Projets spéciaux

vieux_chene_napoleon_stramatakis © UNIL_800_500Napoleome, un projet de génomique et de science participative autour du chêne de l’UNIL.

Depuis plus de deux cent ans, un chêne majestueux se dresse au centre du campus de Dorigny et constitue un exemple de longévité d’un organisme vivant. Mais qu’en est-il de son génome ?

Le projet Napoleome vise à décoder l’ensemble de l’information génétique de l’arbre. Son originalité repose aussi sur l’étude de la diversité génétique au sein des différentes parties de cet individu exceptionnel. Les chercheurs de l’UNIL et de l’Institut suisse de bioinformatique (SIB), ainsi que L’éprouvette, souhaitent partager avec le public les résultats de leurs travaux pour permettre à chacun de découvrir les technologies d’analyse de génomes et de se forger une opinion sur les enjeux de ces méthodes qui révolutionnent la biologie et la médecine.

Dans un premier temps, six chercheurs de l’UNIL animeront une série de rencontres publiques organisées sous le chêne de Napoléon ou au Jardin botanique de Lausanne. Dans un deuxième temps, des ateliers seront organisés à L’éprouvette; ils permettront au public d’expérimenter les méthodes d’extraction d’ADN et de discuter, avec des scientifiques, des enjeux de la recherche en génétique.

Le projet Napoleome
Les rencontres avec des chercheurs
Souvenirs des rencontres

 

© borzywoj - FotoliaPhageback : le retour des virus guérisseurs

Depuis la découverte des antibiotiques au début du 20ème siècle, le contrôle des maladies infectieuses et les progrès de la médecine sont incontestables. Mais depuis quelques années, l’apparition de souches bactériennes résistantes aux antibiotiques inquiète les médecins et est devenu un problème majeur de santé publique.

Afin de développer une alternative thérapeutique, un essai clinique européen a été mis au point en collaboration avec des chercheurs de l’UNIL et du CHUV, à partir d’une méthode découverte avant les antibiotiques, la phagothérapie. Celle-ci repose sur l’utilisation de bactériophages, des virus de bactéries comme traitement contre les infections.

Le projet Phageback, mené par L’éprouvette ainsi que le CHUV et soutenu par le Fond National suisse pour la recherche, vise à informer le public sur les bactériophages et la phagothérapie. Dans cette optique, diverses activités sont organisées afin de découvrir et comprendre les enjeux de cette thématique.

Le projet Phageback
En savoir plus sur l’essai clinique

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone