Comment financer l’audiovisuel public?

Alors que le financement de l’audiovisuel français est remis en question, le site web InaGlobal propose un tour d’horizon des modèles économiques des télévisions publiques à travers le monde dans un article du 30 avril intitulé « Six manières de financer l’audiovisuel public« . Le papier se penche sur les différents outils de financement que sont la redevance, la taxe, la publicité, les dons privés, la vente de produits commerciaux et l’impôt, et en propose une comparaison internationale.

Extrait:

Les dons privés

L’importance des financements privés parmi les ressources de l’audiovisuel public américain fait des États-Unis une exception sur la scène internationale. En tout, ce sont près de 64,2 % des ressources de l’audiovisuel américain qui proviennent de financements privés. La contribution fédérale au financement du Public Broadcasting Service (PBS) et de la National Public Radio (NPR) ne représente, elle, que 16,5 % de leurs ressources, soit moins de de 3 euros par habitant, tandis que 19,3 % de celles-ci émanent des impôts prélevés par les États fédérés. La majorité des fonds de PBS et NPR provient ainsi de financements privés, en vertu du statut hybride de ces groupes audiovisuels, à la fois public et à but non lucratif. (…)

Lire la suite.

 

Un autre article d’InaGlobal: « L’audiovisuel public européen en débat », du 25 avril 2018.

 

 

Projection: 1968 im Fernsehen

Une soirée de projection et de discussions autour du thème « 1968 im Fernsehen » est organisée à Zurich le 18 mai et à Liestal le 23 mai. Des militant.e.s et des témoins des années 1968 en Suisse échangeront avec des historien.ne.s sur la base d’archives télévisuelles et cinématographiques. Ces dernières documentent entre autres les manifestations contre l’invasion soviétique de la Tchécoslovaquie et une marche vers Berne organisée par le mouvement féministe.

Cette rencontre se déroule dans le cadre du cycle « Réalités suisses » qui présente des reprises thématiques de films, de photographies et de documents sonores suisses uniques qui ont été sauvés grâce au travail en réseau de Memoriav.

Présentation de l’événement:

Was war 1968 in der Schweiz los? Wie kam es zu jener Eruption? Und was sind die Nachwirkungen dieses epochemachenden Jahres? «1968 im Fernsehen» geht mit audiovisuellen Dokumenten auf Erkundungstour und befragt Zeitzeugen und Expertinnen.

«1968» fand auch in der Schweiz und in Bern statt: Demonstrationen gegen den Einmarsch sowjetischer Truppen in die Tschechoslowakei, Beat-Festivals oder ein Marsch nach Bern der Frauenbewegung: Das sind nur einige Beispiele für das Spektrum an Fernsehbeiträgen und Privataufnahmen die die bewegte Zeit rund um das berühmte Jahr dokumentieren. Sie geben Anlass zur Diskussion und für aktuelle Fragestellungen.

In einem moderierten Gespräch kommentieren Blumenkinder, Revoluzzer und Frauenrechtlerinnen zusammen mit Historikerinnen und Historikern eindrückliche Zeitdokumente aus Schweizer Film- und Fernseharchiven. Die bewegten Bilder dokumentieren eine bewegte Zeit. Sie erzählen von alternativen Gesellschaftsentwürfen, vom Drang nach Freiheit und darüber, was vom Geiste der Achtundsechziger geblieben ist.

Gäste: Gertrud Pinkus, Film-Maker/Zeitzeugin und Jakob Tanner, Professor em. für Allgemeine und Schweizer Geschichte der Neuzeit (Universität Zürich)

Präsentiert von: Dominique Rudin, Historiker/Erlebte Schweiz

Mai 68: une grève à la radio-télé française

Libérons l’O.R.T.F, Affiche éditée par l’Atelier Populaire (Beaux-Arts) • Crédits : ©Collection Michael Lellouche/Leemage – AFP

 

A l’heure des commémorations de Mai 68, l’émission La Fabrique de l’histoire y dédiait la semaine du 23 au 27 avril.

Les auditeurs de France culture ont notamment pu découvrir à cette occasion un documentaire intitulé « Radio 68 : ORTF : la grève à contretemps » qui évoque la grève de l’audiovisuel public français en 1968.

 

 

Présentation:

« C’est par la radio que le général de Gaulle va mobiliser ses troupes le 30 mai après son escapade à Baden-Baden. Ce jour-là les transistors relaient la grande manifestation gaulliste sur les Champs-Élysées. Les « accords de Grenelle » ont donné satisfaction à de nombreux salariés et la grève va progressivement s’arrêter dans la plupart des entreprises. Pas à l’ORTF où la revendication principale n’est pas salariale mais concerne l’indépendance et l’objectivité journalistique. Radios et télé publiques vont donc durcir leur grève à partir du 3 juin et, à contretemps, la poursuivre jusqu’à la mi-juillet pour les journalistes de la télévision. Plusieurs dizaines d’entre eux vont en subir les conséquences en étant licenciés ou mis à pied en plein été, avant une reprise en main sévère par le gouvernement des journaux d’information. »

Pour aller plus loin:

 

Des salariés de l’ORTF défilent sous une banderole lors de la manifestation appelée par les syndicats CGT et CFDT à Paris le 24 mai 1968 pendant la grève générale de mai 1968. • Crédits : JACQUES MARIE – AFP

 

Les écrivains à la radio et à la télévision suisses (1960-1990)

Jérôme Meizoz et François Vallotton, professeurs à l’Université de Lausanne, ont récemment publié un article qui s’intéresse aux émissions littéraires à la radio et à la télévisions suisses romandes dans les années 1960 à 1990.

Intitulée, « L’émission littéraire en Suisse romande (1960-1990) : médiatisation, formats, postures », cette contribution est accessible sur la plateforme Komodo 21, revue en ligne de l’Unité RIRRA21 de l’Université Montpellier3. Elle fait partie d’un dossier sur « L’entretien d’écrivain à la radio » qui propose une douzaine d’autres études.

 

RTS Archives, L’émission Voix au Chapitre du 10 janvier 1977 sur la TSR. La Suisse des urbanistes et la Suisse des poètes : Jacques Chessex invité pour « Elégie, soleil du regret » et « Bréviaire », Jean-Pierre Vouga pour « De la Fosse aux ours à la fosse aux lions ».

 

Présentation du papier de Jérôme Meizoz et François Vallotton:

« Cet article explore un corpus d’environ 160 sons et images sélectionnés dans les archives de la RTS (Radio-télévision suisse romande) à partir de six émissions entre 1960-1990, soit quatre émissions radiophoniques : Découverte de la littérature (1962-1972), La Semaine littéraire (1962-1975), La Librairie des ondes (1974-1982)et Empreintes (1982-1988), et deux émissions télévisuelles : La Voix au chapitre (1971-1980) et Hôtel (1989-1992). Voici donc un premier point de vue comparatif avec les travaux français, illustrant la manière spécifique dont le service public suisse envisage la médiatisation de la vie littéraire, en se référant à la fois à la scène médiatique parisienne (adaptation et démarcation à l’égard d’Apostrophes) et à sa propre tradition médiatique. S’en dégage un souci constant de proposer une médiation de la littérature pour un large public. Pour ce faire, les producteurs de la RTS misent sur l’extrême plasticité et diversité des formats d’émissions (entretien, débat, portrait), ainsi que sur la pluralité des rubriques. Les producteurs recourent à des genres discursifs qui préexistent (entretien, chronique, hommage, billet) et inventent aussi ses formes spécifiques (la création radiophonique, qui n’est pas abordée ici). »

Lire l’article.

Vidéo contestataire: Carole Roussopoulos exposée à Martigny

Depuis le 14 avril et jusqu’à la fin du mois d’octobre, la Médiathèque Valais Martigny consacre sa nouvelle exposition a une pionnière de la vidéo militante : Carole Roussopoulos. Intitulée « La vidéo pour changer le monde », l’exposition évoque les années 1970 et ses mouvements sociaux en même temps qu’elle documente la technique vidéo à la lumière des thématiques chères à la vidéaste née en 1945.

Carole et Paul Roussopoulos en tournage, 1969. Photo: Association Carole Roussopoulos

 

De 2009 à 2013, la Médiathèque Valais avec le soutien de Memoriav a réalisé un grand projet de sauvegarde et de mise en valeur des archives vidéo de Carole Roussopoulos, tout juste décédée. Le projet a permis de traiter la majorité du fonds et de poursuivre sa mise en valeur et diffusion.

 

 

 

 

Histoire audiovisuelle du journalisme suisse

L’association Journalistory.ch a été fondée en février 2017 dans le but de réaliser une archive audiovisuelle du journalisme en Suisse. A son origine, on trouve des historien.ne.s férus d’histoire orale et des médias. Or, depuis quelques mois, il est possible de consulter les premiers fruits de leur travail sur une plateforme internet qui recèle notamment les vidéos de cinquante témoignages de figures des médias suisses. Ils et elles y livrent leurs expériences du métier depuis les années 1960.

Le journaliste d’investigation Frank Garbely interviewé par Journalistory

Présentation du projet:

Le journalisme suisse d’après-guerre jouit d’une réputation de qualité dans le monde entier. Il crée un lien essentiel entre le peuple et l’Etat comme entre le contexte global et national. Il contribue ainsi au bon fonctionnement de l’Etat de droit démocratique. Suite aux importants bouleversements économiques, techniques et politiques du début du vingt-et-unième siècle, le journalisme suisse et international va au devant d’énormes défis. La critique des sources, la formation de l’opinion publique et la transmission des faits sont soumises à de nouvelles conditions et on constate que le journalisme est déjà entré dans une nouvelle phase. Journalistory.ch met en lumière ces évolutions d’un point de vue historique et questionne les protagonistes de l’époque glorieuse du journalisme de qualité. La collection rassemblera 50 interviews et constituera une mémoire audiovisuelle du journalisme. Elle reflètera l’évolution du métier des années 1960 à nos jours et constituera une source pour la recherche et toute personne intéressée.

Technologies médiatiques et inégalités sociales

Nicolas Roland, chercheur en sciences de l’éducation à l’Université libre de Bruxelles, publiait en 2015 un article intitulé « Technologies et classes sociales : de la fracture aux inégalités » dans lequel il examine le constat suivant: « Le centre de gravité de la fracture numérique a changé : si une large majorité des jeunes ont aujourd’hui’ accès aux outils numériques, il existe de grandes disparités au niveau des compétences liées à l’usage de ceux-ci. »

Le spécialiste en charge des projets en matière de pédagogie universitaire numérique a par ailleurs mis en libre accès sur son site web grand nombre de ses publications, parmi lesquelles on peut citer « Facebook au service de l’apprentissage: Regards sur quelques pratiques d’étudiants universitaires », « Appropriation d’artefacts audiovisuels pédagogiques dans un cours en ligne ouvert et massif » ou encore « Intégrer le podcasting à l’université : pourquoi ? Comment ? Pour quels résultats ? ».

Flash historique sur le cinéma suisse

 

L’émission CinéKino, diffusée sur RTS2, était consacrée le 23 mars dernier au cinéma suisse. Durant une petite demi-heure, quelques portraits de grands noms du cinéma helvétique sont tirés. Il est notamment question de Jean-Luc Godard, Bruno Ganz et de l’héroïne Heidi mais aussi de cinéma de contestation avec « La Dernière chance » de Lindtberg (Palme d’or à Cannes en 1946) ou encore « L’Expérience Blocher » de Jean-Stéphane Bron.

Regarder l’épisode, encore disponible une dizaine de jours.

 

EUscreen et son blog

Le consortium européen d’archives audiovisuelles Euscreen alimente régulièrement un blog avec des articles sur les différents enjeux liés à la numérisation et à la préservation du patrimoine audiovisuel en Europe.

Deux publications récentes de la plateforme:

« Future past: will archives survive digitisation?« : The evolution of preserving analogue through digital means is a recurrent subject and of great importance to the future of archiving. Do the people working in the archives have the relevant skills required for the future, especially in long term data storage solutions, metadata management? This is one of the challenges which British audiovisual institutions have progressively addressed over the last decades. (…)

« IDFA Industry Session: From Archive to Storytelling« : This past November, the International Documentary Filmfestival Amsterdam (IDFA) hosted the panel discussion Industry Session: From Archive to Storytelling. (…)

Premières pratiques radiophoniques et culture moderne du son

Shawn VanCour, chercheur en Media Archival Studies à la UCLA, a récemment fait paraître un ouvrage intitulé Making Radio. Early Radio Production and the Rise of Modern Sound Culture.

Présentation:

The opening decades of the 20th century witnessed a profound transformation in the history of modern sound media, with workers in U.S. film, radio, and record industries developing pioneering production methods and performance styles tailored to emerging technologies of electric sound reproduction that would redefine dominant forms and experiences of popular audio entertainment. Focusing on broadcasting’s initial expansion during the 1920s, Making Radio explores the forms of creative labor pursued for the medium in the period prior to the better-known network era, assessing their role in shaping radio’s identity and identifying affinities with parallel practices pursued for conversion-era film and phonography. (…)

Lire la suite.