Derrière les plantations, la plage : Ethnographie d’une municipalité touristique brésilienne. Reconfigurations sociales et politiques sur le littoral nordestin

Thèse soutenue par Tristan Loloum le 5 juin 2015, Institut de géographie et durabilité (IGD)

Tibau do Sul est une commune littorale du Rio Grande do Norte connue pour sa Praia da Pipa, un ancien village de pêcheurs entouré de plages spectaculaires, devenu un haut lieu du tourisme balnéaire dans le Nordeste brésilien. Située à la limite d’une zone de plantations sucrières, la station est fréquentée par des villégiateurs issus de l’élite agraire locale depuis le début du XXe siècle. Toutefois, ce n’est que dans les années 1970-80 que le tourisme se développe véritablement sous l’impulsion de jeunes surfeurs attirés par ses vagues, ses beaux paysages et « l’authenticité » de sa population autochtone.

À l’époque, l’attitude subversive de ces jeunes voyageurs – inspirés de la contre-culture brésilienne – contraste de manière radicale avec le style paternaliste des élites villégiatrices. Pour la population locale, l’irruption du tourisme ouvre un nouveau champ de possibilités économiques, sociales et politiques. Elle coïncide par ailleurs avec une série d’autres transformations à l’oeuvre dans la région : le déclin des plantations, la modernisation de l’activité maritime, le développement des institutions municipales. Cette conjonction de facteurs encourage l’émergence d’une petite bourgeoisie autochtone impliquée dans les cercles de pouvoirs locaux et capable de négocier avec les étrangers attirés par le tourisme.

À mesure que l’activité se professionnalise et s’internationalise, de nouveaux acteurs investissent la commune : agents immobiliers, entrepreneurs, investisseurs internationaux, résidents secondaires européens, travailleurs immigrés, écologistes, institutions publiques, etc. Il s’enclenche alors une cohabitation inédite entre des groupes socialement et culturellement très hétérogènes. À la fois conflictuelle et créatrice, cette configuration induit un certain nombre de frictions qui se manifestent aussi bien dans les rapports fonciers et les luttes environnementales, que dans les activités culturelles, les médias locaux et la politique municipale.

À contre-courant des interprétations réductrices présentant le tourisme tantôt comme une forme de « néo-colonialisme », tantôt comme une « recette miracle » pour le développement, l’enquête ethnographique souligne toute l’ambivalence du phénomène touristique. À l’instar de la « situation coloniale » analysée par Georges Balandier (1951), la situation touristique est envisagée comme une configuration sociale fondée sur l’interdépendance entre les acteurs, historiquement déterminée, mais jamais acquise à l’avance. Dans le cas de Tibau do Sul, l’étude révèle l’influence déterminante des structures sociales et foncières – héritées des modes de production antérieurs (la paysannerie, la pêche et les plantations sucrières) – sur la trajectoire touristique des communautés du littoral.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *