Fribourg inaugure sa maison des médias

Le 21 décembre 2018, Fribourg a inauguré sa nouvelle maison des médias : MEDIAParc. Celle-ci souhaite innover dans le domaine des multimédias et renforcer le lien entre les médias fribourgeois et la population.

Le site accueillera dans la commune de Villars-sur-Glâne Radio Fribourg et la régie publicitaire MediaPub, toutes deux propriétaires des locaux, mais aussi l’antenne fribourgeoise de la chaîne de télévision La Télé, le site d’information Sept.info ainsi que le média en ligne singinois Skippr. Près de 80 collaborateurs fixes et autant de freelances travailleront dans ce vaste complexe équipé d’une cellule numérique, de studios radio équipés de caméras et d’un plateau télé.

 

« Le centre des médias Mediaparc prend son envol », La Liberté, 3 décembre 2018.

« MEDIAParc devient réalité », communiqué de presse, 3 décembre 2018.

« Fribourg va bientôt disposer d’une maison des médias », Le Temps, 11 octobre 2018.

Parution: Netflix une (r)évolution?

Capucine Cousin a publié en septembre dernier chez Armand Colin un ouvrage intitulé « NETFLIX & Cie. Les coulisses d’une (r)évolution ». La journaliste spécialisée en économie, high tech, innovation et marketing y analyse le succès fulgurant de la plateforme de vidéo sur demande en s’intéressant entre autres à ses conséquences pour les chaines de télévision traditionnelles, le cinéma et les spectateurs.

 

 

Présentation de l’ouvrage:

« Le cinéma et la télévision connaissent une révolution sans précédent : en quelques années seulement, Netflix s’est imposé comme un géant de l’audiovisuel en recrutant à tour de bras des abonnés séduits par un catalogue gargantuesque à l’accès illimité. Un catalogue notamment alimenté par des productions « maison » au succès foudroyant, et peu à peu enrichi des créations de cinéastes vedettes. D’Amazon à Disney, en passant par Google, Apple et Facebook, d’autres lui emboîtent le pas, et tous se livrent d’ores et déjà une guerre sans merci à laquelle semblent assister, impuissants, les acteurs traditionnels du secteur. »

 

 

 

Capucine Cousin était l’invitée de Médialogues sur la RTS, le 17 novembre.

« Netflix brode sur le mythe d’Orson Welles », un entretien avec Capucine Cousin dans Alternatives économiques du 31 octobre sur la stratégie cinéma de la plateforme étasunienne.

Parution: Réflexions sur la télévision globale à l’heure d’internet

La revue en libre accès Media Industries a récemment fait paraitre son second numéro de l’année 2018, consacré à la « Global Internet Television ».

Parmi les textes proposés, on peut découvrir la contribution de Lindiwe Dovey, de la SOAS University de Londres, intitulée « Entertaining Africans: Creative Innovation in the (Internet) Television Space », ou celle de Dorota Vašíčková and Petr Szczepanik de l’Université Charles de Prague, qui porte sur la « Web TV as a Public Service: The Case of Stream.cz, the East-Central European Answer to YouTube ».

Ce numéro a été coordonné par Amanda D. Lotz (University of Michigan), Ramon Lobato (RMIT University) et Julian Thomas (RMIT University) qui signent l’article « Internet-Distributed Television Research: A Provocation ».

 

Télévision et cinéma: renégociations

Le 31 octobre sur France Culture, l’émission Du grain a moudre interrogeait la relation entre la télévision et le cinéma à l’aune des changements du paysage audiovisuel français : « La télévision, et Canal + en particulier, ont toujours largement financé le cinéma français. Mais les récentes tensions lors des négociations de la chronologie des médias semblent fragiliser cet équilibre. A l’heure des sVoD comme Netflix, d’autres modèles de financement du cinéma existent-ils ? »

Écouter l’émission « Le cinéma a-t-il encore besoin de la télé? »

« Chronologie des médias : Canal + claque la porte des négociations avec le cinéma », Capital, le 24 octobre.

« A la Mostra de Venise, Netflix prend sa revanche », France Inter, le 9 septembre.

« Franck Riester : « On ne peut pas, en France, ne pas faire évoluer la chronologie des médias » », Numerama le 23 octobre.

« Qu’appelle-t-on « l’exception culturelle » ? », Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA).

Acrimed: « pour des médias (vraiment) au service des publics »

Le samedi 17 novembre, l’antenne lyonnaise de l’association Action Critique Médias (Acrimed) organise une journée de réflexion sur les médias. Parmi les intervenants, on compte le journaliste Olivier Cyran, le vidéaste Usul, des journalistes lyonnais, des responsables de médias alternatifs, des syndicalistes et des membres d’Acrimed, qui échangeront sur le thème « Pour des médias (vraiment) au service des publics ».

 

 

Tables rondes, conférences, expositions de dessins, débats et projections sont prévus.

On note par exemple l’échange « L’audiovisuel public en danger » avec Mouloud Aïssou, syndicaliste à la télévision française.

Voir le programme complet.

Zensur im Sinne gesellschaftlicher Normen: The cleaners

Man nennt sie Content Moderators, aber eigentlich filtern sie den Müll im Netz: Der Dokumentarfilm «The Cleaners» beleuchtet eindrücklich das Prekariat in den Löschfabriken von Facebook und Konsorten.

« »The Cleaners » reisst ein wahnsinnig komplexes Feld auf, ohne sich je darin zu verlieren. Es ist ein Film, der mit allen visuellen Kniffen eines weltumspannenden Netzthrillers operiert, dabei aber nie seine journalistische Hartnäckigkeit vergisst – und schon gar nicht die globalisierte Billigarbeit, von der er im Kern handelt. Dabei sind die eigentlichen Löschfabriken so gut abgeschirmt, dass man dort höchstens mit versteckter Kamera filmen könnte.» Woz

Lesen Sie hier den Woz-Artikel. Zu sehen auch auf Arte.

Call for Papers: Decoding Europe. Technological Pasts in the Digital Age

Le centre d’histoire contemporaine et digitale de l’Université du Luxembourg (C²DH) organise, du 27 au 29 juin 2019, la 9ème conférence Tensions of Europe. La conférence « Decoding Europe: Technological Pasts in the Digital Age » étudiera la manière dont notre approche du passé technologique européen est influencée, façonnée et peut même être transformée à l’ère numérique et, inversement, comment le présent et l’avenir numériques de l’Europe s’inscrivent dans des évolutions à long terme.

Les propositions sont à envoyer avant le 15 novembre. Consulter toutes les informations ici.

Extrait de l’appel à communications:

« In the current narrative, digitisation is a process profoundly shaped by US visions. This conference also aims to rediscover European influences in this process, alternative EU visions, etc. Although Europe will be at the centre of most of the analyses, proposals that compare global, national, regional and/or local approaches and combine several scales and trajectories to shed light on technological pasts in the digital age are also welcome.

Along with the impact of digitisation on historical archives, resources and practices, we also invite presentations exploring the writing and shaping of European history in a critical, experimental and interdisciplinary way: retro-digitised and born-digital heritage, new tools and digital practices of European historiography, digital narratives and teaching methods in the field of European history.

Our aim is to encourage a process of cross-fertilisation by including contributions from a wide variety of historical disciplines as well as from archivists and fields such as geography, digital humanities, science and technology studies, Internet studies, media studies, information and communication sciences, and infrastructure, platform and code studies. »

« Facebook et les médias: c’est compliqué », Médialogues

Nathalie Pignard-Cheynel, professeure de journalisme numérique à l’Académie du journalisme et des médias (AJM) de Neuchâtel était l’invitée de l’émission Médialogues le samedi 13 octobre 2018. La professeure a présenté le projet original mené par ses étudiants autour de la relation entre Facebook et les médias. A partir de la création de comptes fictifs, les étudiants de l’AJM ont voulu voir à quel point l’algorithme de Facebook influençait les informations auxquelles ils avaient accès dans le fil d’actualité du réseau social.

« Les médias doivent-ils compter sans Facebook ? », Krähenbuhl Hélène, Perugia2018/Réinventer/Volée 10, 13 avril 2018.

 

Ecouter les deux parties de l’émission Médialogues, samedi 13 octobre 2018:

« Facebook et les médias: c’est compliqué »

« Les pure players se cherchent encore en Suisse romande »

Lire les deux articles de Nathalie Pignard-Cheynel publiés sur Ina Global:

« Facebook et les médias, une liaison diaboliquement complexe », Ina Global, 26 septembre 2018

« Les médias ne sont plus des partenaires pour Facebook », Ina Global, 15 janvier 2018

Lire les articles sur le même sujet dans la revue de l’AJM

Conférence: L’image et l’histoire des « fake news »

Le cycle de conférences « Histoire vivante » organisé par la Maison de l’Histoire de l’Université de Genève propose, le 4 octobre 2018, une rencontre autour de « L’image et l’histoire des fake news ». Vanessa Schwartz, historienne de la culture visuelle contemporaine et professeure d’histoire, d’histoire de l’art et de cinéma à l’Université de Californie du Sud, inscrira ce thème d’actualité dans une perspective historique et évoquera notamment l’émergence, à la fin du XIXe siècle, de la presse à grand tirage fondée sur l’image ou encore l’influence du photoreportage lors de l’affaire Dreyfus.

Extrait de la présentation:

« Mensonge, propagande, désinformation, intox, et maintenant fake news. Tous ces termes ont une histoire qui en dit long sur le rôle de l’information dans les sociétés concernées, et sur ces sociétés elles-mêmes.

Les faits sur lesquels on fonde l’information peuvent être établis et mis en récit verbalement ou visuellement. Quand on cherche à distinguer le vrai du faux, cette distinction est-elle pertinente ? Dans quelle mesure la part du discours et de l’image change-t-elle quelque chose au débat sur le vrai et le faux, et dans quel sens ? Telle est la question posée par cette conférence. »

 

Consulter également le programme du cours public « The Historians. Les séries TV décryptées par les historiens » pour cet automne 2018.

Vanessa Schwartz interviendra également à l’Université de Genève les 9 et 10 octobre 2018 lors de l’atelier doctoral « Apports et enjeux du tournant visuel des sciences sociales » et parlera le 11 octobre de l’avènement du jet et de la culture de la mobilité « Fluid Motion: The Jet Age Airport and Flow ».

Netflix et « l’infotainment »

Samedi 17 septembre, l’émission de la RTS Médialogues proposait un sujet sur l’actualité de Netflix, qui se lance, en collaboration avec Buzzfeed, dans l’info-divertissement. Pour en discuter, le sociologue et maître dʹenseignement à l’Université de Lausanne et spécialiste des nouvelles technologies et des médias Olivier Glassey était invité. Il revient notamment sur l’histoire de ce croisement entre l’information et le divertissement, mélange des genre qui n’est pas nouveau.

En association avec le site dʹinformation Buzzfeed, le géant du streaming se lance dans le documentaire ou plutôt lʹinfo-divertissement. Est-ce forcément abrutissant ou simplement une autre manière dʹinformer ? Lʹinfo-divertissement nʹest-elle quʹune course au clic ou le sérieux journalistique peut encore tenir dans des formats ultra-courts ?