Très vite, l’équipe de travail à l’UNIL souhaite développer une consultation 3D dynamique des sphères de Mercator. Les avantage potentiels sont en effet nombreux : possibilités de modifier la représentation, de comparer la cartographie représentée avec celle de notre époque, de projeter le globe sur un planisphère, de changer la projection ou de corriger les distorsions…

Ce projet demande de photographier une nouvelle fois les deux globes. Une démarche collaborative et originale est alors développée ; les prises de vues en haute résolution sont réalisées dans le laboratoire photographique de l’Ecole des sciences criminelles (ESC) par Eric Sapin, assisté de Quentin Milliet ; au Centre informatique, Alexandre Hirzel se charge du traitement numérique des images en vue d’un géoréférencement dans la logique des Systèmes d’information géographique (SIG).

Un dispositif de prise d’images original

février 2016
Les spécialistes de l’Ecole des sciences criminelles doivent résoudre plusieurs problème inhérent à la photographie systématique et précise d’une surface sphérique […]

 
0 commentaire

Géoréférencement des images

mars 2016
A partir des images en haute résolution, le géoréférencement numérique permet la création d’un modèle virtuel en 3D servant à draper chacun des globes […]

 
0 commentaire