Accueil

À l’heure des « nouvelles alternatives », ou fake news qui nous parviennent quotidiennement notamment via les réseaux sociaux, les publications démontrées scientifiquement restent, quant à elles, payantes, alors même qu’elles sont financées par le contribuable (via les contributions aux Universités et au FNS).

Ce paradoxe implique une réflexion sur l’organisation de l’accès aux publications de recherche. Dans cette perspective, la conférence « Pratiques croisées de la valorisation de la recherche » vise à mettre en lumière l’état de l’art dans le domaine de l’Open Access, en s’appuyant sur des expériences menées en Suisse et en Belgique pour tenter de changer de paradigme au sein des universités.

À titre d’exemple, l’Université de Liège (ULg) a mis en place un système, sous le Rectorat de Bernard Rentier, d’obligation de publier les recherches scientifiques dans une base de données développée en interne (Orbi) avec un droit d’embargo. L’Université de Lausanne travaille aussi sur plusieurs pistes envisageables qui seront illustrées, entre autres, lors de la présente conférence.