Mind Control in french-speaking Europe (MICE): The Scientific and Cultural Reception of Behaviour Therapy in France, Switzerland and Belgium (1960-1990)

Comment circulent les savoirs et les pratiques scientifiques ? Ce projet FNS s’intéresse à l’histoire de la réception des thérapies comportementales et du béhaviorisme dans le contexte de la France, la Suisse et la Belgique. Il est principalement composé d’une équipe de quatre chercheurs : le Prof. Amouroux de l’Université de Lausanne, le Prof. Burnam de l’université de Groningen, la Dre Gerber (chercheuse séniore, UNIL) et Mme Aronov (doctorante, UNIL).

© Taton Moi?se / Unsplash

« Sommes-nous des rats ? ». C’est le titre provocateur qu’a choisi le psychologue français Serge Moscovici en 1973 pour évoquer les travaux du psychologue béhavioriste américain Burrhus F. Skinner. Cette question témoigne de l’implantation difficile des principes et des techniques issus du béhaviorisme en France comparé à ce qui s’est passé dans le monde anglo-saxon où elles ont connu un réel succès. Importées au début des années 1960, les thérapies comportementales y ont connu, jusqu’à leur hybridation avec les thérapies cognitives dans les années 1990, un développement incertain. Non seulement ces méthodes n’ont guère suscité l’intérêt du milieu « psy » francophone auprès duquel elles ont été introduites, mais leur implantation graduelle dans différents champs pratiques, de la psychiatrie à la pédagogie en passant par la santé et le bien-être au travail, ont suscité de vives polémiques dans les années 1970 et 1980.

Ce travail s’appuiera sur une série d’entretiens avec des acteurs, des observateurs et des critiques du mouvement, la consultation d’archives personnelles et d’institutions pionnières, une analyse s’appuyant sur les méthodes de la digital history qui explorera les variations des significations associées au béhaviorisme dans les revues francophones comparées aux revues anglophones, ainsi que l’analyse de la réception dans la presse grand public des productions culturelles et intellectuelles liées au béhaviorisme.

L’objectif de ce projet est de proposer une histoire sociale et culturelle des psychothérapies dans l’Europe francophone qui, au-delà de la confrontation entre psychanalyse et béhaviorisme, éclaire la place croissante prise par la psychologie dans la société.

R. Amouroux, L. Gerber, M. Aronov, J. Burnam