Mai 68: une grève à la radio-télé française

Libérons l’O.R.T.F, Affiche éditée par l’Atelier Populaire (Beaux-Arts) • Crédits : ©Collection Michael Lellouche/Leemage – AFP

 

A l’heure des commémorations de Mai 68, l’émission La Fabrique de l’histoire y dédiait la semaine du 23 au 27 avril.

Les auditeurs de France culture ont notamment pu découvrir à cette occasion un documentaire intitulé « Radio 68 : ORTF : la grève à contretemps » qui évoque la grève de l’audiovisuel public français en 1968.

 

 

Présentation:

« C’est par la radio que le général de Gaulle va mobiliser ses troupes le 30 mai après son escapade à Baden-Baden. Ce jour-là les transistors relaient la grande manifestation gaulliste sur les Champs-Élysées. Les « accords de Grenelle » ont donné satisfaction à de nombreux salariés et la grève va progressivement s’arrêter dans la plupart des entreprises. Pas à l’ORTF où la revendication principale n’est pas salariale mais concerne l’indépendance et l’objectivité journalistique. Radios et télé publiques vont donc durcir leur grève à partir du 3 juin et, à contretemps, la poursuivre jusqu’à la mi-juillet pour les journalistes de la télévision. Plusieurs dizaines d’entre eux vont en subir les conséquences en étant licenciés ou mis à pied en plein été, avant une reprise en main sévère par le gouvernement des journaux d’information. »

Pour aller plus loin:

 

Des salariés de l’ORTF défilent sous une banderole lors de la manifestation appelée par les syndicats CGT et CFDT à Paris le 24 mai 1968 pendant la grève générale de mai 1968. • Crédits : JACQUES MARIE – AFP

 

Les écrivains à la radio et à la télévision suisses (1960-1990)

Jérôme Meizoz et François Vallotton, professeurs à l’Université de Lausanne, ont récemment publié un article qui s’intéresse aux émissions littéraires à la radio et à la télévisions suisses romandes dans les années 1960 à 1990.

Intitulée, « L’émission littéraire en Suisse romande (1960-1990) : médiatisation, formats, postures », cette contribution est accessible sur la plateforme Komodo 21, revue en ligne de l’Unité RIRRA21 de l’Université Montpellier3. Elle fait partie d’un dossier sur « L’entretien d’écrivain à la radio » qui propose une douzaine d’autres études.

 

RTS Archives, L’émission Voix au Chapitre du 10 janvier 1977 sur la TSR. La Suisse des urbanistes et la Suisse des poètes : Jacques Chessex invité pour « Elégie, soleil du regret » et « Bréviaire », Jean-Pierre Vouga pour « De la Fosse aux ours à la fosse aux lions ».

 

Présentation du papier de Jérôme Meizoz et François Vallotton:

« Cet article explore un corpus d’environ 160 sons et images sélectionnés dans les archives de la RTS (Radio-télévision suisse romande) à partir de six émissions entre 1960-1990, soit quatre émissions radiophoniques : Découverte de la littérature (1962-1972), La Semaine littéraire (1962-1975), La Librairie des ondes (1974-1982)et Empreintes (1982-1988), et deux émissions télévisuelles : La Voix au chapitre (1971-1980) et Hôtel (1989-1992). Voici donc un premier point de vue comparatif avec les travaux français, illustrant la manière spécifique dont le service public suisse envisage la médiatisation de la vie littéraire, en se référant à la fois à la scène médiatique parisienne (adaptation et démarcation à l’égard d’Apostrophes) et à sa propre tradition médiatique. S’en dégage un souci constant de proposer une médiation de la littérature pour un large public. Pour ce faire, les producteurs de la RTS misent sur l’extrême plasticité et diversité des formats d’émissions (entretien, débat, portrait), ainsi que sur la pluralité des rubriques. Les producteurs recourent à des genres discursifs qui préexistent (entretien, chronique, hommage, billet) et inventent aussi ses formes spécifiques (la création radiophonique, qui n’est pas abordée ici). »

Lire l’article.

Premières pratiques radiophoniques et culture moderne du son

Shawn VanCour, chercheur en Media Archival Studies à la UCLA, a récemment fait paraître un ouvrage intitulé Making Radio. Early Radio Production and the Rise of Modern Sound Culture.

Présentation:

The opening decades of the 20th century witnessed a profound transformation in the history of modern sound media, with workers in U.S. film, radio, and record industries developing pioneering production methods and performance styles tailored to emerging technologies of electric sound reproduction that would redefine dominant forms and experiences of popular audio entertainment. Focusing on broadcasting’s initial expansion during the 1920s, Making Radio explores the forms of creative labor pursued for the medium in the period prior to the better-known network era, assessing their role in shaping radio’s identity and identifying affinities with parallel practices pursued for conversion-era film and phonography. (…)

Lire la suite.

 

« Mai 68 à l’ORTF »: une exposition à la Maison de la Radio

Radio France célèbre cette année le cinquantenaire de mai 68 et propose, dans ce cadre, de multiples manifestations. Les radios de France Inter, Franceinfo, France Bleu et France Culture proposent à leurs auditeurs rencontres, émissions et conférences autour des évènements de mai 68.

Une exposition organisée à la Maison de la Radio en partenariat avec l’Ina présente, à partir de photos, de documents d’archives inédits mais aussi sur la base d’extraits sonores et visuels, une rétrospective des ces événements tels qu’ils ont été vécus dans l’enceinte de l’ORTF. Le parcours du visiteur se fera dans trois espaces de la Maison de la Radio, chacun dévolu à une thématique spécifique. Les visiteurs s’imprègneront de l’atmosphère de la France des années 60, « La France du Général », avant de découvrir une « ORTF sous contrôle ». Un dernier espace, intitulé « Faire trembler les murs du silence », fera place aux programmes diffusés ainsi qu’aux actions et pratiques de travail opérées par les professionnels de l’institution durant la période.

 

Découvrir l’exposition « Silence radio – Mai 68 à l’ORTF » du 22 mars au 29 juin 2018

Suivre les différents événements proposés par Radio France

Consulter les dossiers thématiques pour prolonger l’exposition

« Mai 68: radios barricades contre voix de la France », France Inter, 20 mars 2018

Visionner l’entretien « Silence Radio » avec l’historien et commissaire de l’exposition Christian Delporte et la scénographe Camille Duchemin

Université d’été sur l’histoire transnationale de la radio

Le Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History (C² DH) organisera, du 18 au 22 juin 2018, une université d’été consacrée à l’histoire transnationale de la radio au XXe siècle.

Extrait de la présentation:

« The Summer School focuses on the history of transnational radio in the 20th century, more specifically on the material, technical, and architectural histories of radio as a symbolic media of transnational communication in Europe and beyond. Following recent trends in media historiography, the Summer School aims at problematizing and reflecting on radio as one of the most important technologies of transborder and transnational communication, emphasizing its role as cultural mediator and political actor in the modern media landscape. »

Lire l’intégralité de l’appel à communications.

No Billag: fin de campagne et nouvelle ère pour la SSR

Après une campagne intense autour de l’initiative No Billag, l’existence de la SSR est confortée plus que jamais avec le refus net de supprimer la redevance audiovisuelle, voté le dimanche 4 mars dernier. Mais dès l’annonce des résultats, Gilles Marchand, directeur de l’audiovisuel public suisse, annonçait des réformes et des économies. Parmi les nouvelles pistes que suivra l’entreprise de service public, on peut mentionner la priorité donnée au numérique, la fin de la publicité sur Internet et l’arrêt des coupures au milieu des films télévisés. Pascal Crittin, directeur de la RTS, était l’invité de l’émission Médialogues samedi 10 mars pour faire le bilan de la campagne et discuter de l’avenir de la SSR.

Ecouter l’entretien.

 

 

Les médias de service public: état des lieux

Modèles de redevance diversifiés, régulations oscillant entre autonomie et dépendance, enjeu démocratique ou défi numérique: un regard sur l’audiovisuel public à l’international souligne ses conceptions variables, dans l’espace et dans le temps, ainsi que ses formes multiples et changeantes. Si l’audiovisuel public forme un paysage éclaté, les médias nationaux s’ouvrent néanmoins à des formes de rapprochement multiples.

« Les services publics de radio-télévision à l’orée du XXIe siècle. Entre (non) conceptions politiques, industrialisation et techniques numériques », Benoît Lafon

« Le financement de l’audiovisuel public en Europe: un paysage éclaté », France Culture

« Qu’est-ce qu’un média de service public? », dossiers de l’Ina sur l’audiovisuel public en France, au Royaume-Uni, en Pologne, au Maroc, aux Etats-Unis, au Brésil, en Israël, au Sénégal, en Inde, au Japon, en Corée du Sud, au Nigeria et en Allemagne.

« Archives: on regarde dans le rétro? », Espace 2

L’émission Nectar, rendez-vous culturel de la station de radio Espace 2, a consacré son sujet du 7 février 2018 aux archives audiovisuelles en Suisse. Trésors fragiles conquis sur le temps, leur préservation est initiée par les professionnels des médias pour des raisons essentiellement pratiques. La conservation des archives leur permet en effet de gagner du temps en réutilisant certains contenus plutôt que de les reproduire.

Cette conscience de l’importance du patrimoine audiovisuel s’est ensuite progressivement développée et institutionnalisée en Suisse. Les mémoires audiovisuelles sont aujourd’hui conservées par diverses institutions: la Radio-Télévision Suisse (RTS) et la Cinémathèque suisse en premier lieu mais aussi l’association Memoriav ainsi que la plateforme numérique, historique et participative notreHistoire.ch lancée en 2009 en Suisse romande.

Tour de table avec François Vallotton (historien des médias), Jean-François Cosandier (ancien directeur des archives et du service de documentation de la Radio Suisse Romande), Léonard Bouchet (chef du service données et archive à la RTS), Caroline Fournier (responsable secteur conservation et restauration film, Cinémathèque suisse) et Blaise Dupasquier (documentaliste).

 

Ecouter l’émission

« Le patrimoine audiovisuel en Suisse : genèse, ressources, reconfigurations », Sociétés et représentations, 2013/1, par Olivier Pradervand et François Vallotton

Grand débat sur No Billag

L’émission radio Forum du 7 février 2018 était consacrée à la votation du 4 mars prochain sur l’initiative No Billag, qui vise à supprimer toute redevance radio-télévision.

Le débat en direct de Sion (VS) réunissait Thomas Birbaum, vice-président du comité romand No Billag, Claudio Zanetti, conseiller national (UDC/ZH), Gilles Marchand, directeur général de la SSR et Christophe Darbellay, conseiller d’Etat (PDC/VS).

En préambule, le journaliste de la RTS Thibaut Schaller avait fait le point sur la campagne qui bat son plein.

Le 1er février 2018, les radios locales RJB, RTN et RFJ avait également diffusé un long débat sur cette votation qui réunissait pas moins de huit invités.

Petit retour historique sur la redevance audiovisuelle

Ce 25 janvier, La Matinale de La Première revenait sur l’histoire des débats autour de la redevance en Suisse. Les modes de financement du service public audiovisuel ont fait débat dès la première mention de ce qu’on appelait alors la taxe radiophonique, en 1946. La SSR plaidait alors pour une hausse de 15 à 24 francs par année. « Forcément, en Suisse, la radio doit coûter plus cher qu’ailleurs. Nous avons un petit territoire, une population assez restreinte, au sein de laquelle nous ne pouvons pas trouver des auditeurs en nombre illimité », justifiait par exemple un commentateur politique de l’époque.

Écouter la chronique Rouven Gueissaz.