C. F. Ramuz. Sentir vivre et battre le mot

Lire Ramuz aujourd’hui.

N’a-t-on pas tout dit de C. F. Ramuz (1878-1947), tout publié de cet écrivain par ailleurs monumentalisé et largement instrumentalisé ? L’identification de la littérature romande à son œuvre n’a-t-elle pas desservi l’une comme l’autre ? Désormais entrés dans le domaine public, ses romans sont des classiques, aussi admirés que mal compris.

En s’appuyant sur les apports de l’édition des Œuvres complètes (Slatkine, 2005-2013), l’ouvrage de Stéphane Pétermann (Centre des littératures en Suisse romande) fait le pari de réévaluer le parcours d’un homme devenu écrivain jusqu’à faire corps avec sa production. Un créateur mélancolique qui ne vit que d’écriture, et dont la plume sonde avec une élégance altière le tragique humain.

Stéphane Pétermann, C. F. Ramuz. Sentir vivre et battre le mot, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, coll. « Savoir suisse », 2019.

ZOOM SUR L’OUVRAGE
ON EN PARLE DANS LES MÉDIAS
Partagez cet article sur les réseaux sociaux: Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email
Share on LinkedIn
Linkedin