La Francophonie translingue

Écrire dans une langue acquise tardivement.

Le monde d’aujourd’hui se caractérisant par un remarquable emmêlement des langues, il n’est pas étonnant de constater que le plurilinguisme marque de plusieurs façons la littérature contemporaine.

Ces dernières années, la pratique des écrivains faisant littérature dans une langue acquise tardivement – ici appelée translinguisme littéraire ou écriture translingue – a connu une nette montée en singularité. Édité par Alain Ausoni (École de français langue étrangère), ce numéro de la revue Interfrancophonies propose de faire le point sur ce phénomène.

Retraçant l’émergence et les usages de la catégorie littéraire translingue, le dossier donne la parole à un écrivain, Daniel Maggetti, qui évoque son parcours entre les langues. Il réunit des articles de jeunes chercheuses qui, au travers d’études de cas (les écrivains Milan Kundera, Nancy Huston, Ying Chen), exemplifient la diversité et la complémentarité des approches critiques développées pour saisir ce corpus et nous obligent à revoir l’idée que l’on se fait de la francophonie littéraire.

Les textes sont disponibles en intégralité ici.

Alain Ausoni (dir.), La Francophonie translingue, Interfrancophonies, n°9, 2018.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux: Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email
Share on LinkedIn
Linkedin