L’avenir des médias en Suisse : vers une coopération public-privé ?

Lors d’une conférence sur l’avenir des médias à Berne le 14 novembre, Gilles Marchand, directeur de la SSR et Pietro Supino, président des éditeurs alémaniques, se sont dits prêts à coopérer dans le tournant numérique. Gilles Marchand a appelé tous les acteurs à « un dialogue professionnel sérieux et ouvert malgré une décennie de tensions » et a assuré que la SSR baisserait son budget de 150 millions en cinq ans.

Tous deux ont également lancé plusieurs pistes de collaboration entre le service public et le secteur privé. Les discussions ont porté sur la recherche de solutions professionnelles pragmatiques. La SSR propose d’ailleurs depuis octobre dernier des vidéos d’actualités gratuites aux médias privés. 23 médias suisses en bénéficient à ce jour.

Gilles Marchand, directeur de la SSR

« SSR et médias privés, prêts à coopérer », Le Matin

« Berne se penche sur l’avenir des médias », 24 Heures

 

La Suisse romande unie contre l’initiative « No Billag »

Dans l’attente de la votation fédérale qui aura lieu le 4 mars 2018, les acteurs des milieux politiques, culturels, sportifs et médiatiques de la Suisse romande s’inquiètent des conséquences d’une suppression de la redevance. Sa disparition menacerait l’indépendance des médias, la visibilité des milieux sportifs et culturels ainsi que l’existence non seulement de la SSR mais également de 19 chaînes régionales de radio et de télévision (Canal 9, La Télé, Léman Bleu, Radio Chablais, RTN, Radio Fribourg, RFJ ou encore Rhône FM).

«Il faut replacer le débat. Il ne s’agit pas de dire si on est content ou pas de telle émission. Il s’agit de la disparition totale de la SSR et des chaînes régionales. Toutes les régions minoritaires seraient dans une situation catastrophique» explique le conseiller national neuchâtelois Jacques-André Maire.

Afin de défendre leur opposition à « No Billag », de nombreuses personnalités se sont réunies le 5 octobre dernier au sein de l’Association contre la disparition des radios et télévisions.

Les dernières nouvelles autour de la campagne No Billag dans la presse et à la radio romandes:

« Front romand contre l’initiative «No Billag» » à lire dans le 24 Heures.

« Une association contre «No Billag» sans l’UDC » à lire dans Le Temps.

« Les élus romands partent en guerre contre «No Billag» » à lire dans la Tribune de Genève.

« No Billag: l’initiative visant à supprimer la redevance menace 19 chaînes de télévision et de radios romandes » à lire dans le Nouvelliste.

« Une association s’engage contre No Billag et la disparition des radios et TV »: RTS Info relaie le sujet du 19h30 sur la question ainsi qu’un débat dans l’émission radio Forum entre Jean-François Rime, président de l’USAM, et Claudine Amstein, directrice de la Chambre vaudoise du commerce et de l’industrie.

La télévision publique, enjeu stratégique dans la crise catalane

Dans le cadre de la crise catalane, les pressions sur les médias espagnols fusent de toutes parts. Si les critiques se multiplient à l’encontre de la couverture de l’information de la chaîne de télévision publique catalane TV3 et de la Catalunya Radio, jugée partiale par les anti-indépendantistes, la société des journalistes du groupe audiovisuel public RTVE dénonce, quant à elle, la couverture biaisée des médias nationaux en faveur de l’Etat.

Le climat de tension demeure depuis la mise sous tutelle des médias audiovisuels de la Catalogne, destinée à « garantir la transmission d’une information véridique, objective et équilibrée » selon le gouvernement espagnol, et qualifiée de prise de contrôle par leurs salariés qui voient leur indépendance menacée.

 

Lire l’article dans Le Monde

Lire l’article sur France Inter

Lire l’article dans Le Temps

Archives audiovisuelles et réseaux sociaux

Par Marie Sandoz, octobre 2017.

Les Archives de la Radio Télévision Suisse (RTS) sont plus visibles que jamais grâce à leur usage efficace des réseaux sociaux. L’ère du digital ouvre en effet un vaste éventail de possibilités aux documentalistes de l’audiovisuel public.

Rencontre avec les archivistes Soazig Vaucher et Vincent Sériot.

Lire l’article sur ce site.

 

Die Zukunft der SRG

In einem Interview mit der Zeitschrift Uniscope hat der neue RTS Direktor Pascal Crittin seine Zukunftspläne offenbart. Fast gleichzeitig sprach Jean-Michel Cina, seit Mai 2017 der neue Präsident der SRG SSR, mit dem Onlineportal Watson über die Zukunft der SRG SSR. Er spricht konkret über die Zukunft und die Strategie des Unternehmens und allgemein über die Rolle und die Funktion der SRG für den schweizerischen Medienplatz.

« Die SRG hat nicht nur die Verantwortung, ihren Kernauftrag zu erfüllen. Sondern auch den Auftrag, einen Beitrag für die Medienvielfalt zu leisten. Konkretisieren lässt sich dies mit Kooperationen. Es gibt sie bereits – denken Sie zum Beispiel an den Free Shared Content, den wir privaten Medien anbieten. Gleichzeitig sehe ich zusätzliches Potenzial. »

Lesen Sie das Interview hier.

 

 

La RTS bientôt sur le campus de Lausanne

Pascal Crittin, directeur de la Radio Télévision Suisse (RTS), a consacré une interview au dernier Uniscope, magazine du campus de l’Université de Lausanne. Il y est notamment question de médias numériques, des rôles fondamentaux de l’audiovisuel public, de la notion de trans-média et du déménagement de la RTS sur le campus lausannois à l’horizon 2021. A cet égard, Pascal Crittin mentionne de possibles collaborations futures avec notre projet de recherche.

 

Pascal Crittin par F. Imhof, copyright UNIL.

Extrait:

Uniscope: « Qu’attendez-vous du déménagement de la RTS à Dorigny ? »

Pascal Crittin: « Nous en attendons une intensification de nos relations déjà nombreuses avec les hautes écoles. (…). »

Uniscope: « Un exemple de collaboration future ? »

Pascal Crittin: « Il y a des compétences en matière d’histoire audiovisuelle et cinématographique à la Faculté des lettres. J’en parlais récemment avec les professeurs Alain Boillat et François Vallotton. Ce dernier dirige un projet FNS sur l’histoire des télévisions en Suisse qui peut s’appuyer sur nos archives numérisées et les exploiter. C’est un exemple parmi d’autres. Nous avançons dans la construction, avec les universités du Triangle Azur et l’EPFL, d’une alliance pour l’innovation des médias. Nous allons créer un Centre médias qui veut réunir les approches des sciences humaines et sociales, des humanités digitales et des ingénieurs pour stimuler l’innovation dans e domaine des médias, et aussi créer et diffuser des contenus en imaginant de nouveaux formats médiatiques, scientifiques et même des manières inédites d’accompagner l’enseignement. »

 

No billag : l’opinion de la population suisse

Dans le cadre des débats sur la suppression de la redevance radio-télévision en Suisse, un sondage mandaté par l’Association de Swiss Media – organisation de sociétés privées de médias suisses – a pris, au mois de septembre dernier, le pouls de l’opinion des Helvètes.

Sur 1000 personnes interrogées, 47% d’entre elles sont favorables à l’initiative No Billag. La population suisse, qui soutient majoritairement les missions de service public de la SSR, souhaite, en réalité, davantage une baisse significative de la redevance (autour de 200 francs) plutôt que sa totale suppression.

Selon Swiss Media, si le rôle de la SSR n’est pas remis en cause, celle-ci devra néanmoins réaliser des économies et revoir son fonctionnement en renonçant à concurrencer le privé et en se concentrant sur ses missions d’information.

Lire l’article dans 24 heures

Consulter les résultats du sondage

Lire l’opinion de Swiss Media

Relire nos articles relayant les débats sur l’initiative No Billag

Ständerat kritisiert SRG-Kooperationen

Vorgestern teilte der Nationalrat der No-Billag-Initiative eine Abfuhr, gestern sprach sich der Ständerat für eine Regulierung der SRG in den Bereichen ein, wo private Medienanbieter wirtschaften können. Der Ständerat folgt somit der von der Kommission für Verkehr und Fernmeldewesen des Ständerates eingereichten Motion zur Gewährleistung der Medienvielfalt in der Schweiz.

 

Die Debatte ist hier nachlesbar. Der genaue Wortlaut der Motion ist unter diesem Link verfügbar. Und für einen einordnenden Text klicken Sie auf diesen Link, der führt Sie zum Artikel der NZZ.

No Billag: le Conseil national balaie l’initiative

Ce lundi 25 septembre, l’initiative No Billag, qui demande la suppression de toute redevance radio-télévision, a été rejetée par la Conseil national. La même sort a été réservé au contre-projet de l’UDC, qui proposait de fixer le montant de la redevance à 200 francs. Le débat avait commencé le 14 septembre pour être repris lundi. Durant ces deux journées de vives discussions, deux visions opposées du service public audiovisuel se sont opposées.

Alors que les partisans de l’initiative dénoncent une SSR trop dominante pour permettre une libre concurrence dans le marché des médias suisses, les autres défendent un service public capable d’assurer la cohésion nationale ainsi que la même qualité de contenu dans les quatre régions linguistiques. En mars dernier, le Conseil des États avait également recommandé de refuser le texte. Reste à la population suisse de s’exprimer sur le sujet. On parle d’une votation pour mars 2018.

 

La salle du Conseil national durant la session d’automne 2017. [Anthony Anex – Keystone] Source: RTS

 

« Le Conseil national s’oppose à No Billag » et « Quel avenir pour la SSR après la redevance? » à lire dans Le Temps.

« Redevance: le Parlement rejette clairement l’initiative « No Billag », le peuple tranchera » à lire dans le Nouvelliste.

« No Billag et l’avenir des médias » à lire dans La Tribune de Genève.

Les débats minute par minute du 14 septembre dans 24 Heures.

Et un article de fond par le professeur d’histoire contemporaine Jakob Tanner dans une édition du Courrier de mai dernier: « Service public et république ».

 

Zoom sur la revue numérique Ina Global

Depuis sa création en 1975, l’Institut national de l’audiovisuel (Ina) a développé ses pôles de compétences en termes de formation, d’enseignement et de recherche. En 2010 est lancée InaGlobal.fr, revue en ligne, bilingue et gratuite consacrée aux industries créatives et aux médias. Près de 400 journalistes et chercheurs de toutes nationalités publient des contenus sur une diversité de sujets : télévision, cinéma, radio, musique, édition, presse, numérique, jeu vidéo, télécommunications, technologies, communication et publicité.

Les approches adoptées sont elles aussi multiples : articles, notes de lectures, statistiques, dossiers, chronologies et cartes sont proposés afin de répondre aux objectifs d’Ina Global : « Décloisonner les connaissances, s’ouvrir à la mondialisation et aux pays émergents, et produire une information de qualité pour un vaste public de professionnels, de chercheurs, d’étudiants et, au-delà, de citoyens attentifs aux évolutions de la communication et des industries créatives à l’âge d’Internet ».

En complément de la web revue a été lancée en 2014 la revue papier trimestrielle davantage tournée vers l’analyse et le décryptage.

 

Lire la présentation d’Ina Global

Découvrir les offres et services de l’Ina

Lire l’article sur le lancement de la revue dans l’Humanité