« La Fabrique de l’information », France Culture

L’émission La Fabrique de l’histoire sur France culture termine sa saison avec une série d’épisodes consacrés à la fabrique de l’information. La semaine du 25 juin 2018 a déroulé l’histoire de la production, des circulations mais aussi des falsifications de l’information à travers quatre études de cas: Circulation et falsification des nouvelles au XVIIIe siècle ; L’affaire Eugène Dieudonné ou la fabrication d’un évènement médiatique ; Annoncer la mort du Roi (Henri IV et Louis XIV) et La fausse information de la Gazette à Twitter. Ce dernier sujet s’appuie sur la dernière parution de la revue Le Temps des médias qui s’interroge sur la notion de fake news du XVIe siècle à nos jours.

 

Photos anthropométriques d’Eugène Dieudonné en 1912

Widerstand des Radios gegen Strukturpläne der SRG SSR

Die Leitung der SRG SSR plant, den Grossteil der Radioredaktion in Bern zu schliessen und diese mit dem Argument der Konvergenz in den Newsroom von Fernsehen und Online zu integrieren. Betroffen von dieser Massnahme wären Sendungen, die zu den qualitativen Flaggschiffen von Radio SRF gehören, wie beispielsweise die Sendung « Echo der Zeit » oder « Rendez-vous am Mittag ». Der Widerstand gegen diese Pläne wird nun grösser. Die Gruppe Pro Radiostudio Bern (@ProStudioBern) bestehend aus SRF und tpc-Mitarbeitenden haben gemäss der Wochenzeitung einen Brief an die Generaldirektion der SRG SSR geschrieben, in dem Sie insbesondere das Unternehmensklima kritisieren. Sie würden im Planungsprozess zu wenig eingebunden ist eines ihrer Kritikpunkte.

«Die Planungsarbeiten laufen mit Volldampf weiter, aber offenbar im kleinen Kreis hinter verschlossenen Türen. Im vertraulichen Antrag an die SRG-Geschäftsleitung, der der WOZ vorliegt, drängt SRF-Direktor Ruedi Matter auf eine schnelle positive Grundsatzentscheidung für den Umzug und die Zentralisierung, denn « damit würde eine längere Phase der Unsicherheit beim betroffenen Personal verkürzt » und « die Unruhe im Radiostudio Bern beruhigt ». Es regiert die kalte Managementanalyse.»

Den ganzen WOZ-Artikel lesen Sie hier

Appel à candidatures pour les 50 ans de Temps présent

 

En mai 2019, l’émission de grand reportage de la RTS Temps présent fêtera ses cinquante ans. Cet anniversaire donnera lieu à une série d’émissions spéciales dans le cadre du programme. En parallèle, le rédacteur de Temps Présent, Jean-Philippe Ceppi, souhaiterait prolonger un partenariat en cours avec la Faculté des lettres de l’UNIL (en lien notamment avec notre projet «Pour une histoire élargie de la télévision») en associant au «dispositif commémoratif» deux étudiant.e.s de l’UNIL. Ceux-ci ou celles-ci auraient notamment pour mission de réaliser un petit travail sur les archives de Temps présent et de contribuer à la réalisation d’un webdoc sur l’histoire de ce magazine.

Ce mandat – qui sera rétribué – s’adresse à des étudiant.e.s d’histoire et/ou de cinéma de dernière année Bachelor ou première année Master. Il débutera le 10 août et après un travail d’immersion entre mi-août et mi-septembre nécessitera un engagement d’une journée hebdomadaire entre mi-septembre et fin janvier.

Les compétences requises sont les suivantes: intérêt pour l’histoire de la télévision, compétences historiques, expérience dans le traitement des sources audiovisuelles, intérêt pour des enjeux de médiation scientifique et culturelle (le webdoc s’adresse à un large public). Afin que ce mandat ait un sens au-delà de l’événement ponctuel de mai 2019, nous souhaitons privilégier des candidatures de personnes désireuses d’engager à terme un travail de Master sur l’un ou l’autre aspect de l’histoire de la télévision suisse romande, en histoire ou en cinéma.

Les rythmes journalistiques sont ce qu’ils sont et nous devons concrétiser ce partenariat de manière très rapide. Nous invitons par conséquent toute personne intéressée à manifester leur intérêt en faisant parvenir aux deux soussigné.e.s (francois.vallotton@unil.ch + anne-katrin.weber@unil.ch) un CV et une lettre de motivation d’une page A4, et cela d’ici le vendredi 29 juin. Un entretien sera organisé la semaine suivante.

« La télé est-elle prête pour l’après télé? », France Culture

Le conflit commercial, qui a opposé, en mars 2018, les chaînes privées françaises TF1 et Canal + face aux droits de diffusion des programmes de compétitions sportives, a ouvert le débat sur l’avenir du secteur télévisuel français. Le sujet « La télé est-elle prête pour l’après télé? », diffusé sur France Culture le 13 mars 2018, a fait le point sur la situation du paysage télévisuel français dans le champ international. Face à la puissance de groupes internationaux entièrement autonomes comme Netflix, les perspectives d’avenir des chaînes françaises se situent dans le développement de nouveaux modes de consommation des médias ainsi que dans l’investissement dans de nouveaux contenus.

 

Revoir sur France Culture:

« La télé, miroir grossissant des politiques culturelles? », 15 décembre 2017

« Je n’arrive plus à regarder la télévision », 3 mai 2017

Mémoires audiovisuelles de Suisse romande, RTS

Du 19 au 23 février 2018, l’émission Le Court du jour a diffusé sur les chaînes de la RTS cinq sujets consacrés aux Mémoires audiovisuelles de Suisse romande. Produits par la RTS et réalisés par l’agence de création multimédia La Souris Verte, ces sujets retracent les utilisations présentes et futures des ressources audiovisuelles en Suisse romande.

Vincent Sériot et Léonard Bouchet, respectivement documentaliste et chef du service Données et Archives de la RTS, Nelly Valsangiacomo et François Vallotton, professeur.e.s d’histoire contemporaine à l’Université de Lausanne, Françoise Clément, responsable de la plateforme Notrehistoire.ch ainsi qu’Alain Dufaux, responsable du Centre MetaMedia à l’EPLF dressent tour à tour les perspectives ouvertes par la conservation et la valorisation de ces archives audiovisuelles.

 

Revoir les sujets des Mémoires audiovisuelles en Suisse romande: De la petite à la grande histoire ; Les archives et leurs publics ; La sauvegarde d’un patrimoine vivant ; La technologie au service du passé ; Des archives pour quels avenirs ?

Découvrir le Montreux Jazz Digital Project

« Archives: on regarde dans le rétro? », Espace 2

L’émission Nectar, rendez-vous culturel de la station de radio Espace 2, a consacré son sujet du 7 février 2018 aux archives audiovisuelles en Suisse. Trésors fragiles conquis sur le temps, leur préservation est initiée par les professionnels des médias pour des raisons essentiellement pratiques. La conservation des archives leur permet en effet de gagner du temps en réutilisant certains contenus plutôt que de les reproduire.

Cette conscience de l’importance du patrimoine audiovisuel s’est ensuite progressivement développée et institutionnalisée en Suisse. Les mémoires audiovisuelles sont aujourd’hui conservées par diverses institutions: la Radio-Télévision Suisse (RTS) et la Cinémathèque suisse en premier lieu mais aussi l’association Memoriav ainsi que la plateforme numérique, historique et participative notreHistoire.ch lancée en 2009 en Suisse romande.

Tour de table avec François Vallotton (historien des médias), Jean-François Cosandier (ancien directeur des archives et du service de documentation de la Radio Suisse Romande), Léonard Bouchet (chef du service données et archive à la RTS), Caroline Fournier (responsable secteur conservation et restauration film, Cinémathèque suisse) et Blaise Dupasquier (documentaliste).

 

Ecouter l’émission

« Le patrimoine audiovisuel en Suisse : genèse, ressources, reconfigurations », Sociétés et représentations, 2013/1, par Olivier Pradervand et François Vallotton

« La série: un récit? Un langage? », France Culture

L’émission radiophonique La Compagnie des auteurs sur France Culture explore les liens entre les séries télévisées et la littérature et se plonge dans l’univers de la série The Wire. « La très dense trame narrative de la série et les textes sources écrits par David Simon suggèrent qu’il y a plus d’un lien entre les séries télévisées et la littérature. »

L’émission du 25 janvier 2018 reçoit deux chercheurs en sciences de l’information et de la communication. François Jost, professeur émérite à l’Université Sorbonne Nouvelle (Paris III) repense les études en narratologie induite par la multiplication des séries télévisées. Séverine Barthes, maîtresse de conférence à Paris III, complète ses propos par une étude du style des récits télévisuels.

Le mur de la télévision, à East Jesus, Niland, en Californie (Etats-Unis), en juin 2017. De façon critique, cette installation atteste de la transformation de l’expérience vécue produite par la TV.• Crédits : Kevin Dooley (via Flickr, certains droits réservés)

 

Ecouter l’émission sur France Culture

« Repenser le récit avec des séries télévisées », revue Télévision, n°7, 2016

Parcourir le blog Comprendre la télé de François Jost

« Que deviennent les médias en Suisse? », Versus-penser

L’émission radiophonique de la RTS Versus-penser met en perspective un sujet de société afin de mieux comprendre le monde d’aujourd’hui. Le vendredi 2 février 2018, l’émission a consacré son sujet à l’évolution des médias en Suisse en présence de François Vallotton, professeur ordinaire dʹhistoire contemporaine à lʹUniversité de Lausanne.

« En spécialiste de lʹévolution contemporaine des médias et de lʹhistoire de la SSR, François Vallotton ouvre la réflexion sur les perspectives, tantôt mouvantes, tantôt inquiétantes, des médias dans un proche avenir en Suisse. Les stratégies commerciales des groupes multinationaux comme Google, Facebook, Netflix ou suisses comme Tamedia et sa filiale publicitaire Goldbach esquissent une lutte serrée pour la conquête et le marché du multimédia numérique. Si les recettes publicitaires semblent prioritaires en terme de rentabilité immédiate, cʹest en fait la notion même de journalisme qui pourrait être remis en cause. »

Ecouter l’émission.

 

 

La télé d’avant (1950-1974), France Culture

L’émission radiophonique Métronomique de France Culture a consacré son sujet du 5 janvier dernier à la « Télé d’avant (1950-1974) ». L’émission se penche, avec une programmation musicale originale, sur l’expérience de la petite lucarne de 1950 à 1974.

Présentation:

« Il y 50 ans, le 1er octobre 1967, les Français découvraient la télé en couleur. Métronomique prend place à bord du « Petit train de la mémoire » et remonte au temps d’Averty, de Zorro et de Thierry la Fronde. C’est l’époque où la télé parlait merveilleusement, où l’on prenait le temps d’écouter l’autre, et où les programmes faisaient causer pendant des jours. Notre histoire croisera des sourires enjôleurs et des brushings impeccables, des comptes à rebours gênés, des censeurs aveuglés, des génies de la réalisation et des artistes insolents de fraîcheur ».

« Le Croupier amoureux », comédie-ballet de François Régis Bastide et réalisé par Jean-Christophe Averty à l’occasion du lancement de la couleur à la télévision en octobre 1967• Crédits : Georges Chevrier/Ina – AFP

 

Ecouter l’émission sur France Culture

Réécouter l’émission « Jean-Claude Averty, l’électron libre des médias » sur France Culture

 

Rundschau feierte 50-Jahre-Jubiläum

SRF feierte gestern den 50. Geburtstag der Sendung Rundschau. Der Moderator Sandro Brotz lud dazu Erich Gysling und Hannes Britschgi in die Sendung ein. Beide Akteure beeinflussten massgeblich die Geschichte und die Form der Magazinsendung. Als hommage an die lange Geschichte der Rundschau, wurde die gestrige Sendung in schwarz-weiss gesendet und das Studio war eingekleidet im Gewand der 1970er Jahren. Nicht ohne Pathos blieb die Sendung aus, allerdings kam der Zuschauer in den Genuss von bisher unbekannten Anekdoten. Hannes Britschgi etwa erklärte seinen « Kniefall » in der Rundschau-Sendung mit Nicolas G. Hayek als abgekartetes Spiel. Oder der Zuschauer erfuhr den wahren Grund, weshalb Erich Gysling 1983 den damaligen iranischen Staatspräsidenten Hafiz al-Assad interviewen durfte.

Die Sendung können Sie hier einsehen.

Ein von Blick durchgeführtes Interview mit den drei Moderatoren können Sie hier lesen.