Vive l’heure du petit-déjeuner, ou pourquoi les cadres devraient planifier les tâches importantes tôt dans la journée

Read in English: Anglais

De nombreux cadres dépensent des sommes considérables pour améliorer leurs performances personnelles. Cependant, une nouvelle étude menée par Elizabeth Demers et ses coauteurs laissent supposer qu’il existe un moyen relativement simple, efficace et peu coûteux d’améliorer ses performances en tant que cadre. Ils montrent que, pour de multiples raisons, la fonction cognitive, l’humeur et la capacité de communiquer ont tendance à diminuer au fil de la journée. Les cadres qui ont un agenda chargé et peu de temps pour recharger leurs batteries ont tout intérêt à planifier les tâches importantes le matin.

5 min de lecture

Elizabeth Demers est professeure de comptabilité. Ses recherches portent notamment sur le rôle des informations non financières dans l’évaluation et la prévision de la performance des entreprises.

Pour de nombreuses personnes, le monde des affaires ne laisse aucun répit, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, 365 jours par an. Les cadres peuvent rarement s’accorder une pause, qu’ils soient en route pour le bureau, qu’ils dinent avec des partenaires ou qu’ils soient en vacances aux Bahamas. À la différence des machines, cependant, les êtres humains ne sont pas conçus pour rester dans un état de vigilance permanent. En effet, il y a tout lieu de penser que de nombreux processus biologiques humains fluctuent sur un rythme de 24 heures – aussi connu sous le nom de rythme circadien ou diurne.

Des études ont déjà montré comment l’heure de la journée affecte l’humeur des utilisateurs de Twitter et la performance des juges, médecins et autres professionnel·le·s. Elizabeth Demers et ses co-auteurs (Jing Chen, School of Management, University at Buffalo; Baruch Lev, Stern School of Business, New York University) examinent à présent dans la première étude du genre, en quoi l’heure de la journée affecte la biologie humaine, les émotions, la fonction cognitive et, en fin de compte, la performance des cadres supérieurs et d’autres experts.

Épuisement des ressources

Cette étude s’appuie sur deux axes de recherche dans les domaines de la psychologie et de la physiologie: la théorie des ressources personnelles et l’étude de l’influence des rythmes circadiens sur la biologie et le comportement humains.

La théorie des ressources personnelles suggère que les individus disposent d’une réserve limitée de ressources pour surmonter le quotidien. La performance au travail affaiblit l’organisme. L’individu est amené à protéger ses ressources personnelles lorsqu’il réalise que la diminution et la perte de ses ressources sont sources de tensions et de stress. Tant que ces ressources ne sont pas reconstituées, la fatigue qui s’accumule au fil de la journée aboutit à une baisse des performances, un état d’esprit pessimiste, une plus grande hostilité, ainsi qu’à une interaction et une communication agressives. En même temps, les études sur les rythmes circadiens indiquent également que les fluctuations de l’humeur, de la fonction cognitive, de la mémoire et de l’attention, selon l’heure de la journée, ont un impact potentiel similaire sur la performance.

Pour évaluer l’impact de l’heure de la journée sur les performances des cadres, les auteurs ont analysé un échantillon de 18’408 earning calls (conférences téléphoniques sur les résultats trimestriels) qui ont été réalisés entre 8h et 15h59, heure de l’Est des États-Unis, de janvier 2001 à juin 2007, et ont porté sur 1’865 entreprises cotées en bourse et ayant leur siège social aux États-Unis. Ils se sont concentrés sur ces earning calls pour plusieurs raisons:

  • Des cadres supérieur·e·s (CEO et CFO) ainsi que des expert·e·s (analystes) sont impliqué·e·s dans ces conférences téléphoniques.
  • Les cadres et les analystes sont généralement très bien préparés à ces conférences téléphoniques et, par conséquent, l’on peut s’attendre à ce que leur performance soit quasi optimale.
  • Ces conférences téléphoniques ont eu lieu aux États-Unis, sur des fuseaux horaires similaires (Est et Centre), mais à des heures différentes de la journée, ce qui a permis une évaluation approfondie de l’impact de l’heure de la journée.

À partir de la retranscription des conférences téléphoniques, les auteurs ont décodé les trois principales composantes des earning calls – la présentation du management, les questions des analystes et les réponses du management – en utilisant des techniques linguistiques bien établies (impliquant des algorithmes linguistiques), afin d’apprécier la tonalité générale ou l’humeur de chaque passage d’une retranscription. Ce faisant, ils ont pris soin de distinguer les éléments de la tonalité ou de l’humeur qui étaient dictés par les nouvelles et les fondamentaux économiques.

Un timing parfait

Alors que la présentation initiale du management était habituellement préétablie, la séance de questions et réponses ad-hoc impromptues qui a suivi a constitué un bon terrain d’essai pour évaluer les différences de performance liées à l’heure de la journée. Les résultats ont montré en moyenne une baisse marquée de l’humeur et du ton de la conversation lorsque les conférences téléphoniques avaient lieu à des heures tardives (tant pour les cadres supérieurs que pour les analystes) – baisse qui est imputable à l’heure de la journée. La diminution des ressources personnelles et/ou l’effet diurne sur les activités et les processus humains semblent responsables de l’effet lié à l’heure de la journée. Ces résultats ont été confirmés par une autre analyse des conférences téléphoniques à laquelle des participants de la côte Ouest ont également été associés.

Les auteurs ont été en mesure d’établir un lien entre le déclin de l’humeur et du ton des conversations et un impact négatif sur l’organisation, qui s’est traduit par une erreur d’évaluation temporaire du prix des actions

Fait tout aussi important, les auteurs ont été en mesure d’établir un lien entre le déclin de l’humeur et du ton des conversations et un impact négatif sur l’organisation, qui s’est traduit par une erreur d’évaluation temporaire du prix des actions. La baisse de l’humeur et du ton a été perçue par les analystes et d’autres participants du marché à la conférence téléphonique, ce qui a eu un impact négatif sur le cours de l’action. Il est intéressant de noter qu’en ce qui concerne l’erreur de prix, le changement de prix induit par la négativité a finalement été corrigé lorsque le marché s’est rendu compte qu’il était motivé par une réaction subjective plutôt que par une réaction aux fondamentaux économiques.

Les auteurs sont également convaincus que l’effet négatif potentiel de la prise de décisions et d’actions à des moments inopportuns de la journée est susceptible de s’étendre au-delà du cadre des earning calls et de tout effet subséquent sur le cours des actions. Comme ils le notent dans leur article de recherche, leurs conclusions laissent croire à la possibilité d’un « phénomène beaucoup plus répandu de l’influence de l’heure de la journée sur la communication d’entreprise, la prise de décision et la performance à tous les niveaux hiérarchiques et dans diverses entreprises ».

La performance des cadres se détériore en fin de journée

En d’autres termes, la performance des cadres se détériore en fin de journée, ce qui est susceptible de se traduire par un effet négatif sur de nombreuses activités. Et dans ces cas, contrairement à l’erreur d’évaluation du prix des actions, le dommage causé par des décisions ou des actions inopportunes prises par les cadres peut être plus durable.

Un message simple doit être adressé à toutes celles et ceux qui se lancent dans des activités professionnelles importantes, en particulier celles qui impliquent une grande vigilance mentale, une communication habile ou une prise de décision difficile: veillez à ce que ces activités soient programmées tôt dans la journée.


Papier de recherche: Elizabeth Demers, Baruch Lev, and Jing Chen, 2018, “Oh What a Beautiful Morning! Diurnal Variations in Economic Agents’ Behavior: Evidence from Conference Calls”, Management Science, forthcoming.


Crédit photo: iStockphoto.com/seb_ra