Une partie de la RTS déménage à Lausanne

« La SSR veut déplacer une partie de la rédaction de la radio SRF de Berne à Zurich. En Suisse romande, la RTS envisage de déménager à l’horizon 2024 le département « news » de la télévision de Genève à Lausanne », lisait-on mercredi 19 septembre dans Romandie.

Ces décisions suscitent de nombreuses réactions, notamment le désolement du Conseil d’Etat genevois. Mais Pascal Crittin, directeur de la RTS défend son projet qu’il qualifie de « vision » dans l’émission Forum du même jour. L’idée est de réussir à « économiser dans les murs » pour éviter des économies dans le programme, explique Pascal Crittin qui croit « en un fédéralisme des contenus et non pas des bureaux ».

 

Interview de Pascal Crittin à Forum, 19 sept.

Interview d’Antonio Hodgers, président du Conseil d’Etat genevois, à Forum, 19 sept.

« RTS: déménagement prévu d’une partie de la télévision à Lausanne », Romandie, 19 sept.

« Le téléjournal à Lausanne? Plus qu’une hypothèse, une vision », Le Matin, 19 sept.

« Genève est en passe de perdre le téléjournal », Tribune de Genève, 19 sept.

« Genève prend très mal le départ programmé de la RTS », Le Temps, 19 sept.

 

 

 

Netflix et « l’infotainment »

Samedi 17 septembre, l’émission de la RTS Médialogues proposait un sujet sur l’actualité de Netflix, qui se lance, en collaboration avec Buzzfeed, dans l’info-divertissement. Pour en discuter, le sociologue et maître dʹenseignement à l’Université de Lausanne et spécialiste des nouvelles technologies et des médias Olivier Glassey était invité. Il revient notamment sur l’histoire de ce croisement entre l’information et le divertissement, mélange des genre qui n’est pas nouveau.

En association avec le site dʹinformation Buzzfeed, le géant du streaming se lance dans le documentaire ou plutôt lʹinfo-divertissement. Est-ce forcément abrutissant ou simplement une autre manière dʹinformer ? Lʹinfo-divertissement nʹest-elle quʹune course au clic ou le sérieux journalistique peut encore tenir dans des formats ultra-courts ?

Visite guidée de l’Institut national français de l’audiovisuel

Les 15 et 16 septembre 2018, l’Institut national français de l’audiovisuel (INA) ouvre ses portent aux visiteurs pour une visite guidée.

« Partez en immersion au cœur de la mémoire augmentée de l’INA avec le spectacle holographique innovant et inédit « Mandela, I am prepared to die », découvrez les secrets de la restauration des archives audio-radio , et vivez une expérience sonore unique avec l’Acousmonium, ce dispositif mobile destiné aux concerts de musique acousmatique et électroacoustique, pouvant accueillir jusqu’à 80 hauts parleurs.

Cette traversée de l’INA s’achèvera par la visite de notre plus grand plateau de tournage sur lequel se forment les futurs professionnels de l’image. »

Héritage audiovisuel et éducation: retour sur la rencontre estivale de « EUscreen »

La rencontre annuelle d’EUscreen a eu lieu début juillet à Madrid. A cette occasion, les membres de ce consortium européen réunissant des diffuseurs et des archives audiovisuelles se sont dédiés à la question de l’héritage audiovisuel et de l’éducation. Les réflexions ont tout particulièrement porté sur l’héritage vidéo en Espagne.

La rencontre fait l’objet d’un compte-rendu sur le blog d’EUscreen. Extrait:

Spain has a vibrant landscape of smaller and larger institutions that take care of the country’s audiovisual histories. The national film archive, with its Cine Doré screening room (famous for the “Shrinking Lover” scene in Pedro Almódovar’s Hable Con Ella) provided a small selection of materials to Europeana through our sister network, the European Film Gateway. The organization also collaborated with public broadcaster TVE to make the country’s rich NODO newsreel collection available through their catch-up platform A la carta.

Lire la suite.

Musique et cinéma – série estivale chez France culture

Le Faucon maltais, avec Humphrey Bogart, dont la BO est discutée le vendredi

Chaque été, France culture propose une série musicale qui se décline chaque semaine autour de différents thèmes.

Du 30 juillet au 3 août, la chaine publique s’intéressait à la musique dans les films de genre.

Le lundi était consacré aux partitions hantées des films d’horreur, le mardi aux doux airs de la comédie romantique, le mercredi à la bande-son du cinéma d’aventure, aux étranges sonorités dans la science-fiction et le vendredi aux musiques sombres des films noirs.

Dans les archives de l’émission, on trouve par ailleurs une heure dédiée aux ondes radio, « pirates ou lointaines, qui ont changé la façon d’écouter et de faire de la musique, d’un côté et de l’autre des océans et des frontières. »

Chaque émission propose une playlist originale.

Initiative pour l’innovation médiatique en Suisse

Mi-juillet, une Initiative pour l’innovation dans les médias (IMI) était lancée par différents acteurs: la SSR, des Universités romandes, des Hautes écoles ainsi que Ringier. Le projet a pour objectif de lancer un pont entre le monde des médias et le milieu académique. Il vise ainsi à stimuler l’innovation mais également à valoriser la recherche et la rendre accessible au plus grand nombre. Dotée d’un fonds annuel de 650’000 CHF, l’initiative lancera un appel à projets des l’automne 2018.

« La SSR s’allie aux hautes écoles pour soutenir l’innovation dans les médias« , sur le site de la RTS, 20 juillet 2018.

« Une nouvelle initiative suisse pour que les médias innovent« , Le Temps, 19 juillet 2018.

« Une nouvelle initiative pour soutenir et développer l’innovation dans les médias« , sur Presseportal.ch, 19 juillet 2018.

 

 

Parution: Politique, culture et radio dans le monde francophone

Les historiens Alain Clavien et Nelly Valsangiacomo on récemment publié l’ouvrage collectif Politique, culture et radio dans le monde francophone aux Editions Antipodes.

Présentation:

« Figure dominante du monde culturel actuel, l’intellectuel·le médiatique a mauvaise réputation. Capable de parler de tout sans être spécialiste de rien, il ou elle occupe les studios de radio pour y déverser un discours souvent déférent envers toutes formes de pouvoir et acritique face aux idées reçues.

Cette figure récente est le résultat d’une longue histoire. En effet, les intellectuel·le·s ont entretenu dès ses débuts une relation difficile avec la radio, faite d’intérêt et de scepticisme, d’enthousiasme et de crainte. Cette relation se reconfigure tout au long du XXe siècle, en fonction à la fois de l’évolution des pratiques radiophoniques et des redéfinitions du rôle des femmes et des hommes de culture dans la société.

Ce livre pointe quelques-unes des étapes de cette reconfiguration, en s’interrogeant sur l’influence réciproque entre les acteurs intellectuels et le vecteur radiophonique, dans le monde francophone, durant une période qui couvre presque un siècle. »

 

Parution: Une histoire des médias digitaux

En mai dernier, Routledge publiait l’ouvrage de l’historien des médias Gabriele Babli (USI Università della Svizzera) et du sociologue Paolo Magaudda (University of Padova), A History of Digital Media: An Intermedia and Global Perspective.

 

Présentation:

« From the punch card calculating machine to the personal computer to the iPhone and more, this in-depth text offers a comprehensive introduction to digital media history for students and scholars across media and communication studies, providing an overview of the main turning points in digital media and highlighting the interactions between political, business, technical, social, and cultural elements throughout history. With a global scope and an intermedia focus, this book enables students and scholars alike to deepen their critical understanding of digital communication, adding an understudied historical layer to the examination of digital media and societies. Discussion questions, a timeline, and previously unpublished tables and maps are included to guide readers as they learn to contextualize and critically analyze the digital technologies we use every day. »

Les débuts d’internet dans un garage californien

L’émission Affaires sensibles de France Inter diffusait le 13 juin dernier un documentaire sur les débuts d’Apple, l’une des entreprises les plus emblématiques de l’ère du numérique. Le programme revient sur la carrière de Steve Jobs, initiée dans un garage dans les années 1970, avant de prendre les hauteurs que l’on connaît. En seconde partie d’émission, le journaliste Fabrice Drouelle reçoit Amaury Mestre de Laroque, rédacteur en chef de 01net, magazine spécialisé en hautes technologies et informatique.

Une photo d’archives, datée de 1976, montre les Américains Steve Wozniak (G) et Steve Jobs (D) assis devant un ordinateur. © AFP / Apple / DPA

« Débutée dans la clandestinité dans un garage de Californie au cœur des années 70, la demi-pomme connait le destin exemplaire d’une start up de la la Silicon Valley qui devient géante: Un destin constitué de succès planétaires et d’échecs cuisants, surfant toujours sur la frontière ténue qui sépare innovation et risques inconsidérés. L’histoire d’Apple, c’est aussi celle d’un homme, Steve Jobs dont le nom et l’image sont indissociables de la marque à la pomme. En 2018, Apple est l’un des mastodontes de l’informatique et l’année dernière, elle captait 50% du marché des téléphones. iPhone, iPod, iMac, Macbook sont autant de marques qui sont ancrées dans l’inconscient collectif. Cet Apple, d’aujourd’hui, tout le monde le connait. C’est pourquoi nous avons choisi de vous raconter les débuts de son histoire. »

Écouter l’émission.

Le documentaire « Steve Jobs: son histoire« , 2013, à voir sur Youtube.

Le numéro du Temps des Médias sur le thème « Histoire de l’Internet, l’Internet dans l’histoire« , 2012.

 

Héritage culturel intangible: comment l’archiver?

Les 6 et 7 août 2018, le Laboratory for Experimental Museology de l’EPFL (eM+) organise une série de discussions et de présentations autour du thème « Archiving Intangible Cultural Heritage & Performing Arts: A Symposium and Summer School for Living Traditions« .

Archiving Kung Fu © S. Kenderdine / 2018 EPFL

Présentation:

« Stimulated by a growing worldwide interest in Intangible Cultural Heritage (e.g. rituals and festivals) and performance studies, the event brings together world leaders in the research, documentation, preservation and public engagement with Intangible Cultural Heritage through digital means. It intends to stimulate interest and advance discussion through more than a twenty seminal speakers, all leaders in the field of performing arts and Intangible Cultural Heritage. »

Le programme.

S’inscrire – jusqu’au 15 juillet.