[PROGRAMME] Fortnite Battle Royale au prisme des game studies : Discours, pratiques et représentations (Journée d’étude internationale)

[PROGRAMME] Fortnite Battle Royale au prisme des game studies : Discours, pratiques et représentations (Journée d’étude internationale)

Journée d’étude internationale

Fortnite Battle Royale au prisme des game studies : Discours, pratiques et représentations

Organisateurs : UNIL Gamelab (Yannick Rochat, Selim Krichane) et Liège Game Lab (Pierre-Yves Hurel)

Lieu : Lausanne, Université de Lausanne, Anthropole salle 2106

Date : 15 mars 2019

Vers le descriptif de la journée d’étude.

L’événement est gratuit et ouvert au public.

Programme

9h15 Mot d’introduction – Yannick Rochat

9h30-11h Sortir du bus : repères et premiers contacts

Pierre-Yves Hurel et Selim Krichane

« Les Fortnite Studies en actes. Jeu de la recherche, recherche du jeu. »

Björn-Olav Dozo

« Attente et espoirs du joueur maladroit : menus et écrans de chargement dans Fortnite »

David Javet

« “La vie est un jeu !” : imaginaires japonais et internationaux du Battle Royale au début du XXIe siècle »

11h-11h30 Pause

11h30-13h Dire Fortnite : analyse de discours

Yannick Rochat

« Décrire l’évolution d’un jeu par ses release notes et les communautés de Reddit »

Boris Krywicki

« Fortnite, un objet problématique pour la presse spécialisée ? Comment rentrer dans les cases »

Pascale Thériault

« “Fortnite est un jeu progressiste, tu ne peux pas choisir le sexe de ton avatar” : les discours féministes et antiféministes autour de Fortnite »

13h-14h30 Repas

14h30-15h30 Regarder c’est jouer : les pratiques spectatorielles dans Fortnite

Julie Delbouille

« Les pratiques du jeu secondaire dans Fortnite »

Selim Krichane

« Nous partîmes 100. La vision actée dans Fortnite »

15h30-16h Pause

16h-17h30 Styles et pratiques de jeu

Nicolas Besombes

« L’esportainment, comment Fortnite questionne la définition de l’esport »

Loïse Bilat

« Jouer ensemble pour jouer contre : le crossplay sur Fortnite »

Pierre-Yves Hurel

« Sur-vivre et sur-jouer : d’un rapport sensible à Fortnite »

17h30-18h Conclusion de la journée d’étude – Selim Krichane et Yannick Rochat

 

La journée d’étude est suivie d’un repas et d’une dégustation de bières artisanales au Café littéraire de Vevey. Si vous souhaitez y participer (payant), merci de vous annoncer auprès de selim.krichane@unil.ch avant le 8 mars.

 

Nous tenons à remercier le laboratoire de cultures et humanités digitales de l’Université de Lausanne (LADHUL) ainsi que l’interface sciences-société de l’Université de Lausanne pour leur soutien à l’organisation de cet événement.

 

 

 

 

Fortnite Battle Royale au prisme des game studies : Discours, pratiques et représentations (Journée d’étude internationale)

Fortnite Battle Royale au prisme des game studies : Discours, pratiques et représentations (Journée d’étude internationale)

 

Le Liège Game Lab et l’UNIL Gamelab s’associent pour organiser une journée d’étude consacrée à Fortnite Battle Royale. L’événement – qui se tiendra le 15 mars 2019 à l’Université de Lausanne (Anthropole 2106) – a pour objectif de regrouper des chercheuses et des chercheurs en game studies autour d’un objet commun dans le but d’en révéler les multiples facettes à partir d’un éventail varié de disciplines et de champs de recherche (études de genre, sciences de l’information et de la communication, humanités numériques, etc.).

Initialement paru en accès anticipé en juillet 2017, le jeu d’Epic Games se dote d’un mode « Battle Royale » en septembre 2017, reproduisant les modalités de jeu popularisées par PlayerUnknown’s Battlegrounds (Bluehole, 2017) quelques mois auparavant. Fortnite Battle Royale va rapidement connaître un succès considérable qui en fera un objet culturel dont les implications dépassent nettement le domaine des jeux vidéo.

Ce jeu en ligne qui propose un agencement singulier de conventions de genre et de mécaniques ludiques, tout en bouleversant les modèles économiques de l’industrie, se prête particulièrement bien à une analyse multimodale, sensible à la diversité des styles de jeu (Boutet 2012) et des régimes d’expérience (Triclot 2011) qu’il autorise, à la multiplicité des pratiques – tant ludiques que spectatorielles – qu’il entraîne, et aux discours qu’il suscite.

Dans la mesure où le champ des game studies ne dispose pas d’un cadre méthodologique propre (il ne s’agit pas d’une discipline) et englobe une vaste constellation d’objets et de pratiques, la représentativité des corpus étudiés constitue un défi méthodologique central (Zabban et al., 2014). Se concentrer sur un jeu pour établir une analyse détaillée de ses logiques propres, cartographier son « identité ludique » (Genvo, 2015), tant sur le plan historique qu’esthétique et expérientiel, nous renseignera certes sur le « phénomène Fortnite », mais aussi sur les enjeux épistémologiques actuels de l’étude du jeu vidéo.

Cette journée d’étude, gratuite et ouverte au public, s’adresse à l’ensemble des personnes soucieuses d’obtenir des clés d’analyse du jeu vidéo en tant qu’objet culturel.

Vers le programme de la journée.

Références

BOUTET, Manuel, « Jouer aux jeux vidéo avec style. Pour une ethnographie des sociabilités vidéoludiques », Réseaux, vol. 173-174, n°3, 2012, pp. 207-234.

GENVO Sébastien, « La princesse est une bombe atomique. Approche ludologique du personnage de la princesse dans Braid », in Fanny Lignon (dir.), Genre et jeux vidéo, Toulouse, Presses universitaires du Midi, coll. « Le temps du genre », 2015, p. 83-94.

TRICLOT Mathieu, Philosophie des jeux vidéo, Paris, La Découverte, 2011.

ZABBAN, Vincianne, « Beyond WoW Studies. A Scientometric Approach to Game Studies Through Video Game Genres ». Avec Samuel Coavoux et Manuel Boutet. Critical Evaluation of Game Studies, University of Tampere, Finlande, 2014.

 

Nous tenons à remercier le laboratoire de cultures et humanités digitales de l’Université de Lausanne (LADHUL) ainsi que l’interface sciences-société de l’Université de Lausanne pour leur soutien à l’organisation de cet événement.

 

 

Cours public : Cinéma et jeux vidéo – Des échanges économiques aux emprunts esthétiques

Cours public : Cinéma et jeux vidéo – Des échanges économiques aux emprunts esthétiques

Après le cours public sur la question de la représentation de l’histoire (autour d’Assassin’s Creed Origins) et à l’occasion de la parution du dernier numéro de la revue Décadrages. Cinéma à travers champs, consacré aux relations entre cinéma et jeux vidéo, l’UNIL Gamelab et l’Interface sciences-société proposent de prolonger la réflexion sur l’étude du jeu vidéo comme objet culturel.

Lire la suite

Cours public : Rien n’est vrai, tout est permis – L’histoire avec Assassin’s Creed Origins

[Mise à jour] Voici la captation intégrale du cours public. Bon visionnage !

 

 

Nous avons le plaisir de vous annoncer que nous nous sommes associés à plusieurs acteurs de l’Université de Lausanne et de l’école vaudoise pour organiser un cours public sur la représentation de l’Égypte dans le dernier volet de la série de jeux vidéo « Assassin’s Creed ».

Le cours aura lieu le 18 avril 2018 de 19h à 21h dans l’auditoire 1031 du bâtiment Anthropole, sur le site de l’Université de Lausanne (arrêt du M1 : UNIL-Chamberonne). L’entrée est gratuite, mais l’inscription est fortement recommandée.

Descriptif

Pour en savoir plus sur le contenu de ce cours, nous reproduisons ci-dessous le descriptif officiel de l’événement.

La richesse des rapports des jeux vidéo avec l’histoire ne manque pas d’évoquer des scénarios idéaux où la culture historique s’acquerrait grâce aux médias grand public. Un cas d’école est la franchise Assassin’s Creed, lancée en 2007, où les intrigues se construisent autour de périodes historiques soigneusement reconstituées pour devenir espaces de jeu. Certains enseignants peuvent se prendre à rêver: et si la culture populaire devenait un soutien pour l’enseignement de l’histoire ?

La question est d’autant plus actuelle que le dernier volet de la franchise, Origins, s’accompagne d’un mode de jeu spécifique dédié à l’usage éducatif du monde ouvert construit pour le jeu.

Dans quelle mesure cette extension à visée éducative constitue-t-elle un outil nouveau? Quels sont les arguments de vente de l’éditeur et quels commentaires appellent-ils de la part des chercheurs et des enseignants en histoire ? Que nous disent les pratiques des usagers, en particulier l’utilisation du mode photo comme outil de tourisme virtuel ?

Pour répondre à ces questions, deux chercheurs en sciences de l’Antiquité, Giuseppina Lenzo et Matthieu Pellet, analyseront les mécanismes de cette reconstitution historique vidéoludique. Une table ronde réunira ensuite historiens, enseignants et chercheurs en game studies, qui partiront de ces questions pour réfléchir et dialoguer avec le public sur les différents enjeux de la rencontre entre connaissance historique et jeu vidéo.

Participant·e-s

Dominique Dirlewanger, historien et enseignant, président de la conférence cantonale vaudoise des chefs de file d’histoire, docteur en histoire contemporaine.

Selim Krichane, premier assistant UNIL, docteur en sciences du jeu, membre du UNIL Gamelab.

Giuseppina Lenzo, maître d’enseignement et de recherche UNIL, docteure en égyptologie.

Matthieu Pellet, premier assistant UNIL, docteur en histoire des religions.

Yannick Rochat, premier assistant UNIL, docteur en mathématiques appliquées, membre du UNIL Gamelab.

Sandrine Vuilleumier, chercheuse associée, Université de Heidelberg, docteure en égyptologie.

Modération

David Javet, doctorant en cultures numériques, membre du UNIL Gamelab.

Organisation

Nicolas Schaffter, interface sciences-société.

Penser (avec) la culture vidéoludique, jour 0

Voici le premier d’une série de billets sur ce blog visant à fournir un résumé du colloque à travers les différents tweets échangés pendant ces quelques jours. Une manière cheap mais participative de garder une trace de ces journées chargées de connaissance, de science et de culture, mais aussi d’émotions et d’amitiés.

Nous espérons que des idées auront vu le jour durant cet événement et nous réjouissons de vous revoir dans deux ans (adressez-vous à Selim) ou peut-être avant, en France, en Belgique, en Suisse ou au Canada!

Bonne continuation dans tous vos projets <3 Lire la suite