Erik Nitsche et La Science illustrée

Erik Nitsche et La Science illustrée

  • 1. Erik Nitsche naît à Lausanne le 7 juillet 1908, où il habite jusqu’à l’accomplissement de sa formation obligatoire. À l’âge de 18 ans, il fréquente la Kunstgewerbeschule à Munich, il y suit notamment les cours du professeur Fritz Helmuth Ehmcke. (...)

En vue de mieux comprendre les phénomènes d’internationalisation et d’autonomisation du travail graphique au sein du champ éditorial romand (☞ Les collections illustrées), nous nous pencherons ici sur l’œuvre du graphiste Erik Nitsche (1908-1998)1. C’est en effet cette figure majeure des arts graphiques aux États-Unis – mais originaire de Lausanne et de retour en Suisse romande au début des années 1960 – qui incarne le mieux ce renouveau dans les métiers de l’industrie éditoriale romande de l'époque. Dans un premier temps, nous tâcherons de dégager les spécificités qui caractérisent l’œuvre de Nitsche pour les Éditions Rencontre. Ensuite, par le biais d’une analyse comparative avec ses autres réalisations, nous tenterons de comprendre les innovations qu’une telle figure, forte d’une autonomie professionnelle jusqu’alors inédite ici, imprime sur les traditions artisanales de la région, contribuant par là à la mise en valeur des prérogatives du graphiste au sein de la production livresque suisse romande.

Erik Nitsche et les Éditions Rencontre

  • 2. François Vallotton, Les Éditions Rencontre, 1950-1971, Lausanne, Éditions d'en bas, 2004, p. 58.
  • 3. Ibid., p. 50-51.

Entre octobre 1962 et mai 1966, la société Rencontre édite La Science illustrée, devenue ensuite La Nouvelle Bibliothèque illustrée des sciences et des techniques, collection à caractère encyclopédique composée de vingt-quatre volumes tirés à 60’000 exemplaires chacun2. La collection est produite en deux temps. Une première série de douze volumes voit le jour entre octobre 1962 et septembre 1963 sous la direction d’Erik Nitsche. Pour l’occasion, ce dernier crée une nouvelle société à Genève, la Erik Nitsche International (ENI), chargée de la production du projet graphique, de la recherche des documents iconographiques et de la sélection des manuscrits pour la collection. Par là, la société apparaît en tant que co-éditrice de la série, en partenariat avec Rencontre, qui s’occupe principalement du financement et de la distribution. La deuxième série, comprenant les douze derniers volumes, est distribuée entre mai 1965 et avril 1966 après qu'ENI eut été remplacée par Edito-Service SA. Cette société est fondée à Genève suite à un accord entre les Éditions Rencontre et un groupe d’importants investisseurs étrangers, le groupe Musexport. L’éditeur lausannois y cède le droit d’exploitation de La Science illustrée en échange d’investissements importants à son bénéfice3.

La maquette : une nouvelle conception

  • 4. Il faut toutefois retenir que cette cession des droits et de la propriété artistique provoque le mécontentement d’Erik Nitsche. (...)

Laissons de côté pour le moment les dynamiques de cession des droits d'exploitation d'une société à l'autre4 pour nous concentrer sur les éléments graphiques qui caractérisent la collection. Chaque volume propose une maquette conforme à un style d’ensemble facilement identifiable. Le format choisi, tout comme la composition qui l’habite, indique la propension du graphiste à travailler sur la double page, conçue comme une seule surface. C’est ainsi que malgré les proportions verticales élancées de la couverture (fig. 1), aussitôt le livre ouvert (fig. 2), le format très large s’impose aux yeux du lecteur grâce notamment à une tripartition horizontale de la grille de mise en page, ou gabarit.

Histoire de l'aéronautique, graphisme Erik Nitsche, texte Courtlandt Canby, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1963, couverture.

Fig. 1, Histoire de l'aéronautique,
couverture.

Histoire de l'aéronautique, graphisme Erik Nitsche, texte Courtlandt Canby, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1963, p. 56-57.

Fig. 2, Histoire de l'aéronautique, p. 56-57.

Les éléments principaux s'étendent dans la partie centrale occupant les deux tiers de la page. Deux bandeaux secondaires horizontaux, faisant office de marges supérieure et inférieure, n'accueillent qu’un nombre limité de composantes de dimension réduite – légendes, encadrés ou petits éléments graphiques – et permettent d'alléger l’ensemble de la surface par l’affichage généreux d’espaces blancs. Texte, document iconographique ou simple élément graphique de décoration s’agencent ainsi en une mise en page équilibrée, où les vides et les pleins se trouvent en parfaite harmonie au sein de la planche (fig. 3 et 4).

Histoire de la médecine, graphisme Erik Nitsche, texte Jean Starobinski, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1963, p. 104-105.

Fig. 3, Histoire de la médecine, p. 104-105.

Histoire de l'aéronautique, graphisme Erik Nitsche, texte Courtlandt Canby, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1963, p. 68-69.

Fig. 4, Histoire de l'aéronautique, p. 68-69.

La bande centrale est elle-même subdivisée en quatre colonnes formant deux rectangles répartis sur chacune des pages, qui ne font que renforcer l’accent mis sur l’axe horizontal de la composition (fig. 5). Ces blocs juxtaposés confèrent un caractère « cinématique » à la composition : on passe d’un bloc à l’autre comme l’on suivrait le déroulement des photogrammes sur l’écran. Cette idée est renforcée par le statut des images en rapport au texte : les deux dimensions iconographique et typographique sont aisément interchangeables au sein du gabarit (fig. 6), et une fois cette distinction évacuée, le livre peut être parcouru à une seule vitesse, du début à la fin, et favoriser de cette façon un mode de consommation dynamique où l’objet est reçu par le spectateur dans un mouvement linéaire et constant.

Histoire de la communication, graphisme Erik Nitsche, texte Maurice Fabre, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1963, p. 46-47.

Fig. 5, Histoire de la communication, p. 46-47.

Histoire de l'aéronautique, graphisme Erik Nitsche, texte Courtlandt Canby, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1963, p. 40-41.

Fig. 6, Histoire de l'aéronautique, p. 40-41.

Cette rigueur de la composition pourrait sembler lourde et répétitive si elle était appliquée machinalement à l’ensemble des volumes. Mais la qualité du travail de Nitsche tient aussi aux nombreuses variations qu’il sait introduire dans son schéma de base. Les images sont ainsi souvent retravaillées, et particulièrement pour les estampes et les illustrations anciennes, elles sont volontiers allégées de leur cadrage rectangulaire pour être transformées en silhouettes, capables de s’inscrire harmonieusement dans les vides blancs de la page (fig. 7 et 8).

Histoire de la médecine, graphisme Erik Nitsche, texte Jean Starobinski, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1963, p. 111-112.

Fig. 7, Histoire de la médecine, p. 111-112.

Histoire de la communication, graphisme Erik Nitsche, texte Maurice Fabre, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1963, p. 100-101.

Fig. 8, Histoire de la communication, p. 100-101.

De plus, le noir et blanc qui caractérise une majorité des documents iconographiques est ponctuellement rompu par l’introduction contrôlée de masses colorées, souvent circonscrites en figures géométriques simples ou suivant la silhouette de la figure (fig. 9 et 10). Pour Nitsche, la couleur joue dans les arts graphiques, à l’instar de la peinture, le rôle de guide discret à l’itinéraire accompli par l’œil du lecteur. Un tel souci du conditionnement de l’attention participe une fois de plus à la transformation de l’expérience de lecture d’une encyclopédie illustrée, traditionnellement associée à une opération de consultation saccadée, vers un geste plus linéaire, où l’œil du lecteur ne peut que glisser d’un élément à l’autre en suivant les solutions d’harmonisation appliquées par le graphiste sur l’ensemble de l'ouvrage.

Histoire de l'aéronautique, graphisme Erik Nitsche, texte Courtlandt Canby, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1963, p. 24-25.

Fig. 9, Histoire de l'aéronautique, p. 24-25.

Histoire de la médecine, graphisme Erik Nitsche, texte Jean Starobinski, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1963, p. 28-29.

Fig. 10, Histoire de la médecine, p. 28-29.

Etude comparative

Une fois les caractéristiques principales du modus operandi de Nitsche pour La Science illustrée définies, nous les confronterons à d’autres travaux du graphiste, afin de comprendre dans quelle mesure celles-ci forment une manière de « patte personnelle » et permettent de cerner l'impact que Nitsche aurait exercé sur les habitudes éditoriales de Rencontre au fil de leur collaboration.

  • 5. Courtland Canby, John Niven et Vernon Welsh, Dynamic America: a History of General Dynamics Corporation and its Predecessor Companies, New York, General Dynamics Corporation, 1960.
  • 6. Steven Heller, op. cit..
  • 7. Idem.
  • 8. Sur Marsens, voir Henri Rieben et al., Portraits de 250 entreprises vaudoises, Lausanne, Fondation Jean Monnet pour l'Europe/Editions 24 Heures, 1980, p. 208-211.
    Le Musée historique de Lausanne conserve un fonds Erik Nitsche formé principalement par des documents fournis par Marsens. La liste est accessible par le biais du catalogue électronique de l’institution, , en ligne, consulté le 1er mai 2013.

En 1960, juste avant son retour en Suisse, le trust américain General Dynamics publie un luxueux ouvrage illustré à caractère promotionnel, Dynamic America : a History of General Dynamics Corporation and its Predecessor Companies5. À la tête du projet éditorial, on retrouve Nitsche, chef du département Communication de l’entreprise depuis 19556. Il dispose pour la réalisation de l’ouvrage d’une somme extrêmement généreuse, lui permettant un temps de gestation d’environ quatre ans7, ainsi qu’une richesse d’impression exceptionnelle. Pour s’assurer cette qualité, il fait exécuter l’intégralité des procédures d’impression et de reliure à Lausanne, où la branche avait acquis une renommée internationale depuis l’après-guerre (☞ L'imprimerie). Ce travail est pris en charge par Marsens8.

Dynamic America; a history of General Dynamics Corporation and its Predecessor Companies, graphisme d’Erik Nitsche, New York, General Dynamics Corporation, 1960, p.136-137.

Fig. 12, Dynamic America; a history of General Dynamics Corporation and its Predecessor Companies, p. 136-137.

Histoire de l'aéronautique, graphisme Erik Nitsche, texte Courtlandt Canby, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1963, p. 50-51.

Fig. 13, Histoire de l'aéronautique, p. 50-51.

La ressemblance entre les maquettes de Dynamic America et de La Science illustrée est frappante (fig. 12 et 13). De toute évidence, Nitsche soumet les deux objets au même traitement graphique. La liberté dont il bénéficie lui permet de récupérer et de réadapter intégralement un modèle précédemment utilisé, non seulement dans les lignes structurales de son graphisme, mais aussi dans le recyclage fréquent des mêmes documents iconographiques, qui appartiennent au fonds privé d'Erik Nitsche et sont donc propriété du graphiste.

Cette assimilation d’un modèle graphique à un véritable style personnel continuera de caractériser le parcours professionnel de Nitsche après sa collaboration avec Rencontre. En 1970, la maison d’édition Hachette publiera quatre volumes à caractère encyclopédique, L’Epopée d’un siècle, eux aussi fortement illustrés : la composition sera confiée aux soins d’Erik Nitsche, qui obtiendra pour l’occasion le statut de « directeur artistique », donnant lieu, une fois de plus, à un produit fortement identifiable à son auteur du point de vue graphique (fig. 14 et 15).

L’Epopée d’un siècle, de 1865 à nos jours, vol. 1, graphisme Erik Nitsche, Paris, Hachette, 1970, p. 50-51.

Fig. 14, L’Epopée d’un siècle, de 1865 à nos jours, p. 50-51.

Histoire de la marine, graphisme Erik Nitsche, texte Courtlandt Canby, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1963, p. 80-81.

Fig. 15, Histoire de la marine, p. 80-81.

La Science illustrée et le cas d’Erik Nitsche révèlent en fin de compte des mécanismes d’un intérêt singulier. Dans le cadre de la première série, promotion et réception critique soulignent le caractère unique et prestigieux que confère à la collection l’intervention d’une personnalité artistique d’envergure internationale. À travers l’analyse du travail du graphiste, on peut effectivement vérifier l’existence d’une sorte de « patte » d’auteur qui marque l’ensemble de ses entreprises éditoriales. Cependant, à l’occasion de la deuxième série, le transfert d’ENI à Edito-Service SA se traduit par la complète disparition de toute mention de la participation de Nitsche et par la cession des droits d’auteurs à une nouvelle société, alors même que l’ensemble des éléments caractérisant l’œuvre graphique de Nitsche resteront intacts et visibles dans ces douze derniers volumes (fig. 16 et 17).

Histoire de l'architecture, graphisme Eric Tschumi, texte Pierre Jacquet, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1965, p. 106-107.

Fig. 16, Histoire de l'architecture, p. 106-107.

Histoire de la marine, graphisme Erik Nitsche, texte Courtlandt Canby, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1963, p. 114-116.

Fig. 17, Histoire de la marine, p. 114-116.

Naît ainsi une forte tension qui mieux que tout témoigne de la nouveauté d’une telle valorisation du travail de graphiste dans le paysage éditorial romand. D’une côté, la mise en page est élevée au rang de valeur commerciale, reconnue comme une qualité émanant du « génie » de tel ou tel artiste ; de l’autre, elle se trouve encore loin d’être légitimée et protégée par la législation et par les habitudes éditoriales en tant que propriété intellectuelle d’un auteur.

— Davide Nerini

Notes

  • 1. Erik Nitsche naît à Lausanne le 7 juillet 1908, où il habite jusqu’à l’accomplissement de sa formation obligatoire. À l’âge de 18 ans, il fréquente la Kunstgewerbeschule à Munich, il y suit notamment les cours du professeur Fritz Helmuth Ehmcke. Dans les années 1930, il part à Paris où il est employé par la prestigieuse entreprise d’impression Draeger. Pendant la même période, il entre en contact avec le typographe et illustrateur Maximilien Vox, avec la rédaction du magazine Art et métiers graphiques, ainsi que celles d’autres périodiques illustrés européens (Vu, Simplicissimus, Der Querschnitt, etc.). En 1934, il s’installe à New York, où il travaille en tant qu’illustrateur et photographe indépendant pour une clientèle aussi disparate que prestigieuse (Harper’s Bazaar, Town & Country, Fortune, Vanity Fair, Stage, Arts & Decoration, etc.). Il obtient son premier emploi d’envergure en 1938, quand le grand magasin Saks Fifth Avenue l’engage en tant que directeur artistique à la tête du département communication. Par la suite, il enchaîne une série d’emplois équivalents auprès d’autres grandes entreprises (Hoffman-Laroche, Ciba, Squbb, Standard Oil of New Jersey, etc.). En 1955, il occupe son poste le plus prestigieux quand le directeur de l’empire économique General Dynamic, Jay Hopkins, le recrute en tant que chef du département communication de l’entreprise. Les années au service de ce grand trust américain sont aujourd’hui retenues comme celles où il atteignit le sommet de sa pratique de graphiste et illustrateur. Des œuvres telles que la série d’affiches Atoms for Peace ou l’entreprise éditoriale Dynamic America : a History of General Dynamics Corporation and its Predecessor Companies sont effectivement réalisées dans ce contexte. Nitsche retourne en Europe au début des années 1960 durant lesquelles, entre Genève et Paris, il multiplie les collaborations avec des acteurs locaux de l’industrie éditoriale tels que les Editions Rencontre ou Hachette. À la fin des années 1970, il retourne aux Etats-Unis, au Connecticut. Il y meurt en 1998.
  • 2. François Vallotton, Les Éditions Rencontre, 1950-1971, Lausanne, Éditions d'en bas, 2004, p. 58.
  • 3. Ibid., p. 50-51.
  • 4. Il faut toutefois retenir que cette cession des droits et de la propriété artistique provoque le mécontentement d’Erik Nitsche. Lors d’un entretien accordé juste avant son décès, le graphiste déclare s’être littéralement ruiné pour les frais juridiques du différend autour de la propriété intellectuelle de la collection (voir Steven Heller, « The Reluctant Modernist », Typotheque. En ligne, consulté le 5 avril 2013). Les archives du pouvoir juridique genevois n’ont cependant gardé aucune trace de ce différend. Si une telle querelle a eu lieu, elle doit vraisemblablement avoir été réglée en dehors des tribunaux civils.
  • 5. Courtland Canby, John Niven et Vernon Welsh, Dynamic America: a History of General Dynamics Corporation and its Predecessor Companies, New York, General Dynamics Corporation, 1960.
  • 6. Steven Heller, op. cit..
  • 7. Idem.
  • 8. Sur Marsens, voir Henri Rieben et al., Portraits de 250 entreprises vaudoises, Lausanne, Fondation Jean Monnet pour l'Europe/Editions 24 Heures, 1980, p. 208-211.
    Le Musée historique de Lausanne conserve un fonds Erik Nitsche formé principalement par des documents fournis par Marsens. La liste est accessible par le biais du catalogue électronique de l’institution, en ligne, consulté le 1er mai 2013.

Bibliographie

  • Sources
  • Bulletins mensuels des Editions Rencontre, 1951-1976.
  • Dynamic America; a history of General Dynamics Corporation and its Predecessor Companies, graphisme d’Erik Nitsche, New York, Doubleday / General Dynamics Corporation, 1960.
  • Histoire de l'aéronautique, graphisme Erik Nitsche, texte Courtlandt Canby, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1962.
  • Histoire de la marine, graphisme Erik Nitsche, texte Courtlandt Canby, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1962.
  • Histoire de la fusée, graphisme Erik Nitsche, texte Courtlandt Canby, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1962.
  • Histoire de l’armement, graphisme Erik Nitsche, texte Courtlandt Canby, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1963.
  • Histoire de l’astronomie, graphisme Erik Nitsche, texte Charles-Albert Reichen, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1963.
  • Histoire de la locomotion terrestre, graphisme Erik Nitsche, texte Maurice Fabre, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1963.
  • Histoire de l'électricité, graphisme Erik Nitsche, texte Edward T. Canby, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1963.
  • Histoire de la physique, graphisme Erik Nitsche, texte Charles-Albert Reichen, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1963.
  • Histoire de la communication, graphisme Erik Nitsche, texte Maurice Fabre, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1963.
  • Histoire de la chimie, graphisme Erik Nitsche, texte Charles-Albert Reichen, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1963.
  • Histoire de la machine, graphisme Erik Nitsche, texte Robert Soulard, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1963.
  • Histoire de la médecine, graphisme Erik Nitsche, texte Jean Starobinski, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1963.
  • Histoire de l'architecture, graphisme Eric Tschumi, texte Pierre Jacquet, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1965.
  • Histoire du tourisme, graphisme Eric Tschumi, texte Gilbert Sigaux, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1965.
  • Histoire des découvertes archéologiques, graphisme Eric Tschumi, texte Henri-Paul Eydoux, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1965.
  • Histoire des sciences occultes, graphisme Eric Tschumi, texte René Alleau, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1965.
  • Histoire de la publicité, graphisme Eric Tschumi, texte Philippe Schuwer, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1965.
  • Histoire de la mode, graphisme Eric Tschumi, texte Maurice Fabre, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1965.
  • Histoire des grandes constructions, graphisme Eric Tschumi, texte René Alleau, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1965.
  • Histoire de la psychologie, graphisme Eric Tschumi, texte Paul de Loye, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1965.
  • Histoire du progrès sociale, graphisme Eric Tschumi, texte Jean-François Kahn, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1965.
  • Histoire de la monnaie et de la finance, graphisme Eric Tschumi, texte Antoine Ascain et Jean-Marie Arnaud, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1965.
  • Histoire de la biologie, graphisme Eric Tschumi, texte Albert Delaunay, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1965.
  • Histoire des sources d’énergie, graphisme Eric Tschumi, texte Jacques Payen, Lausanne, Les Éditions Rencontre, 1965.
  • L’Epopée d’un siècle, de 1865 à nos jours, 5 vol., graphisme Erik Nitsche, Paris, Hachette, 1970.
  • Littérature secondaire
  • CHATELAIN, Roger, La Typographie suisse du Bauhaus à Paris, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2008.
  • HELLER, Steven, « The Reluctant Modernist », Typotheque. En ligne, consulté le 5 avril 2013.
  • RIEBEN, Henri et al., Portrait de 250 entreprises vaudoises, Lausanne, Editions 24 Heures, 1980, p. 208-211.