Le Conseil d’Etat veut maintenir les taxes d’études au niveau actuel

Le Conseil d’Etat ne prévoit pas d’instaurer un numerus clausus pour l’accès aux études universitaires. Il croit fermement à l’augmentation de la qualité pour le plus grand nombre, ce qui permet au Canton de Vaud d’améliorer le niveau de la formation supérieur de l’ensemble de sa population. […] Comme indiqué, il revient au Conseil d’Etat de fixer le niveau des taxes d’études à l’Université. Pour la période 2012-2017, il réaffirme sa volonté de les maintenir à leur niveau actuel. Pour la HES-SO […], le Canton de Vaud défendra une position visant à maintenir inchangé le niveau des taxes d’étude.

Extrait de la réponse du Conseil d’Etat vaudois à l’interpellation de Jean Tschopp et consorts « Quelles garanties d’accès aux études à l’UNIL et dans les HES ? », rendue publique le 17 janvier 2013. Le texte intégral est disponible ici.

La FAE voit dans ces déclarations un pas dans la bonne direction, et regrette que de telles positions ne soient pas plus largement répandues au sein des autorités de tutelle des autres hautes écoles suisses.