Qui sommes-nous ?

Tout comme la formation, la diffusion des savoirs, toutes filières confondues, s’appuie nécessairement sur des structures de conservation et de documentation. A l’heure où l’information se multiplie, se diversifie, se dématérialise et se volatilise rapidement, il est encore plus important que naguère de placer l’enseignement et la recherche dans un horizon jalonné par des repères de la Mémoire. Car ces points fixes, ces marqueurs du temps qui s’écoule ne sont pas uniquement les refuges de quelques originaux : aucun pôle d’excellence n’a d’avenir s’il ne peut faire valoir des traditions et des acquis, aucun domaine de recherche ne peut s’affirmer sans porter son regard sur le passé et sans documenter les étapes de l’évolution des connaissances.

Nos appellations varient : Antenne, Archives, Musée, Département, Fondation, Institut, Centre, Service. Nous sommes rattachés à la Direction de l’Université, à une faculté, à un département, à une bibliothèque, ou indépendants. L’étudiant, le professeur, le spécialiste et l’érudit nous sollicitent pour étayer leurs recherches ; le simple citoyen et le grand public trouvent chez nous de quoi satisfaire leur curiosité. Notre présence sur le campus apporte à celui-ci une densité exceptionnelle de structures solidaires et complémentaires, qui partagent des valeurs communes tout en veillant à mériter leur titre de référence dans leur domaine spécifique.

Nous sommes forts du nombre de fonds que nous conservons, de l’ampleur de nos collections et de leur métrage linéaire, de l’originalité de nos manuscrits, de la variété de nos supports, de notre capacité à nous inscrire dans les derniers développements de nos disciplines.

Nous devons notre audience et l’autorité qu’on nous reconnaît à la qualité de nos recherches, à nos publications, à nos inventaires, aux colloques que nous organisons, aux expositions que nous montons, au nombre de visiteurs que nous accueillons.

Nous nous penchons sur des vestiges vieux de plusieurs siècles, mais nous soignons aussi notre rapport à l’immédiateté. Conjuguant le temps géologique et le temps présent, les héritages anciens et le patrimoine immatériel, le contact concret et le lien virtuel, nous ne cessons d’actualiser le passé, qui nous légitime et nous confère nos assises, en le mettant en relation avec les connaissances d’aujourd’hui. Ouverts sur l’extérieur et perméables aux évolutions, nous apportons notre concours aux approches les plus contemporaines et aux nouveaux modes de conservation, d’accès et de consultation. Nos prestations et nos expertises sont indispensables à la formation des esprits et au rayonnement des savoirs, auxquels nous contribuons pleinement au sein des pôles d’enseignement et de recherche des deux sites de l’UNIL et de l’EPFL.

Lausanne-Ecublens-Chavannes-près-Renens, le 12 octobre 2012

Gilbert Coutaz, Directeur des Archives cantonales vaudoises; Olivier Robert, Chef de service des Archives de l’Université de Lausanne; Joëlle Neuenschwander Feihl, historienne de l’architecture, collaboratrice scientifique aux Archives de la construction moderne – EPFL ; Danielle Mincio, Conservateur des manuscrits de la BCUL; Daniel Maggetti, Directeur du Centre de recherches sur les lettres romandes; Françoise Nicod, Responsable des archives de la Fondation Jean Monnet pour l’Europe; Leonard Burnand, Directeur de l’Institut Benjamin Constant; Isabelle Montani, Maître d’enseignement et de recherche suppléante à l’Institut de police scientifique ; Paul-André Jaccard, Responsable de l’antenne romande de l’Institut suisse pour l’étude de l’art; Yves Bolognini, Fondateur du Musée Bolo, Président de la Fondation Mémoires Informatiques; Gilles Borel, Directeur du Musée cantonal de géologie; Jean-François Loude, Responsable du Musée de physique.