« I need art » pièce théâtrale sur l’art contemporain

Quand :
19 mars 2020 @ 19 h 00 – 20 h 30
2020-03-19T19:00:00+01:00
2020-03-19T20:30:00+01:00
Le 19 mars, Jean-Michel Potiron présente « I need art », pièce théâtrale sur l’art contemporain.
Réserver
À 19h

Production

La création est prévue en 2020-2021. Les premiers partenaires de cette production (toujours en cours) sont : Les 2 Scènes scène nationale de Besançon; Théâtre La Coupole de Saint-Louis; La Grange de Dorigny-UNIL; La Ferme-Asile/centre artistique et culturel de Sion; Le Frac Franche-Comté (Fonds Régional d’Art Contemporain) à Besançon.
Ce projet bénéficie de l’aide à l’écriture de la Région Bourgogne-Franche-Comté et des soutiens du Département du Doubs et de La Ville de Besançon… Sous le parrainage de Jean-louis Mercuzot de La cité du verbe de Missery.

En illustration : Marina Abramovi?, « Victory », 1997.

Autour du spectacle

Images et sons

Présentation

Jean-Michel Potiron prépare sa pièce théâtrale sur l’art contemporain « I need art » depuis 2018. Comparable à une odyssée à travers l’art postmoderne (Paul Mc Carthy, Pierre Huyghe, Philippe Parreno, Pierre Joseph, Tracey Emin, Cantor Mircéa, Santiago Sierra, Marina Abramovi?, Dominique Gonzalez-Foerster, etc.), la pièce portera sur la querelle de l’art contemporain (pour évoquer le titre d’un ouvrage de Marc Jimenez). Pour la préparation du manuscrit et le scénario de la pièce, il a déjà réalisé quatre résidences d’écriture : du 2 au 31 mai 2018 au Frac de Besançon, du 31 octobre au 8 novembre 2018 au Théâtre la Coupole de Saint-Louis, du 10 au 14 décembre 2018 au Théâtre scène nationale de Mâcon Val de Saône, du 26 juin au 12 juillet 2019 aux 2Scènes, scène nationale de Besançon en partenariat avec Le Frac de Franche-Comté.

Afin de mettre un point final au manuscrit (à ce jour, il est approximativement au milieu du gué), il lui reste (au moins) une dernière résidence d’écriture (qui sera également accompagnée d’une restitution publique) : du 9 au 17 mars 2020 à la Grange de Dorigny-UNIL.

« I need art » – pièce théâtrale sur l’art contemporain comprendra deux versions scéniques (une grande et une petite. La petite s’apparentant aux restitutions publiques, celles-ci servent donc également de bancs d’essai)

Biographie

Comédien et metteur en scène, Jean-Michel Potiron fonde la Cie Le Théâtre À tout Prix à Besançon en 1989. En 1995, il présente Andromaque, son premier spectacle au Théâtre La Grange de Dorigny.
Né en 1964, directeur d’une compagnie théâtrale indépendante, metteur en scène associé à l’Espace Scène Nationale de Besançon de 1991 à 1999, de séjour au Théâtre de la Cité Internationale de Paris en 1994, au Théâtre-École d’Art Dramatique de Moscou en 1998, associé à l’Académie Expérimentale des Théâtres de Paris à l’occasion du Laboratoire européen de mise en scène sur l’œuvre de Pier Paolo Pasolini à Paris et à Bruxelles en 1999, comédien, Jean-Michel Potiron a notamment mis en scène : Le monte-plats de Harold Pinter (1991), Kiki l’indien de Joël Jouanneau (1993-1994), Violences Corps et Tentations de Didier-Georges Gabily (1995), Andromaque de Jean Racine (1995), Aglavaine et Sélysette de Maurice Maeterlinck (1997), Hercule Furieux de Sénèque (1999). En 2001, il opère un changement radical dans sa manière de fonctionner. Tout en persévérant dans son travail de création, il explore, dans tous les azimuts, une autre manière de rencontrer le public. En 2004, il organise Les Orphéades à Besançon, un Marathon de lectures publiques sur l’Art par treize artistes de Franche-Comté. Du 1er au 31 décembre 2004, en plein air et en plein hiver, au bois d’Avanne-Aveney, aux environs de Besançon, il initie son projet : Protesto ou solo inutile pour une culture qui cultive !, qu’il joue ensuite partout où cela est possible.
La même année, il s’associe avec Stéphane Keruel de la compagnie Le Chant de la Carpe, de Niort (F). De cette collaboration, naît le spectacle : Et donc je m’acharne, paroles de poètes contemporains, un spectacle qui déparle.
Le public romand a découvert Jean-Michel Potiron et son spectacle Protesto solo inutile pour une culture qui cultive ! à la Grange de Dorigny en 2006, au Festival de la Cité en 2007 et dans des appartements lausannois. En 2008, il revient à la Grange pour créer Le dernier des dériveurs, un spectacle à travers toute l’œuvre de Guy Debord.
En résidence durant 3 ans, de 2009 à 2012 au Théâtre La Grange de Dorigny autour du thème « Qu’est ce que la guerre ? », il interroge le bien et le mal, l’homme et l’animal et confronte la réflexion universitaire à la pratique artistique avec le spectacle La guerre, notre poésie, créé en mars 2012 dans le cadre des festivités organisées pour les 20 ans de programmation de la Grange de Dorign-UNIL.

Billetterie

(tarifs: plein 20 CHF / réduit 15 CHF / étudiant 10 CHF)

Pour les groupes de plus de 10 personnes, merci de nous appeler au 021 692 21 27 et de ne pas passer par le formulaire.

Nom

Prénom

Email

Téléphone

Date

Nombre de places

Carte de réduction ?
nonoui

Merci d'indiquer le nombre pour chaque carte

Votre message (facultatif)