Ce qui est admirable, ce n’est pas que le champ des étoiles soit si vaste, c’est que l’homme l’ait mesuré.Anatole France

Premier et seul travail astronomique de Mercator, la sphère céleste de 1551 n’est cependant pas aussi dénuée d’innovations, que l’ont longtemps cru les historiens et les experts des globes. Les grandes expéditions géographiques du XVIe siècle n’ont pas beaucoup influencé l’image du Ciel, qui était déjà bien connue depuis l’Antiquité. Néanmoins, Mercator a su apporter plusieurs améliorations par rapport à ses prédécesseurs. Sa sphère représente ainsi l’état des connaissances de son temps avant les progrès apportés par Tycho Brahe, Johannes Kepler et Galilée.

Influences et sources

Dès le IVe siècle avant Jésus-Christ, les astronomes grecs représentent le ciel sous la forme d’une sphère […]

 

Coordonnées astronomiques

Durant des siècles, la position des étoiles est inspirée de Ptolémée. Il faut attendre la fin du XVIe siècle et Tycho Brahé (1540-1601), pour que celles-ci deviennent plus précises […]

 

Positions stellaires

Les catalogues stellaires du XVIe siècle diffèrent entre eux, déformés au fur et à mesure de leur transmission et des éditions. Au gré de celles-ci, les positions des étoiles présentent ainsi des différences […]

 

Précession des équinoxes

Le calcul correctif de la précession est le plus gros problème astronomique à résoudre pour un utilisateur des positions stellaires ptoléméennes. Une fois encore l’influence de Copernic sur Mercator est patente […]

 

Représentation des constellations

Mercator offre sur son globe céleste des représentations des constellations s’écartant parfois des canons en vigueur à son époque […]