Valentine Bovey

Retrouvez les articles de Valentine

Valentine Bovey

Passionnée depuis toujours par les mots et les livres, mon goût pour la lecture favorisé par la quiétude du petit village vaudois où je vivais et vis toujours, j’ai déclaré fièrement à sept ans que j’irai à l’UNIL étudier la littérature. Treize ans plus tard, c’est le cas : je suis actuellement étudiante en deuxième année de bachelor en français moderne et en philosophie. Ces deux branches me passionnent car elles sont remarquablement complémentaires : la littérature s’intéresse à la production de récit, et après tout, le récit c’est la vie, tandis que la philosophie a une approche plus systémique qui permet de tisser des liens entre différents savoirs, tout en interrogeant ce que nous considérons d’ordinaire comme des évidences.

Outre mes études, j’adore, en vrac, le théâtre, m’installer en terrasse pour parler de tout et de rien, la musique surtout si elle est électronique et l’improvisation théâtrale, que je pratique depuis maintenant six ans. Je suis aussi engagée dans une association universitaire, la revue Archipel, qui publie chaque année des textes écrits tant par des écrivains confirmés par des jeunes plumes, s’inscrivant pour le développement de la littérature romande en lien avec l’université.

La médiation culturelle m’intéresse beaucoup car, bien que j’adore aller voir des expositions, j’ai toujours trouvé que les musées donnent une vision un peu barbare du savoir, très impersonnelle, sans montrer le côté excitant des musées : permettre de tisser des liens entre des domaines plus ou moins séparés, favoriser la réflexion, non seulement dans le musée, mais aussi dans le monde réel. Ainsi, je pense que la médiation permet de créer un dialogue autour des œuvres afin de comprendre que le savoir n’est pas juste poussiéreux mais peut être enthousiasmant. Je désire donc aborder très simplement certaines thématiques philosophiques, comme celle de la valeur des objets, ou du rôle de la mémoire dans le cadre d’un musée, en utilisant les objets de l’exposition COSMOS afin de faire réfléchir.