Thierry Bourquin (Genève)

Thierry Bourquin (Genève)

Grammaire blanche

Mes eaux-fortes (gravées sur cuivre et imprimées en blanc) sont rehaussées d’encre de Chine et d’une aquarelle fabriquée avec des pigments issus d’ardoises broyées au mortier puis filtrés (j’ai usé deux écrans de sérigraphie de 100𝝁 pour cette opération!). Ces ardoises, découvertes chez un charpentier de Haute-Savoie, ont aussi été utilisées en guise de couverture ; elles ont eu une première vie sur un toit, mais j’ignore où!

Le g et le b (grammaire et blanche, ou gaetzi et bourquin) sur les ardoises sont des pochoirs réalisés avec les mêmes pigments, mais très grossiers.

Les lettres blanches sont réalisées à partir de caractères typographiques en bois de poirier.

Les papiers sont gampi torinoko (mûrier) et hyomen gampi (papier blanc) fabriqués par la Handpaper Coop Union de la Préfecture de Kochi (lno, Shikoku) ; ces deux papiers washi ont été ramenés du Japon.

Il n’y a pas de «bon côté» du livre: on peut le lire, le déplier, le regarder dans tous les sens!

Je ne pense pas avoir illustré Grammaire blanche, mais plutôt l’avoir accompagné dans une longue et agréable promenade. Le livre continue une fois un côté lu ou regardé : on peut prolonger la rêverie, et découvrir de nouvelles choses dans les images et dans le texte…

Note pour la production

Le texte sera imprimé sur hyomen gampi en typographie par Nicolas Chabloz. Le papier sera marouflé sur torinoko.
Sur le côté avec les eaux-fortes le texte manuscrit, si le livre est choisi, sera d’une écriture plus petite.
Pour cause de gaufrage (plaques de cuivre), j’ai dû créer des blocs de textes.

 
 
 
 

Thierry Bourquin