Archives mensuelles : novembre 2015

Après les attentats de Paris, peut-on encore être contre la nouvelle loi sur le renseignement?

Le Palais fédéral aux couleurs du drapeau français (Le Temps/Keystone)

Le Palais fédéral aux couleurs du drapeau français (Le Temps/Keystone)

Alors que le gouvernement français a déclaré l’Etat d’urgence et envisage un patriot act à la française, en Suisse le référendum contre la nouvelle loi sur le renseignement est maintenu malgré les attentats de Paris. Les opposants ne se font toutefois pas d’illusions : « dans le climat actuel, il sera difficile de faire passer les arguments contre un renforcement des moyens attribués au Service de renseignement », estime la coprésidente des Verts, Adèle Thorens dans le Temps du 18 novembre 2015. D’autant plus que la gauche est divisée sur la question. Une quinzaine de parlementaires socialistes avaient voté en faveur de la nouvelle loi. Pas de quoi décourager la Jeunesses socialiste, en première ligne dans la récolte de signatures. Son président, Fabien Molina affirme que « la surveillance de masse, comme veut l’autoriser la loi, cela ne marche pas. La France avait tous les moyens à disposition, mais n’a pu empêcher ces assassinats. Il n’est pas question de laisser tomber nos valeurs démocratiques et nos droits fondamentaux pour une loi inefficace ». Dans son éditorial, Yves Petignat dénonce l’attitude de la gauche, qu’il qualifie « d’irresponsabilité angélique » et considère « qu’une majorité du PS, coupée de la réalité et de sa base, continue encore aujourd’hui à opposer sécurité et liberté ». Les opposants ont jusqu’au 16 janvier 2016 pour réunir les 50’000 signatures nécessaires.

Voir aussi le débat entre Jean-Christophe Schwaab (PS) et Christian Lüscher (PLR) dans 24 Heures du 17 novembre 2015.