L’Impronta digitale. Cultura umanistica e tecnologia

Un regard critique sur la place de la technologie en sciences humaines.

Le numérique est-il vraiment le latin du XXIe siècle, comme l’affirment ceux qui voient dans la culture technologique la nouvelle pierre angulaire de l’éducation, de la recherche et de la politique culturelle ?

La technologie affecte profondément les sciences humaines (langues, lettres, histoire) : de l’apprentissage scolaire à la recherche universitaire, elle offre de précieux outils au service de la science – et des sciences humaines en particulier –, mais comporte aussi des risques lorsque les machines ne sont plus considérées comme des moyens au service de la connaissance, mais deviennent des fins en soi.

Partant du constat qu’un renversement hiérarchique s’est opéré, où les technologies digitales priment sur la recherche en sciences humaines, l’essai de Lorenzo Tomasin (Section d’italien), loin d’être technophobe, développe un regard critique sur la place et le rôle de la technologie en sciences humaines, et propose une nouvelle forme d’écologie culturelle où les rapports entre technologie et culture se rééquilibrent.

Lorenzo Tomasin, L’Impronta digitale. Cultura umanistica e tecnologia, Roma, Carocci, 2017.

ON EN PARLE DANS LES MÉDIAS
TOUTES LES NOTICES DE

Lorenzo Tomasin

Partagez cet article sur les réseaux sociaux: Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email
Share on LinkedIn
Linkedin