Après le texte. De la réécriture après publication

Pourquoi un écrivain réécrit-il son œuvre après sa publication ?

Il est assez raisonnable de finir un texte avant de le mettre en circulation. L’histoire littéraire regorge pourtant d’œuvres qui ont été continuées, ou achevées autrement, après leur publication. Que change-t-on à une œuvre pourtant « finie » et déjà livrée au public ? Et pourquoi changer encore ?

Balzac, Mallarmé, Ramuz, Andersen, Schopenhauer, Cendrars, Reverdy, Derrida, Duras, nombreux sont les auteurs qui ont poursuivi le processus créatif après la première publication de leurs ouvrages. C’est à ce moment – postéditorial – de l’écriture des œuvres qu’est consacré ce numéro de la revue Genesis. Richement illustré, il propose de réenvisager les relations entre philologie et génétique, entre écriture et publication.

Cette publication s’inscrit dans le cadre des recherches de l’équipe de linguistique française de la Section de français.

On trouvera sur la plateforme Variance.ch, réalisée par Rudolf Mahrer et Joël Zufferey (Section de français), un comparateur de textes appliqué aux différentes versions publiées d’une même œuvre. La première édition en ligne est celle des huit versions de La Peau de chagrin de Balzac.

Rudolf Mahrer (éd.), Après le texte. De la réécriture après publication, revue Genesis, n°44, 2017.


TOUTES LES NOTICES DE

Rudolf Mahrer

Partagez cet article sur les réseaux sociaux: Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email
Share on LinkedIn
Linkedin