Voici une sélection de références bibliographiques sur l’histoire de la cartographie et de la représentation de la Terre, sur Gérard Mercator et ses œuvres, sur les globes en général, mais aussi une liste de musées où il est possible de voir des globes de Mercator et de sites internet particulièrement intéressants.

Littérature secondaire - Auteurs A-M
Aujac, G. (1976) « Le ciel des fixes et ses représentations en Grèce ancienne », Revue d’histoire des sciences, Vol. 29, N° 4, pp. 289-307. [URL]

Un article d’une éminente spécialiste de l’antiquité classique, de la géographie grecque et de l’astronomie sphérique.

Aujac, G. (1996) « La sphère grecque », Comité Français de Cartographie, Vol. 148, pp. 7-18. [PDF]

Germaine Aujac retrace le développement de la sphère (sphérique) et la fabrication de modèles réduits (sphéropée) chez les Grecs.

Aujac, G. (2005) « Les Anciens connaissaient-ils l’Amérique ? Une question controversée au XVIe et XVIIe siècles », Anabases, Vol. 1, pp. 163-191. [URL]

Une analyse passionnante sur une longue controverse.

Aujac, G. (2012) Claude Ptolémée. Astronome, astrologue, géographe. Connaissance et représentation du monde habité, Paris : CTHS.

Ce livre permet de se familiariser avec Ptolémée, son mode de pensée, ses méthodes de travail, son époque tout en se référant aux textes anciens. En annexe, il offre une table de concordance entre les vies politique, littéraire et scientifique bien utile pour le néophyte.

Brotton, J. (2015) Cartes d’exception : 3500 ans de représentation du monde, Paris : Les éditions Géo/Prisma Media.

Magnifiquement illustré, cet ouvrage présente une belle sélection d’une soixantaine de cartes les plus significatives de l’histoire de la cartographie.

Cherton, A., Watelet, M. (1994) « Chronologie », in : Watelet, M. (1994), pp. 414-418.

Une lecture utile pour acquérir une vision synoptique des évènements de la vie de Mercator en regard avec les faits économiques, politiques, religieux et sociaux, ainsi que la vie intellectuelle et scientifique de son temps, entre 1497 et 1604.

Cosgrove, D.E. (2003) Apollo’s Eye : A Cartographic Genealogy of the Earth in the Western Imagination, Baltimore : the Johns Hopkins University Press. [URL]

« De façon paradoxale, la principale découverte des expéditions lunaires Apollo fut… la Terre. » Le géographe anglais analyse les liens entre les images symboliques et les perceptions sociales, entre autre cette image de notre Blue Planet flottant dans l’espace, fragile et absolument isolée. Une matière à réflexion au-delà des globes.

Cosgrove, D.E. (2007) « Images of Renaissance Cosmography, 1450-1650 », in Woodward, D. (2007a), pp. 55-98.

Denis Cosgrove aborde la cartographie et la culture de la Renaissance sous l’angle de sa cosmographie et de la cartographie céleste.

Crane, N. (2003) Mercator. The man who mapped the planet, London : Phoenix.

Dans cette biographie, le géographe et écrivain Nicholas Crane réussit à évoquer et expliquer l’atmosphère intellectuelle complexe de l’époque qui a accueilli le génie de Mercator.

Croiset van Uchelen, T. (1994) « L’écriture et la calligraphie », in : Watelet, M. (éd.) Gérard Mercator cosmographe : le temps et l’espace, Bruxelles, Fonds Mercator Paribas, pp. 150-161.

Un article approfondi sur le monde savant et la calligraphie, les sources d’inspiration de Mercator puis son influence sur l’évolution de l’écriture manuscrite.

Dahl, E.H., Gauvin, J.-F. (2001) La Découverte du monde : une histoire des globes terrestres et célestes, Toulouse : Privat.

Cet ouvrage permet d’apprécier des globes de provenance et de périodes différentes, choisis pour leur importance scientifique, leur qualité esthétique, leur rareté et leur diversité. Outre les globes anciens, on y trouve plusieurs sujets liés, tels que les explorations et la cartographie, l’astronomie et le tracé des constellations, les objets antiques et les arts décoratifs.

Dekker, E., Krogt, P. van der (1993) Globes from the Western World, London : Sotheby Parke Bernet Publs.

Cet ouvrage était considéré à sa publication comme le plus complet sur les globes, après celui de Stevenson de 1921.

Dekker, E., Krogt, P. van der (1994) « Les globes », in : Watelet, M. (1994), pp. 242-267.

Les globes, qui ont inauguré la carrière polyvalente de Mercator dans la cartographie, sont ici magnifiquement analysés par deux spécialistes. On y retrouve également la lettre traduite de Mercator à Granvelle (1544) qui explique l’usage de l’anneau astronomique, la constitution des fuseaux du globe terrestre, ainsi que la nomenclature des étoiles du globe céleste.

Dekker, E. (2007) « Globes in Renaissance Europe », in : Woodward, D. (2007a), pp. 135-173.

Cette éminente physicienne et astronome hollandaise, spécialiste de l’histoire des globes, nous offre ici une somme scientifique précieuse sur les globes à l’époque de la Renaissance.

Dekker, E. (2013) Illustrating the phaenomena : celestial cartography in Antiquity and the Middle Ages, Oxford : Oxford University Press. [URL]

Exploration de l’héritage laissé par les globes et les cartes célestes de l’Antiquité et du Moyen Age.

Duzer, C. van (2014) Sea Monsters on Medieval and Renaissance Map, London : The British Library.

Chet van Duzer parcourt la tradition des gravures de monstres marins sur les cartes du Xe au XVIe siècles dans cet ouvrage très richement illustré.

Engel, P. (2013) Globe conservation studies : conservation-restoration of historical terrestrial and celestial globes, Horn/Wien : Berger.

Un ouvrage sur la matérialité des globes destiné au restaurateur et au conservateur.

Fiorini, M. (1899) Sfere terrestri e celesti di autore italiano, oppure fatte o convervate in Italia, Roma : La Societa geografica italiana.

Cet article a servi de référence pour les recensements ultérieurs des globes de Mercator encore existants.

Friedman Herlihy, A. (2007) « Renaissance Star Charts », in : Woodward (2007a), pp. 99-122.

Anna Friedman Herlihy aborde les étoiles à travers leur historiograhie, les connaissances et représentations médiévales, les planisphères imprimés.

Gautier Dalché, P. (2007) « The Reception of Ptolemy’s Geography (End of the Fourtheenth to Beginning of the Sixteenth Century) », in : Woodward (2007a), pp. 285-364.

Il y eut un avant et un après à la traduction et la diffusion de la Géographie de Ptolémée. Patrick Gautier Dalché offre dans cet essai une analyse des modèles visuels, mathématiques et textuels qui sous-tendent la cartographie de la Renaissance.

Gautier Dalché, P. (2015) « Avant Behaim : les globes terrestres au XVème siècle », Médiévales [en ligne], 58 | 2010, 43-61. [URL]

Un article examinant la question des antécédents antiques et médiévaux pour les globes attestés au XVe siècle dans le nord-est de la France (1432), en Bourgogne (1440-1444) et en Allemagne (1447-1450).

Gent, van R.H., Helden, Van A. (2007) « Lunar, Solar, and Planetary Representations to 1650 », in : Woodward (2007a), pp. 123-133.

Une incursion dans les représentations prétélescopiques et télescopiques des cieux.

Gijsen van, A. (1994) « L’astrologie », in : Watelet, M. (éd.) Gérard Mercator cosmographe : le temps et l’espace, Bruxelles, Fonds Mercator Paribas, pp. 220-233.

Sur l’astrologie dans la cosmographie mercatorienne, le globe céleste de 1551 marqué par l’influence des étoiles fixes et le sens des soi-disant maisons célestes.

Hall, E.F. (1878) « Mercator : his life and works », Journal of the American Geographical Society of New York, New York, vol. X, N° 4, pp. 163-196. Read before the Society, April 16th, 1878. [PDF]

Un travail historique, rédigé après celui de J. van Raemdonck.

Hallyn, F. (2008) Gemma Frisius, arpenteur de la terre et du ciel, Paris : Honoré Champion Editeur.

Gemma Frisius est le fondateur de l’école de Louvain à laquelle appartiennent Mercator et Ortelius. Il a laissé une œuvre scientifique imposante, mais il était aussi fabriquant de globes, inventeur de nouvelles méthodes de triangulation topographique, d’établissement de la longitude géographique, auteur du manuel d’arithmétique le plus vendu au XVIe siècle, l’un des premiers lecteurs de Copernic et des tout premiers à adhérer à son système du monde. Son influence sur Mercator a été très importante.

Hamelin, L.-E. (2013) L’apparition du Nord : selon Gérard Mercator, Québec : Septentrion.

Ce spécialiste de la Nordicité canadienne décortique une planche audacieuse de l’Atlas de Mercator : Septentrionalium Terrarum descriptio (1595).

Heinrichs, A. (2007) Gerardus Mercator : Father of Modern Mapmaking, Compass Point Books, Minneapolis, Minnesota.

Un petit ouvrage sur Gérard Mercator.

Hessler, J.W. (2013) A Renaissance Globemarker’s Toolbox. Johannes Schöner and the Revolution of Modern Science 1475-1550, GILES, Library of Congress, Washington D.C.

Un travail richement illustré sur le premier manufacturier de globes. Le mathématicien et scientifique Johannes Schöner joua un grand rôle dans le développement de la cartographie au XVIe siècle.

Horst, T. (2011) Le monde en cartes : Gérard Mercator (1512-1594) et le premier atlas du monde, Gütersloh/Munich : Faksimile Verlag et Bruxelles : Fonds Mercator.

L’historien de la cartographie offre un ouvrage remarquable, complet et approfondi, sur la vie et l’œuvre de Gérard Mercator, réalisé à l’occasion du 500e anniversaire de sa naissance. Une référence importante.

Kanas, N. (2012) Star Maps : History, Artistry, and Cartography, 2nd ed. Springer Praxis Books.

Dans ce livre, on peut jeter un coup d’œil sur les plus fameuses anciennes cartes des étoiles jamais dessinées, avoir un bref aperçu de l’histoire de l’astronomie de l’origine au XXe siècle et aborder les premiers instruments que les astronomes ont utilisé, tels l’astrolabe ou la sphère armillaire.

Krogt, P. van der (1993) Globi Neerlandici : the production of globes in the Low Countries, (trad. E. Daverman), Utrecht : HES Publ.

Un travail précieux sur les globes terrestres et célestes imprimés dans les Provinces Unies au XVIe siècle. On trouve pen pages 414 et 415 un inventaire indicatif des globes de Mercator encore existants en 1993.

Lanni, D. (2015) Atlas des contrées rêvées, Paris: Flammarion.

Une exploration poétique des contrées rêvées, îles merveilleuses, pays de cocagne, royaumes sauvages, empires ténébreux qui ont hanté les récits des grands découvreurs.

Lecoq, D., Pelletier, M., Hoffmann, C., Netchine, E. (1995) Le globe et son image, Bibliothèque nationale de France, Paris.

Autour des thèmes du pouvoir, du savoir, de la vanité et de la folie du monde, ce livre offre un choix de textes et d’images d’historiens de la cartographie qui éclairent la valeur symbolique du globe, de l’Antiquité au XVIIIe siècle.

Lestringant, F. (1991) « Le déclin d’un savoir. La crise de la cosmographie à la fin de la Renaissance », in : Annales. Economies, Sociétés, Civilisations, 46e année, N° 2, pp. 239-260. [URL]

Ce spécialise du XVIe siècle offre une analyse éclairante sur le défi qui fut relevé par les hommes nouveaux de la Renaissance, en opposant l’expérience, celle des navigateurs, aux certitudes des Anciens. En outre, ils héritent d’un savoir coupé en deux par l’opposition du quantitatim, la quantité cosmographique ou la géographie astronomique, et du qualitatim, la qualité chorographique ou la description des régions de la terre habitée.

Le Testu, G., Lestringant, F., (2012) Cosmographie universelle selon les navigateurs tant anciens que modernes, coll. Carnets des tropiques, Paris : Flammarion.

Considérée comme un joyau de la cartographie de la Renaissance, cette Cosmographie universelle et foisonnante de Guillaume Le Testu, avec ses cartes enluminées, conjugue la cosmographie mathématique héritée de Ptolémée avec l’héritage du Moyen Age et la cartographie nautique des portulans. Frank Lestringant, spécialiste de la littérature géographique du XVIe siècle, y éclaire les enjeux scientifiques, politiques et esthétique de cette œuvre.

Lindgren, U. (1994) « Mesures de l’espace et du temps », in : Watelet, M. (éd.) Gérard Mercator cosmographe : le temps et l’espace, Bruxelles, Fonds Mercator Paribas, pp. 162-177.

Du rôle de la géométrie dans la cosmographie, dans les méthodes pour définir des longitudes et latitudes géographiques au XVIe siècle, l’historique de leur calcul, les problèmes nautiques de l’Age des découvertes.

Lister, R. (1970) How to identify old maps and globes : with a list of cartographers, engravers, publishers and printers concerned with printed maps and globes from c. 1500 to c. 1850, London : G. Bell.

Plutôt dédié aux collectionneurs et aux marchands de cartes anciennes, cet ouvrage couvre une histoire des cartes et plans, des méthodes de production des cartes, atlas, globes et sphères armillaires.

Mercator, G., De Smet, A.E.J., Raemdonck, J. van (1968) Les sphères terrestre & céleste de Gérard Mercator, 1541 et 1551 : reproductions anastatiques des fuseaux originaux gravés par Gérard Mercator et conservés à la Bibliothèque royale à Bruxelles / préface Antoine De Smet ; [introduction] J. van Raemdonck extraite des Annales du Cercle archéologique du Pays de Waas, vol. 5, 1872-1875, Bruxelles : Culture et Civilisation, Adam [Jos].

Reproductions des fuseaux originaux gravés par Mercator.

Monmonier, M. (2004) Rhums lines and map wars : a social history of the Mercator projection, Chicago : The University of Chicago Press. [Abstract]

Mark Monmonier offre une réflexion sur la controverse entourant l’héritage fondamental de Gérard Mercator. En 1569, il proposa une méthode innovante pour représenter la Terre sur une surface plate, créant ainsi la projection qui porte son nom et qui est toujours utilisée de nos jours.

Littérature secondaire - Auteurs N-Z
Radelet-de-Grave, P. (1994) « Le magnétisme et la localisation en mer », in : Watelet, M. (éd.) Gérard Mercator cosmographe : le temps et l’espace, Bruxelles, Fonds Mercator Paribas, pp. 209-219.

Un article qui retrace remarquablement non seulement l’apport de Mercator dans le problème du magnétisme, mais également le contexte scientifique et historique global de la déclinaison magnétique.

Raemdonck, J. van (1869) Gérard Mercator, sa vie et ses oeuvres, St Nicolas : E. Dalschaert-Praet. [URL]

Avant Jan van Raemdonck, Mercator était une figure plutôt effacée dans l’histoire des sciences. Cet érudit qui s’est fixé d’étudier « Mercator dans Mercator lui-même », a travaillé à l’édification, à portée assez hagiographique, de la biographie Mercator. Ce travail de 1869 marque la redécouverte contemporaine et la réévaluation des œuvres cartographiques de Mercator.

Raemdonck, J. van (1875) « Les sphères terrestre et céleste de Gérard Mercator », Annales du Cercle archéologique du Pays de Waes, vol. 5, pp. 259-317. [URL]

Notice publiée à l’occasion de la reproduction des sphères de Mercator à l’aide de facsimilés de leurs fuseaux originaux, gravés par Mercator et conservés à la Bibliothèque Royale de Bruxelles, pour l’exposition géographique de Paris de 1875.

Ramoni, M. (2005) « Des globes anciens découverts à l’UNIL », in: Uniscope N° 506, 15.11.2004-15.01.2005, p. 6. [PDF]

Une toute première communication sur la découverte de globes lausannois, signée de Jean-François Loude, professeur honoraire de physique à l’UNIL.

Riffenburgh, B. (2015) Mapping the World : The Story of Cartography, André Deutsch.

L’historien et auteur Beau Riffenburgh raconte, de manière richement illustrée, l’histoire des philosophes, explorateurs, artistes et scientifiques qui ont réuni leurs compétences pour produire la plupart des artefacts cartographiques jamais créés.

Schüler, C. (2012) La mer et les étoiles : la cartographie maritime et céleste de l’Antiquité à nos jours, Paris : Place des Victoires.

Le livre idéal pour avoir un aperçu des progrès réalisés au fil du temps en astronomie, navigation et cartographie. A partir de 260 documents significatifs tirés de la collection de la Royal Geographical Society, il permet de découvrir comment l’homme a progressivement imaginé, puis cerné la géographie des mers et des océans, du littoral et des îles.

Sillig, L. (2005) « Deux globes inestimables oubliés entre deux plantes vertes… », in: 24 Heures, mardi 18 janvier 2005, p. 23. [PDF]

La découverte des globes est présenté au public de Suisse romande par Georges Meylan, professeur honoraire de l’Ecole polytechnique de Lausanne.

Sloterdijk, P. (2010) Globes : macrosphérologie (trad. de l’all. O. Mannoni), Sphères tome II, Paris : Libella-Maren Sell.

Le philosophe Peter Sloterdijk interroge les fondements de l’histoire politique de l’humanité en analysant le changement radical de l’image morphologique du monde. La géométrie avait conduit les Grecs à l’étude du globe terrestre, du ciel et de ses multiples écorces ; la philosophie leur offrait la possibilité de considérer le monde des idées comme réel. De là émergea la pensée médiévale, mais aussi la révolution copernicienne, le passage d’un univers clos à un univers infini.

Stevenson, E. L. (1921) Terrestrial and celestial globes. Their history and construction including a consideration of their values as aids in the study of geography and astronomy, New Haven : Published for the Hispanic Soc. of America by the Yale Univ. London-Humphrey Milford-Oxford University Press.
The Project Gutenberg eBook #39866 & #39867 (2012) [Vol. 1] [Vol. 2]

Le cartographe américain Edward Luther Stevenson (1858-1944) nous offre ici une référence historique et culturelle importante.

Sumira, S. (2014a) The art and history of globes, London : The British Library.

Sylvia Sumira livre un ouvrage riche, remarquablement illustré, qui célèbre l’art et l’histoire des globes entre le XVIe et la fin du XIXe siècle.

Sumira, S. (2014b) Globes : 400 Years of exploration, navigation, and power, Chicago : University of Chicago Press.

Cette spécialiste de la conservation des globes imprimés entraîne novices, amateurs et experts vers les moments clés de l’histoire des globes.

Taylor, A. (2004) The World of Gerard Mercator. The Mapmaker Who Revolutionized Geography, New York : Walker & Company.

Andrew Taylor, écrivain anglais, aborde, dans cette biographie, le caractère, les accomplissements en des temps turbulents, les dissensions aussi qui ont accompagnées la projection cartographique visionnaire de 1569 et l’influence que Mercator a pu avoir jusqu’à nos jours.

Turner, G. L’E. (2005) « Gerard Mercator’s three astrolabes », Oxford : Museum of the History of Science, Madrid : ENDOXA Series Filosoficas, N° 19, pp. 21-39. [PDF]

Aucun des instruments scientifiques fabriqués par Mercator n’était connu jusqu’à la découverte décrite ici de trois astrolabes.

Watelet, M. (éd.) (1994) Gérard Mercator cosmographe : le temps et l’espace, Bruxelles, Fonds Mercator Paribas.

Entouré de plusieurs spécialistes, Marcel Watelet offre, à l’occasion du 400e anniversaire de la mort de Gérard Mercato un bilan remarquable et un regard nouveau sur la matière mercatorienne. Tout en préservant l’apport des recherches antérieures, l’ouvrage richement illustré déchiffre et restitue le contexte de la production scientifique de Mercator, sa matérialité, son extension, sa nouveauté. Si l’ordre factuel est quelque peu écarté, c’est pour mieux aborder l’espace de liberté du personnage et de son temps, ses solidarités, les contraintes de son milieu, à la manière d’un voyage au cœur de l’univers scientifique du XVIe siècle. Un travail essentiel pour qui s’intéresse à Mercator.

Whitfield, P. (1994) The Image of the World. 20 Centuries of World Maps, San Francisco : Pomegranate Artbooks.

Peter Whitfield propose un ouvrage sur les significations culturelles de cartes choisies dans différentes périodes historiques.

Whitfield, P. (1995) The Mapping of the Heavens, London : The British Library.

L’histoire de l’astronomie à travers ses images, en particulier ces cartes célestes où science et art tentent de présenter une image rationnelle des cieux, dans une tension permanente entre la rigueur scientifique et la recherche des causes, des certitudes et de l’harmonie de l’univers.

Woodward, D. (2007a) Cartography in the European Renaissance, « The history of cartography » (J.B. Harley & D. Woodward, eds.), Vol. 3, Chicago : The University of Chicago Press.

Ce troisième volume de la célèbre collection universitaire sur l’histoire de la cartographie nous entraine magistralement dans la période entre 1450 et 1650, longtemps considérée comme la plus importante dans l’histoire de la cartographie européenne. Cette passionnante histoire est rédigée par les meilleurs spécialistes dans chaque domaine.

Woodward, D. (2007b) « 1. Cartography and the Renaissance : Continuity and Change », in : Woodward, D. (2007a), pp. 3-24.

Pour mettre en scène et comprendre le passage du Moyen Age à la Renaissance.

Woodward, D. (2007c) « Techniques of Map Engraving, Printing, and Coloring in the Europe Renaissance », in : Woodward (2007a), pp. 591-610.

Cet article propose un incursion technique dans les méthodes de gravure, d’impression et de coloration des planches cartographiques. Il montre le passage de la gravure sur bois aux planches sur cuivre et son effet sur le lettrage et les couleur.

Les musées
Le Globenmuseum à Vienne en Autriche. [URL]

Ce musée du globe, situé dans le Palais Mollard à Vienne, est une composante de la Bibliothèque Nationale d’Autriche. Il est l’unique musée ouvert au public dévoué entièrement aux globes, avec environ 600 globes terrestres et célestes dont plus de 200 sont exposés. La majorité des globes date d’avant 1850 et on peut y voir une paire des globes de Mercator.

Mercatormuseum à Sint-Niklaas en Belgique. [URL]

Un musée dédié à Mercator et son oeuvre, remis au goût du jour à l’occasion des 500 ans de la naissance du célèbre cartographe (1512-2012).

Le Hall des Globes de la Bibliothèque Nationale de France, sur son site François Mitterand. [URL]

L’exposition permanente des globes impressionnants de Coronelli (1683), offerts à Louis XIV, permet également de se replacer dans l’histoire de la science cartographique et de la représentation du monde.

Les sites internet
The Mercator Globes de l’Université de Harvard [URL]

Ce site internet présente les globes de Mercator conservés à l’Université de Harvard.

Virtual Globe Gallery [URL]

Une exploration virtuelle en 3D créée en 2011 par Georg Zotti. On peut y voir un globe céleste de 1279, celui de 1507 de Waldseemüller ou de 1518 de Apian, aussi les globes de Schöner (1523), de Floriano (1555), de Oterschaden (1603) ou de Hondius (1615). Et bien entendu la paire de globes de Mercator (1541 et 1551).

Bibliothèque nationale de France (BnF)

La Bibliothèque nationale de France présente sur son site internet plusieurs chapitres exceptionnels traitant de la cartographie, listés ci-dessus.

Bellerby Globemakers [URL]

Un atelier moderne de fabrique de globes. A quelques éléments près, le technique développée par Mercator y perdure toujours.

Quelques vidéos consultables en ligne