L’équipe de projet participe au Congrès suisse de sociologie avec une communication sur les controverses et la nécessité de les (re)contextualiser

L’équipe du projet (Hervé Rayner, Fabien Thétaz et Bernard Voutat) participe au Congrès de la Société suisse de sociologie qui se tiendra au mois de juin à l’Université de Lausanne. Dans le cadre de l’atelier « Controverses sociotechniques et dynamiques sociales », elle présentera une communication intitulée « De l’objet de la controverse à la controverse comme objet: (re)contextualiser! ». Il s’agira d’exposer un modèle théorique centré sur les mobilisations et de discuter de la place des énoncés et des discours dans l’analyse des controverses, affaires et scandales.

Résumé de la communication:
Si l’analyse des controverses – scientifiques, sociotechniques ou autres – occupe désormais de nombreux courants des sciences sociales, la plupart des travaux tendent à focaliser l’attention sur des énoncés dont la traçabilité, l’accessibilité et la maniabilité ont été décuplées par de nouveaux outils (moteurs de recherche, logiciels lexicométriques). Dans cette orientation, les modèles cartographiques deviennent surtout des cartographies du numérique, comme si les énoncés non repérables sur Internet n’existaient plus et comme si le hors-texte sortait du champ de l’analyse. Or, la réalité sociale ne se réduit pas, loin s’en faut, à sa dimension textuelle et les pratiques discursives ne constituent qu’une (petite?) partie des coups constitutifs des ces dynamiques collectives qui, à l’instar des scandales, des affaires et autres polémiques, reposent d’abord et avant tout sur des mobilisations. Notre proposition de communication questionne cette centralité acquise par les énoncés en général, et les énoncés numérisés en particulier ; elle vise aussi à recontextualiser la sociologie des controverses en replaçant les énoncés dans la gamme plus vaste des échanges de coups entre les protagonistes et en resituant ces derniers dans les institutions qui les façonnent. A partir d’une recherche en cours sur le scandale des fiches en Suisse, notre approche en termes d’émergence tente d’articuler les propriétés instituées et instituantes de ces processus : c’est parce qu’elles s’originent en des structures sociales que les controverses peuvent aussi les transformer en reconfigurant (et en étant reconfigurées par) les relations entre leurs acteurs.