévision communautaire. Coup de projecteur sur cette utopie communicationnelle et l’une de ses mises en pratique actuelle : Canal29.

Lire l’article.

 

Symposium sur l’archivage numérique de l’audiovisuel

L’association Memoriav organise le 19 mars 2019 le symposium « Stockage d’archives numériques. Comment sécuriser durablement les données numériques de l’audiovisuel ? ». Quel type de stockage est adapté aux différentes institutions ? Quelles sont les possibilités de coopération offertes aux institutions de mémoire ?

Ce colloque, organisé en collaboration avec le Bureau de coordination pour l’archivage permanent des documents électroniques (KOST), questionnera les conditions d’utilisation et les solutions de stockage des données audiovisuelles en tant qu’archives numériques.

Consulter le programme provisoire du symposium.

Les informations pratiques sont disponibles ici.

Claude Goretta s’en est allé

Le cinéaste genevois Claude Goretta est décédé le 20 février 2019 à Genève, à l’âge de 89 ans. En 1958, le réalisateur débute sa carrière à la Télévision Suisse Romande (TSR) et tourne des reportages pour l’émission Continents sans Visa. Dix ans plus tard, il est l’un des membres fondateurs du Groupe 5 et réalise, dans ce cadre, Le Fou en 1970 et L’Invitation en 1973, film qui remportera le Prix du Jury au Festival de Cannes. Le cinéaste, producteur et scénariste poursuit sa carrière entre la Suisse et la France où il tourne notamment avec Isabelle Huppert, Nathalie Baye et Gérard Depardieu.

En 2011, le Festival international du film de Locarno rend hommage à Claude Goretta et lui décerne un Léopard d’honneur pour l’ensemble de son oeuvre. La Cinémathèque suisse consacre, la même année, une large rétrospective au réalisateur qui – entre documentaires, reportages, téléfilms et longs-métrages de fiction – a pratiqué, sans distinction, tous les genres de la création audiovisuelle.

« Le cinéaste genevois Claude Goretta est décédé », RTS Culture, 21 février 2019.

« Décès de Claude Goretta : le directeur de la Cinémathèque suisse Frédéric Maire évoque le style du réalisateur suisse », Play RTS, 21 février 2019.

« Claude Goretta: un cinéaste proche des humbles selon Frédéric Maire », La Liberté, 21 février 2019.

Voir le portrait de Claude Goretta sur la plateforme « Le Groupe 5 : nouvelle vague romande ».

Ecouter l’entretien de Claude Goretta sur Cinémémoire.ch.

Séminaire sur les professionnelles de télévision

Pour la deuxième année consécutive, l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 et l’Institut national de l’audiovisuel (Ina) organisent le séminaire « Les professionnelles de la télévision : approches historiques et socio-culturelles ». Productrices, monteuse et journaliste viendront partager leurs parcours et expériences professionnelles.

Le séminaire fait également la part belle aux chercheuses. Après avoir écouté le 05 février dernier la chercheuse Mélanie Lallet (IRMECCEN/Paris 3) parler des professionnelles de l’animation audiovisuelle française, Sylvie Perault (CERPCOS) reviendra, le 09 avril prochain, sur l’émergence du métier de costumière de télévision.

 

Présentation :

« L’histoire des professions de la télévision, en particulier celles qui sont moins visibles (ex. scripte) ou qui ont été formées par elle (ex. techniciens de signal vidéo, en studio ou en extérieur) constitue encore aujourd’hui un vaste chantier peu exploré. Ce séminaire organisé conjointement avec l’INA propose une autre histoire de l’audiovisuel en France en s’intéressant à ses professions sous l’angle particulier du genre. Quels sont les réseaux professionnels des femmes dans une télévision qui s’invente ? Quelle est la place des réseaux informels de la résistance dans les premiers moments de cette télévision ? Quels sont les métiers qu’elles investissent (productrice, animatrice, speakerine, journaliste, réalisatrice) ? »

Consulter le programme des séances.

 

Nouveau site pour l’Histoire audiovisuelle du contemporain

Le site du Pôle d’histoire audiovisuelle du contemporain (HAC) de l’Université de Lausanne s’offre une nouvelle jeunesse. Le site recense les projets de recherches, publications ainsi que les activités et collaborations scientifiques et pédagogiques autour de l’histoire des médias et des archives sonores et audiovisuelles. Il est désormais possible de recevoir la newsletter du pôle de recherche en s’inscrivant via ce formulaire de contact.

Présentation du site :

« Depuis 2006, la section d’histoire développe un axe de recherche spécifique autour de la valorisation des sources radiophoniques et télévisuelles. Au-delà d’une histoire des médias concernés, cette démarche vise à une intégration toujours plus systématique, et méthodologiquement rigoureuse, de ce matériel en histoire suisse contemporaine.
Outre une attention au dialogue pluridisciplinaire, nous portons un intérêt tout particulier à la question des archives et collaborons régulièrement avec les institutions de référence dans ce domaine que sont Memoriav, la Phonothèque nationale, la Cinémathèque suisse et les différentes unités d’entreprise de la SSR, sans négliger les archives régionales pour certains projets ponctuels. »

 

Entretien avec Helen Wheatley, professeure à Warwick University

Poursuite de notre série « Echos de la recherche en Grande-Bretagne » proposée par François Vallotton avec ce cinquième volet.

Helen Wheatley, après un Bachelor en littérature anglaise et américaine, a rejoint le Département de Film and Television Studies de Warwick, dans le cadre de son MA puis de son PhD. Elle y enseigne depuis 1998, participe et dirige de très nombreux projets de recherche sur la télévision, au niveau britannique comme international. Nous l’avons rencontrée à Coventry pour évoquer son travail et quelques-uns de ses ouvrages.

Illustration d’un projet dirigé, entre autres, par H. Whaetley, The City in the Box, the Box in the City

Extrait:

François Vallotton : En 2007, tu dirigeais un collectif intitulé Re-ViewingTelevisionHistory qui présente une forme de state of the art des études sur la télévision. Comment vois-tu l’évolution de ce domaine depuis les 10 ans qui se sont écoulés entre-temps ?

Helen Wheatley : C’est toujours intéressant de revenir sur son travail. Ce qui frappe, dans la structure de Re-Viewing Television History, c’est la construction très éclatée et segmentée de l’ouvrage qui reprend les lignes de démarcation traditionnelles de l’historiographie de la télévision : la question du canon, l’histoire des programmes, la dimension institutionnelle et productive, enfin la réception. Il faut à mon sens une approche plus holistique du phénomène télévisuel et, si je devais reprendre la même démarche aujourd’hui, je soulignerais davantage l’interdépendance entre les différents niveaux d’analyse.

Lire l’intégralité de l’interview sur notre site.

Découvrir les autres articles de notre série « Echos de la recherche en Grande-Bretagne »