Les coulisses du spectacle des 25 ans

micropodcast numéro 9 : les préparatifs

4 scènes face à un public debout selon le plan de scène de Sylvain Laramée, technicien de La Grange
19 binômes, 19 saynètes de théâtre : le 2, 3, 4 mars 2017

La Grange fête cette année les 25 ans de sa programmation. Pour bien célébrer ce 1/4 de siècle, une gigantesque expérience théâtrale rassemblera, en 1 même lieu mais sur 4 scènes différentes, 19 pièces de 10 minutes jouées chacune 2 fois. Ces 19 propositions auront toutes été créées par 19 binômes composés d’1 chercheur et d’1 metteur en scène. Ce qui fait 38 représentations pour le 3 et le 4 mars et 19 pour le 2 mars en raison de la partie officielle et du vernissage de la publication G25 ans. Total : 95 représentations en 3 soirées (100 dans les faits puisque la proposition d’un des binômes sera jouée 2 fois afin de maintenir l’équilibre combinatoire).

Initié par les programmatrices de La Grange, Dominique Hauser et Marika Buffat, ainsi que par Ludovic Chazaud, metteur en scène, et Lise Michel, chercheuse-enseignante de la Faculté des lettres, puis orchestré et piloté par Ludovic Chazaud et Benjamin Knobil, le projet Grange25 = Art+Unil a permis de réunir les metteurs en scène fidèles de ces 25 dernières années et le monde universitaire dans sa version recherche académique. Cogitant sur le thème de la liberté et de la gratuité, les universitaires ont fourni la matière réflexive en lien avec leurs travaux de recherche. Ensuite, le binôme s’organise comme il le veut, le metteur en scène s’occupant en général de toute la partie spectacle en engageant, par exemple, des comédiens et des comédiennes, en tournant un film, en faisant jouer les chercheurs eux-mêmes etc. La diversité des formes et des approches risque fort d’être intrigante.

Un public livré à lui-même

Dans cette envie de faire exploser les codes du théâtre, les spectateurs ne sont pas oubliés. Il sera possible d’aller et venir, de se balader d’une scène à l’autre pendant les représentations. Le public est donc lui aussi face à ses libertés : liberté de mouvement, liberté de payer ce qu’il veut, liberté de ne voir que des petits bouts de saynètes, liberté de boire un verre tout en suivant un monologue, voire de discuter avec son voisin. En s’écartant du cadre parfois rigide de la représentation théâtrale classique, la proposition peut être à la fois vue comme une tentative de renouvellement du théâtre contemporain mais aussi, paradoxalement comme un retour au source du théâtre de tréteaux où le spectateur avait tout loisir de pique-niquer, de chanter ou de parler à l’image de cette peinture de Brueghel le Jeune:

Dans ce podcast, nous avons, par ordre d’apparition sonore, les metteurs en scène Benjamin Knobil et Armand Deladoëy, le technicien du théâtre Sylvain Laramée, la chercheuse-enseignante Lise Michel (initiatrice du projet également) ainsi que Dominique Hauser, responsable et programmatrice avec Marika Buffat du théâtre La Grange de Dorigny.

Benjamin Knobil et moi-même devant l’une des 4 scènes du projet Grange25

En savoir plus sur le spectacle des 25 ans : le lien

S’abonner au podcast