Les femmes s’animent au festival d’Annecy

A l’occasion du festival du film d’animation d’Annecy, les associations Les femmes s’animent et Women in Animation ont organisé les deuxièmes Rencontres internationales des femmes dans l’animation. Durant la semaine du 11 juin 2018, entretiens et conférences se sont succédés à propos de la discrimination à l’égard des femmes dans le cinéma d’animation français et sur les moyens d’y remédier.

A l’instar des autres secteurs du cinéma, les femmes sont sous-représentées dans les différents métiers de production et subissent de fortes inégalités salariales. Les associations et collectifs se multiplient néanmoins pour promouvoir la place des femmes dans la production cinématographique. Après le Festival de Cannes, c’est au tour du Festival d’Annecy de signer une charte en faveur de la parité hommes-femmes dans les festivals de cinéma.

Voir le programme de ces rencontres

« Cinéma d’animation : encore trop peu de femmes au générique », Le Point, 14 juin 2018

« Le Festival d’animation d’Annecy signe une charte pour la parité », L’Obs, 12 juin 2018

« 300 personnalités du cinéma lancent le collectif 5050 pour 2020 pour l’égalité dans le cinéma », Les Inrockuptibles, 28 février 2018

 

Au Festival de Cannes, la parité laisse à désirer

Coloration politique de sa programmation, diversité sur les écrans, lieu d’accueil des cinéastes dissidents interdits dans leurs pays, le Festival de Cannes est aussi un lieu éminemment politique. La parité hommes-femmes derrière la caméra demeure cependant la grande absente du festival. Depuis 1990, la part des réalisatrices représentées à Cannes est en effet largement inférieure à celle des femmes exerçant ce métier. Pas de nette amélioration cette année: seules trois réalisatrices sont présentées en compétition. Cette édition 2018 a néanmoins constitué un jury majoritairement féminin: un pas vers la parité ou une compensation symbolique?

« Un festival très politique, mais pas encore paritaire », France Culture, 08 mai 2018

« Le monde devient plus dur envers les cinéastes », RTS.ch, 08 mai 2018

« Cannes 2018 : un pas vers la parité », Le Parisien, 04 mai 2018

« Cinq raisons qui font de Cannes un festival politique », France Culture, 09 mai 2016

 

La Quinzaine des réalisateurs a 50 ans

Dans la foulée des évènements de mai 68 qui marquera l’arrêt du Festival de Cannes en 1968, naît, dès l’année suivante, la Quinzaine des réalisateurs. Sous le nom de « Cinéma en liberté », cette section parallèle, créée sous l’impulsion de la Société des Réalisateurs de Films (SRF), cherche, en marge du Festival de Cannes, à créer un lieu de découverte, d’échanges et de fraternité entre les nouveaux cinéastes du monde. La Cinémathèque française rend hommage à la Quinzaine des Réalisateurs en consacrant une rétrospective à sa première édition en 1969. La 50ème édition de la Quinzaine des Réalisateurs se déroulera à Cannes du 9 au 19 mai 2018.

Caméra à la main, le cinéaste Jean-Luc Godard filme une manifestation en mai 1968 à Paris• Crédits : AFP – AFP

Visiter le site officiel de la Quinzaine des réalisateurs

Voir la rétrospective « L’édition 1969 de la Quinzaine des réalisateurs » à la Cinémathèque française du 28 mars au 3 mai 2018

Ecouter « La quinzaine des réalisateurs: naissance d’une utopie », France Culture, 6 avril 2018

« Sociologie d’une institution cinématographique. La S.R.F. et la Quinzaine des réalisateurs », Olivier Thenevin, Mondes contemporains, 2008.

 

Visions du réel, 13-21 avril 2018

Le festival international du film documentaire de Nyon, Visions du réel, qui a presque doublé son audience ces six dernières années, présentera, du 13 au 21 avril 2018, 174 oeuvres venues de 53 pays. Pour sa 49e édition, le festival fait peau neuve avec une nouvelle direction artistique et identité visuelle.

Emile Bujès, directrice artistique fraîchement nommée, a remodelé les sections du festival en ouvrant sa programmation à des propositions plus originales et aventureuses. L’importance donnée à la marque personnelle de leurs auteurs souligne la perméabilité du genre documentaire, notamment dans ses liens avec la fiction:

« Du côté des filmeurs il n’y a pas tellement de revendication d’appartenance à une catégorie spécifique. Je crois que nous sommes au-delà de la question de s’affirmer – ou non – du côté du documentaire. J’ai travaillé à un projet de remontage de Chronique d’un été, de Jean Rouch (ndlr: père du cinéma-vérité), et, dans les rushs qui n’avaient pas été pris au montage initial, on l’entendait demander à des jeunes femmes de refaire la scène… Cela pose évidemment toutes sortes de questions – les castings, le fait de payer des protagonistes – mais il ne faut pas oublier que la fiction peut aussi permettre de protéger certains personnages… »

 

 

 

Consulter le programme du festival

« Le succès ne se dément pas pour Visions du Réel », Le Matin Online, 14 mars 2018

« Visions du Réel ouvre de nouveaux territoires à Nyon », Le Temps, 14 mars 2018

« La tête chercheuse des Visions du Réel », Tribune de Genève, 15 mars 2018

 

 

 

 

Les Rencontres du 7e art, nouveau festival de cinéma à Lausanne

La première édition des Rencontres du 7e art (r7al) se déroulera à Lausanne du 24 au 28 mars 2018. L’acteur et réalisateur suisse Vincent Pérez a choisi la capitale vaudoise pour lancer un nouveau festival du film qui racontera « le parcours de l’image depuis ses débuts jusqu’à demain ». Des démonstrations, projections et conférences, dispensées par des cinéastes et pionniers des nouvelles technologies, allieront la redécouverte des classiques du grand écran et l’exploration des techniques de réalité virtuelle appliquées au cinéma.

A l’issue de la projection Les dents de la mer à la Cinémathèque suisse, Alain Boillat, professeur ordinaire à la section d’histoire et esthétique du cinéma à l’Université de Lausanne, interviendra le dimanche 25 mars à 16H15 sur le thème « Les films du Nouvel Hollywood: de nouvelles formes de récit? ».

Lire le dossier de presse du festival

« Mon rêve est de créer un mini forum de l’image », RTS.ch, 7 février 2018

« A New Film Festival in Switzerland », Variety, 28 février 2018

« L’esprit du Nouvel Hollywood collectif », Le Temps, 23 mars 2018

 

Le rêve numérique face aux sources archivistiques

Le Festival Histoire et Cité se tient à Genève du 21 au 24 mars et propose un programme particulièrement riche sur le thème « Etre libre ». Parmi les multiples projections, conférences et expositions, nous avons notamment retenu une table ronde autour de la problématique des archives à l’heure du numérique. Elle se tiendra le vendredi 23 mars à 15h30 aux Archives d’Etat, qui la co-organisent avec Infoclio et Open Geneva.

Christine de Pisan, « La Cité des Dames ». Manuscrit 2nde moitié XVe s. BGE, Ms. fr. 180, f. 5 v°.

 

« Comment mettre en œuvre les beaux principes d’accès aux documents que défendent les institutions d’archives? Quelles sont les ressources à disposition? Que faire avec la masse des images numérisées? Cette table ronde questionnera l’écart entre les perspectives offertes par le progrès numérique et la réalité matérielle des centres d’archives. »

Intervenants: Jacques Berchtold, Pierre Flückiger, François Grey, Lorenzo Tomasin

Modérateur: Enrico Natale

Faire de l’histoire sur Youtube?

Pour sa 3ème édition, le Festival Histoire et Cité, qui se tient à Genève du 21 au 24 mars, propose un programme particulièrement riche sur le thème « Etre libre ». Nous y avons notamment remarqué deux événements autour de la transmission historique à l’heure des « nouveaux médias » numériques.

Une image de la chaine YouTube de vulgarisation historique Nota Bene, créée par Benjamin Brillaud et qui reçoit un immense succès.

Le jeudi 22 mars à 16h30, Benjamin Brillaud donne une conférence intitulée « La vulgarisation de l’histoire sur YouTube, alliée ou ennemie des historien.ne.es? Le cas de Nota Bene ». Il est l’auteur de cette chaîne qui réunit plus de 570 000 abonné.e.s avec des sujets d’histoire.

Autour du même sujet aura lieu le vendredi 23 mars 17h une table ronde sous le signe « Histoire 2.0 ». Benjamin Brillaud échangera avec Adrià Budry Carbó, journaliste au quotidien Le Temps, et l’historien des sciences Bruno Strasser. Il sera notamment question de la légitimité des nouveaux canaux d’information en comparaison avec les médias dits traditionnels.

Benjamin Brillaud était reçu à France Inter le mardi 13 février autour de la question: Propagande, stéréotypes, spectaculaire : les jeux vidéo font-ils du mal à l’Histoire ? Ecouter l’entretien.

 

« Profession journaliste », Les médiatiques

Les médiatiques reviennent, pour leur 7ème édition, à Orléans du 20 au 24 février 2018. Créé en 2011 à l’initiative de plusieurs professeurs du lycée Voltaire à Orléans, ce festival d’histoire et d’analyse des médias est organisé par François Robinet, spécialiste en histoire des médias et maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Cette année, journalistes, enseignants-chercheurs, artistes et militants discuteront à l’occasion d’une vingtaine d’événements autour de la thématique : « Profession journaliste: Défis et perspectives à l’heure du numérique ».

 

 

Lire la présentation du festival

Consulter le programme du festival

« Un festival sur le rôle des images dans les médias » à propos de la 2ème édition des Médiatiques, France Culture

« Révolution numérique: les journalistes face au nouveau tempo de l’info », Ina Global

 

 

La Bolex à l’honneur aux Journées de Soleure

Les 53èmes Journées de Soleure, qui se déroulent du 25 janvier au 2 février, consacrent leur programme « Histoire du cinéma suisse » à la trajectoire de la caméra Bolex, qui a connu le succès dans le monde entier.

« Sous le titre «Bolex: une caméra suisse à l’échelle du monde», des œuvres réalisées avec les légendaires caméras 16mm entre les années 1928 et 2016 seront présentées. ​L’histoire de l’invention suisse sera par ailleurs au centre d’une table ronde ainsi que d’une exposition au Künstlerhaus S11, » relaie une annonce sur le site de Memoriav, partenaire de l’événement.

Découvrir le programme complet de cette édition d’ « Histoire du cinéma suisse ».

 

23e Geneva International Film Festival

Après 22 éditions, le festival genevois « Tous écrans » change de nom et devient le Geneva International Film Festival (GIFF). L’édition 2017, qui se déroulera du 3 au 11 novembre, bénéficie désormais du soutien financier, longtemps refusé, de l’Office fédéral de la culture.

«Il était jugé impur, car en plus des réalisateurs de cinéma, il distinguait des créateurs de productions télévisuelles et digitales. Les temps ont changé et le conseiller fédéral Alain Berset viendra inaugurer le GIFF » explique le réalisateur et président du comité, Raymond Vouillamoz.

Le festival adopte donc un nom plus vendeur à l’international et étend l’appellation « film » à de nombreux genres audiovisuels.


 

Lire l’article dans La Tribune de Genève

Lire l’article sur RTS Culture

Consulter le programme du festival