Journée de l’innovation pédagogique 2014

La thématique

Sous le tiflyer_vignettetre «mobiliser les connaissances et autres savoirs», la deuxième journée de l’innovation pédagogique s’est proposé d’illustrer, à travers présentations, ateliers et conférences, des méthodes d’apprentissage alternatives, qui se veulent actives et participatives.

Pour vous replonger dans l’ambiance de la journée: compte rendu (PDF) d’Amaury Daele du Centre de Soutien à l’Enseignement

Mobiliser les connaissances et autres savoirs

Avec la mise en place du système dit « de Bologne », l’enseignement supérieur en Europe a pris un virage important, celui de l’enseignement centré sur l’apprentissage. La différence avec l’approche privilégiée par le passé est que l’enseignement n’est plus simplement axé sur la transmission de contenu aux étudiant·e·s, mais met également l’accent sur ce que les étudiant·e·s vont faire avec ce contenu (analyser, relier, comparer, appliquer, etc.) ainsi que sur des compétences plus larges et transversales.

L’enseignement ex cathedra, méthode toujours très répandue, ne permet pas aux étudiant·e·s de développer toutes les compétences visées par l’enseignant·e. Plus que l’écoute, ce sont surtout les activités et expériences propres des étudiant·e·s qui vont favoriser leur apprentissage. Il s’agit pour l’enseignant·e d’amener les étudiant·e·s à:

  • Se questionner sur leurs activités d’apprentissage et développer leur capacité d’apprendre à apprendre
    En effet, apprendre de ses expériences n’est pas automatique et suppose de s’engager dans un processus réflexif structuré. Plusieurs activités peuvent être mises en œuvre par l’enseignant·e pour développer cette réflexivité, comme par exemple: l’utilisation d’un portfolio d’apprentissage, l’organisation de séances de feedback après une mise en situation des étudiant·e·s (observations filmées, jeux de rôles, etc.) ou l’implication dans une démarche structurée de questionnement mettant en relation observations, conceptions et actions (cf. modèle de Kolb).
  • Identifier leurs compétences et les appliquer dans des situations nouvelles
    Cette démarche réflexive aidera les étudiant·e·s à transposer ce qu’ils ont appris dans des situations nouvelles (terrain, stage, laboratoire, autres enseignements, etc.). Dans ce cas, les étudiant·e·s doivent analyser les situations initiales et les situations nouvelles, et identifier les éléments communs, de même que les compétences sollicitées et acquises.

Mobiliser ses connaissances et autres savoirs est aussi un moyen de mieux se préparer à une future vie professionnelle, qu’elle soit académique ou non. En effet, si les étudiant·e·s parviennent à prendre conscience des compétences développées durant leur cursus et à percevoir dans quelles situations les utiliser, ils seront plus aptes à les transférer à de nouvelles situations et à les valoriser face à un employeur potentiel.

Références

  • Le Boterf, G. (2001). Construire les compétences individuelles et collectives. Paris: Editions d’Organisation.
  • Kolb, D.A. (1984). Experiential Learning – Experience as the source of learning and development. Englewoods Cliffs (NJ): Prentice-Hall.
  • Svinicki, M., & McKeachie, W. J. (Eds.). (2011). McKeachie’s teaching tips. Strategies, research, and theory for college and university teachers (13th ed.). Belmont, CA: Wadsworth.
  • Tardif, J. (1999). Le transfert des apprentissages. Montréal : Éditions Logiques.

Archives vidéo

Au programme de la journée, une conférence animée par les profs M. François Lambotte, Professeur à l’Ecole de Communication de l’Université Catholique de Louvain, et M. Jacques Robert, Professeur au Service de l’enseignement des technologies de l’information de HEC Montréal.

 

 

En images

Crédits photos : Fabrice Ducrest © UNIL