Tout public

Des virus pour combattre les infections

La phagothérapie : renouveau d’un traitement au secours des antibiotiques.

De Alain Dublanchet – Edition Favre Sa, Janvier 2009

Phagotherapie_DublanchetDepuis 70 ans, la découverte des antibiotiques puis leur développement avaient suscité un grand espoir dans la lutte contre les infections bactériennes. Mais aujourd’hui, devant le développement inexorable des résistances bactériennes aux antibiotiques, les impasses thérapeutiques peuvent avoir des conséquences dramatiques. Sans compter qu’un nouveau chapitre s’est ouvert avec les risques nosocomiaux qui peuvent concerner toute personne hospitalisée. Une réplique doit être trouvée. L’une d’entre elles pourrait être celle d’une pratique abandonnée et oubliée : la phagothérapie. Il y a plus de 90 ans, bien avant l’ère des antibiotiques, les infections bactériennes faisaient des ravages et durant plusieurs décennies, la phagothérapie a semblé répondre, au moins pour certaines infections bactériennes, à cette attente. Ce traitement implique d’utiliser des phages, qui sont des sortes de virus, pour combattre les bactéries. Avec l’aide du savoir-faire de certains instituts étrangers, aujourd’hui accessible à la recherche occidentale, il n’est plus utopique de mettre cette phagothérapie au service de la médecine moderne de notre pays. Ce livre fait découvrir ou redécouvrir une thérapie éprouvée et simple, qui a longtemps été négligée au profit des antibiotiques, et qu’il est grand temps de réintroduire au vu du nombre de décès provoqués par des bactéries résistantes aux antibiotiques.


Antibiotiques : le naufrage

NaufrageAntibiotiquesC’est la fin du «miracle» antibiotique. Soixante-dix ans seulement après l’introduction de ces fabuleux médicaments, la médecine se trouve démunie face à certaines bactéries super-résistantes. Cette résistance des bactéries aux antibiotiques provoque aujourd’hui 25 000 morts par an en Europe. Et si aucune mesure n’est prise pour changer cette situation, d’ici 20 ans, des opérations bénignes pourront s’avérer mortelles.
Nous avons abusé de l’usage des antibiotiques, nous en abusons toujours, notamment pour la médecine vétérinaire et l’industrie agroalimentaire. Dans ce livre clair et argumenté, le Prof. Andremont, spécialiste mondial de bactériologie, nous alerte et montre aussi que tout n’est pas perdu. Il est temps de relancer la recherche et de mettre en œuvre une solution à portée de main : la réduction drastique de toute utilisation inappropriée des antibiotiques.

Antoine Andremont est l’un des grands experts internationaux dans le domaine de l’étude de la résistance des bactéries aux antibiotiques. Professeur à la faculté de médecine de L’Université Paris-Diderot et chef du service de bactériologie de l’hôpital Bichat-Claude-Bernard, il effectue des missions régulières pour l’OMS.


Les bactéries résistantes aux antibiotiques

A Bon entendeur RTS – 10 mars 2015

20150310_ABE_BacteriesResistantesMême avec un bon état sanitaire, les poulets transportent des bactéries. Le problème est que certaines d’entre elles, comme les Escherichia coli BLSE, sont résistantes à de nombreux antibiotiques. Selon une étude de l’institut de bactériologie vétérinaire de l’Université de Berne, 35% des élevages de volailles et 3 poulets sur 4 en magasins sont contaminés. Des résistances qui peuvent passer à l’homme, ce qui rend plus difficile les traitements des infections dans les hôpitaux.

> Lien vidéo


Germes tueurs : le fléau de l’élevage intensif

ARTE FUTURE – 20 février 2015

20150420_FutureARTESi un nombre croissant d’individus subissent l’assaut de bactéries multirésistantes, la faute en revient, en partie, aux élevages industriels. Un chercheur néerlandais a tiré la sonnette d’alarme en 2004 après avoir identifié la présence du staphylocoque doré résistant à la méticilline dans des élevages porcins. Comme les Pays-Bas et le Danemark, l’Allemagne et la France sont aussi touchés par l’explosion d’infections difficiles à soigner, car résistantes aux médicaments. Quels sont les effets de ces bactéries toujours plus coriaces sur l’agriculture et les consommateurs ? Quelles alternatives aux antibiotiques pouvons-nous envisager ?

> Lien vidéo


Des virus qui sauvent des vies

ARTE FUTURE – 7 février 2015

20150207_FutureARTEUne partie des 25 000 décès causés par des germes résistants pourraient être évitée chaque année grâce à la phagothérapie. Les « phages », ces virus mangeurs de bactéries, sont la solution de la dernière chance pour certains patients qui ne répondent plus aux antibiotiques. Pratique délaissée puis interdite en Europe dans les années 1980, les miracles de la phagothérapie sont aujourd’hui remis au goût du jour ! Eh oui, les virus peuvent sauver des vies ! FUTURE part enquêter.

> Lien vidéo


Antibiotiques pour animaux : on en paie le prix

RTS, 36.9 – 19 novembre 2014

20141119_RTS_36-9L’organisation mondiale de la santé a lancé cette année un gros cri d’alarme face au développement rapide des bactéries résistantes aux antibiotiques. L’usage vétérinaire est en grande partie responsable. De récentes études montrent que 80% des antibiotiques utilisés dans le monde le sont sur des animaux, principalement pour stimuler leur croissance, mais aussi pour prévenir des infections ou palier à un manque d’hygiène. L’industrie mondiale de la viande fait semblant de ne pas entendre l’OMS, faisant courir le risque à la population de mourir d’une simple cystite. Mais il n’est pas simple de luter. En Suisse, comme dans la plupart des pays, les vétérinaires sont à la fois prescripteurs et vendeurs d’antibiotiques. La vente de médicaments représente en moyenne 30% de leur chiffre d’affaire. Et dans les pays où l’élevage est une source de revenu national importante, certains ministères de la santé préfèrent fermer les yeux, plutôt que de mettre une partie de l’économie en péril. 36.9 fait l’état des lieux en Suisse et en Pologne.

> Lien vidéo


Cent Regrets M. d Herelle

13 octobre 2014

CentRegretMdHerelleCela fera bientôt deux ans que Serge Fortuna a pris l’avion vers la Géorgie et la guérison …

Voici la première partie du documentaire qui retrace son parcours et sa découverte de la phagothérapie…

 

> Lien vidéo


Bactéries résistantes : des virus au secours des malades

RTS, 36.9 – 11 septembre 2013

20130911_RTS_36-9Face à l’augmentation alarmante des infections résistantes aux antibiotiques, la solution pourrait venir de l’Est. Des virus tueurs de bactéries au secours des malades. Une thérapie découverte il y a un siècle, oubliée dans les méandres de la guerre froide, mais toujours pratiquée en Géorgie, la patrie de Staline.

Avec les résistances développées par les bactéries, les antibiotiques perdent peu à peu leur efficacité. Les laboratoires peinent à en développer de nouveau. Une situation qui condamne certains patients à des traitements lourds et répétés au fil des mois voir des ans.

Mais l’espoir renaît avec la découverte, ou plutôt la réapparition de traitements naturels délaissés par le passé. Les phages, des virus qui s’attaquent aux bactéries, peuvent être utilisés pour lutter contre des infections. Découverts dans les années 20, ces virus ont la capacité de détruire les bactéries présentes dans le corps des individus, sans attaquer leur hôte. La technique avait été abandonnée par l’occident lors de l’avènement des antibiotiques. Aujourd’hui, certains patients se rendent à Tbilissi en Géorgie, où un institut a poursuivi ses recherches sur les phages malgré l’apparition des antibiotiques.

Virus contre bactéries : une solution à la crise des antibiotiques ?

ARTE – 2011

Les maladies infectieuses restent la première cause de mortalité dans le monde. Avec la recrudescence de souches résistant aux antibiotiques, il est urgent de trouver d’autres traitements.

> Lien vidéo