50 ans de Temps présent : dans les coulisses du web-doc

Nouveauté: nous proposons sur notre site « Pour une histoire élargie de la télévision en Suisse » une série d’articles sur les « 50 ans de Temps présent ».

Le cinquantenaire du magazine phare de la télévision suisse romande, Temps présent, a été l’occasion d’une réflexion collective sur l’histoire du magazine menée conjointement par la Radio-Télévision Suisse (RTS) et le monde universitaire. Cette série d’articles sur les « 50 ans de Temps présent » valorise les résultats de l’exploration des coulisses de l’émission et prolonge cette collaboration avec des textes d’historien.ne.s de l’Université de Lausanne et de professionnels de télévision.

Ce deuxième article de la série retrace l’élaboration du web-documentaire et valorise les témoignages de ses conceptrices et concepteurs.

« 50 ans de Temps présent: dans les coulisses du web-doc », par Roxane Gray, mai 2019.

L’équipe du web-documentaire à la soirée d’anniversaire de Temps présent. De gauche à droite : Andrew Robotham, Mathilde Sibellas, Alberto Silini, Gabrielle Duboux, Roxane Gray, Julie Gaudio, Jessica Chautems, Nathalie Pignard-Cheynel et Annik Dubied. Copyright RTS.

 

Le web-documentaire sur les 50 ans de Temps présent a généré des collaborations fructueuses entre la RTS, l’Université de Lausanne (Unil) et l’Académie du Journalisme et des médias de Neuchâtel (AJM). L’équipe du web-doc est revenue dans les médias sur cette expérience fructueuse. Florilège.

Lire l’article.

 

Cours en ligne sur les pratiques et cultures numériques

L’Ecole professionnelle supérieure d’arts graphiques de la ville de Paris (EPSAA) propose une série de MOOCs (Massive Online Open Course) sur les pratiques et cultures numériques. Regroupés sur la plateforme moocdigital.paris, ces cours en ligne sont donnés chaque mois par un spécialiste différent qui aborde sa thématique de prédilection en six épisodes.

Trois des six interventions données par l’historien André Gunthert

Ce mois d’avril, le sociologue des médias et chargé de l’urbanisme à la Mairie de Paris, Jean-Louis Missika, s’exprimait sur les « Mutations urbaines » à l’aune des changements technologiques actuels. En février dernier, les interventions d’André Gunthert, maître de conférences à l’EHESS et historien des cultures visuelles, s’intéressaient au thème « Image, Numérique, Partage ». Il était notamment question de l’histoire de la photographie, des liens entre numérisation et démocratie dans la production d’images ou encore de la pratique du selfie. Des artistes sont également invité.es à parler de leurs pratiques, comme la pluridisciplinaire ORLAN qui s’exprime entre autres sur la manière dont elle intègre de nouvelles technologies à ses œuvres, ou la photographe et philosophe Valérie Belin autour du thème « Formation et méthodologie ».

Foisonnement des médias en ligne en Suisse

Les nouveaux médias en ligne se multiplient en Suisse. Après la création du site romand d’information Bon pour la tête en 2017 et le lancement de Republik en Suisse alémanique l’année suivante, un nouveau média suisse romand, Heidi. news, sera lancé au printemps 2019.

Les trois médias en ligne partagent un objectif commun – enrichir le paysage médiatique suisse – mais font également face aux mêmes menaces financières. Fonctionnant sans publicité, ces nouveaux médias cherchent à réduire au maximum les coûts et concentrent leurs moyens sur le contenu éditorial. Ces plateformes appellent à un soutien politique, cherchent de nouveaux investisseurs mais comptent surtout convaincre un nombre croissant d’abonné.e.s.

 

Les membres fondateurs du nouveau média en ligne Republik. [Siggi Bucher – Keystone]

« Le casse-tête du financement des nouveaux médias en ligne », RTS Info, 15 janvier 2019

« Heidi.news, un nouveau média suisse romand, verra le jour en 2019 », RTS Info, 02 décembre 2018

« Lancement du nouveau média Republik en Suisse alémanique », Play RTS, 15 janvier 2018

« Le nouveau média Bon pour la tête est né », Le Temps, 21 juin 2017

L’Ina parle des femmes dans les médias

A l’occasion de la journée internationale des femmes, la revue des industries créatives et des médias Ina Global a publié, le 8 mars dernier, une série d’articles consacrés à la place des femmes dans les médias. Sociologues, historiennes et chercheur.euse.s en sciences de l’information et de la communication s’interrogent sur les hiérarchies, inégalités et stéréotypes genrés qui perdurent tant dans la production de l’information que dans les représentations véhiculées par les médias. Les analyses portent sur la télévision et la radio mais aussi sur la presse et l’espace numérique.

Ina. Illustration Laura Paoli Pandolfi

 

Présentation du dossier « Femmes dans les médias : rôles de dames » :

« Les femmes tracent leur route depuis plus de 100 ans à travers les médias, presse, radio, TV, Web. Où en sont-elles ? Quelle place occupent-elles ? Quelles représentations ? Malgré les avancées, elles se heurtent toujours au plafond de verre, trop souvent limitées aux mêmes rôles. Bilan à l’ère de #MeToo. »

Retrouver les huit articles sur le site d’Ina Global.

L’expérience pirate du 11 octobre 1972: les prémices de la télévision locale suisse

Troisième volet de notre série « Vu en classe: les étudiant.e.s écrivent l’histoire de la télévision » avec un article rédigé par Audrey Beeler et Lauren Mommer:

« L’expérience pirate du 11 octobre 1972: les prémices de la télévision locale suisse »

Au début des années 1970, à l’ère du monopole de la Société Suisse de Radiodiffusion (SSR) sur l’audiovisuel en Suisse, une émission pirate est lancée à Yverdon-les-Bains. Retour sur cet épisode qui annonce l’émergence de la télévision locale et ses modes de production participatifs. Lire l’article.

Titres de la Gazette de Lausanne, 12.10.72.

Les textes de cette série sont issus du cours-séminaire « Dispositifs audiovisuels, industries de l’imaginaire et professionnels de l’écran : les dialogues entre cinéma et télévision des années 1950 au tournant numérique » qui a été donné par François Vallotton et Anne-Katrin Weber au semestre d’automne 2017 à l’Université de Lausanne. Proposé aussi bien aux étudiant.e.s en Histoire qu’en Histoire et esthétique du cinéma, cet enseignement Bachelor explorait l’histoire croisée du cinéma et de la télévision. Il permettait d’aborder le développement des deux médias dans leurs multiples interactions.

Coup d’oeil historique sur les médias et l’enseignement

Au sein d’une semaine consacrée à l’enseignement, l’émission de France Culture La Fabrique de l’Histoire dédiait son programme du 30 janvier dernier à la manière dont le cinéma, la télévision puis aujourd’hui le jeu vidéo ont été intégrés en tant qu’auxiliaires pédagogiques par le système scolaire depuis les années 1950.

A cette occasion, Emmanuel Laurentin s’entretenait avec Frédéric Marty, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paul Valéry-Montpellier 3, Viviane Glikman, maîtresse de conférences à l’Institut National de Recherche Pédagogique (INRP) et Laurent Tremel, chargé de mission « médiation scientifique et partenariats universitaires » au Musée national de l’Éducation (MNAE).

Ecouter l’émission de la Fabrique de l’Histoire.

Ecouter l’émission de l’Atelier du Son sur la radio scolaire.

Lire notre article « Enseigner avec l’image en mouvement » consacré au colloque organisé par l’Association Learning on Screen sur la télévision et le cinéma éducatifs en novembre 2018.

Un web-documentaire pour les 50 ans de Temps présent

Le magazine d’information de la Radio-Télévision Suisse Temps présent fêtera en avril prochain ses 50 ans. Fondé au printemps 1969 par le directeur de la Télévision Suisse romande, René Schenker, et le chef du département de l’information, Alexandre Burger, Temps présent succède au magazine Continents sans Visa.

Pour ce cinquantenaire, l’équipe de notre projet FNS « Au-delà du service public. Pour une histoire élargie de la télévision en Suisse » a collaboré avec la RTS et l’Académie du journalisme et des médias (AJM) de Neuchâtel afin de créer un web-documentaire. Celui-ci passera de l’autre côté de l’écran et montrera les coulisses de la production du magazine phare de la RTS. Des entretiens avec des anciens et actuels professionnels de télévision, des archives inédites et des extraits d’émissions viendront incarner le travail des réalisateur.trice.s et journalistes de télévision.

Equipes de l’AJM et de l’UNIL réunies autour des archives de Temps présent. Copyright RTS/Anne Kearney

 

Vu en classe: les étudiant.e.s écrivent l’histoire de la télévision

Nouveauté: nous proposons sur notre site « Pour une histoire élargie de la télévision en Suisse » une série d’articles intitulée « Vu en classe: les étudiant.e.s écrivent l’histoire de la télévision ».

Ces textes sont issus du cours-séminaire « Dispositifs audiovisuels, industries de l’imaginaire et professionnels de l’écran : les dialogues entre cinéma et télévision des années 1950 au tournant numérique » qui a été donné par François Vallotton et Anne-Katrin Weber au semestre d’automne 2017 à l’Université de Lausanne. Proposé aussi bien aux étudiant.e.s en Histoire qu’en Histoire et esthétique du cinéma, cet enseignement Bachelor explorait l’histoire croisée du cinéma et de la télévision. Il permettait d’aborder le développement des deux médias dans leurs multiples interactions.

La deuxième proposition de « Vu en classe » porte sur les télé-clubs:

« Télévision quand tu nous tiens »: L’expérience éducative des télé-clubs, par Léon de Perrot, mars 2019.

En plein essor dans la France des années 1950, les télé-clubs sont essentiellement utilisés à des fins d’éducation populaire. L’histoire de cette expérience permet d’appréhender la vision, réelle ou fantasmée, du nouveau média par ses premiers utilisateurs et de penser la figure naissante du téléspectateur dans une pratique collective de la télévision.

Lire l’article.

 

Vu en classe: les étudiant.e.s écrivent l’histoire de la télévision

Nouveauté: nous proposons sur notre site « Pour une histoire élargie de la télévision en Suisse » une série d’articles intitulée « Vu en classe: les étudiant.e.s écrivent l’histoire de la télévision ».

Ces textes sont issus du cours-séminaire « Dispositifs audiovisuels, industries de l’imaginaire et professionnels de l’écran : les dialogues entre cinéma et télévision des années 1950 au tournant numérique » qui a été donné par François Vallotton et Anne-Katrin Weber au semestre d’automne 2017 à l’Université de Lausanne. Proposé aussi bien aux étudiant.e.s en Histoire qu’en Histoire et esthétique du cinéma, cet enseignement Bachelor explorait l’histoire croisée du cinéma et de la télévision. Il permettait d’aborder le développement des deux médias dans leurs multiples interactions.

La première proposition de « Vu en classe » porte sur la télévision communautaire:

« La télévision communautaire : de l’utopie médiatique « soixante-huitarde » à ses avatars contemporains », par Noé Maggetti et Michael Wagnières, mars 2019.

Liberté d’expression, création autonome, indépendance face aux institutions… Ces notions profondément actuelles à l’ère d’Internet ne datent pas d’hier. Elles ont été explorées dès les années 1970 au travers d’un modèle médiatique particulier: la télévision communautaire. Coup de projecteur sur cette utopie communicationnelle et l’une de ses mises en pratique actuelle : Canal29.

Lire l’article.

 

Travailleurs et travailleuses « du clic »: le côté obscur de l’économie digitale

Antonio A. Casilli, professeur en Humanités digitales à Télécom ParisTech et chercheur à l’Institut interdisciplinaire de l’innovation du CNRS, a récemment publié un ouvrage qui propose une réflexion stimulante sur le travail à l’ère du numérique.

Dans En attendant les robots. Enquête sur le travail du clic, le sociologue dévoile un pan sombre et méconnu de l’économie digitale, à rebours de l’idée selon laquelle les évolutions techniques dans le domaine du numérique permettraient à terme le remplacement du travail humain par des machines.

Au contraire, « en dissipant l’illusion de l’automation intelligente, Antonio Casilli fait apparaître la réalité du digital labor : l’exploitation des petites mains de l’intelligence « artificielle », ces myriades de tâcherons du clic soumis au management algorithmique de plateformes en passe de reconfigurer et de précariser le travail humain. »

 

 

Dès sa sortie, son travail a reçu un accueil enthousiaste dans les médias. Florilège.