Pour un savoir démocratisé : l’« Interface sciences-société »

Des initiatives multiples à la croisée du monde scientifique et de la société, une équipe dynamique à l’affût de nouvelles idées, et un directeur, Alain Kaufmann, passionné par la coproduction des savoirs : voici les éléments qui contribuent au succès de l’Interface sciences-société de l’UNIL.

© Julien Goumaz ProLitteris
© Julien Goumaz ProLitteris

C’est en 2000 déjà qu’Alain Kaufmann, un ancien assistant dans notre Faculté fortement engagé dans le partage des connaissances, a posé les premiers jalons pour établir à l’UNIL des échanges durables et féconds entre le monde académique et la société, aussi bien dans le domaine des sciences de la nature que dans celui des sciences humaines et sociales. Depuis, il s’est investi dans la médiation scientifique en promouvant, en qualité de directeur de l’Interface sciences-société, des projets de collaboration variés entre les chercheurs, les musées, les écoles, les ONG, les sociétés scientifiques, les artistes. Possédant une double formation en biologie et en sociologie des sciences, il mène également des recherches relatives à la médiation scientifique, aux risques technologiques, aux enjeux sociaux de la génomique, ainsi qu’à la participation du public aux choix scientifiques et techniques.

Le nombre d’initiatives prises au fil des années par Alain Kaufmann est impressionnant, d’où une Interface extrêmement dynamique, riche et offrant un grand éventail de possibilités. Parmi les différentes activités proposées, on peut évoquer :

  • les ateliers de sciences sociales et humaines (comme par ex. les ateliers “Trouble dans le genre au XVe siècle” ou “Le cinéma à l’épreuve des camps de concentration”), qui offrent des activités de médiation en SHS pour les écoles et le grand public en collaboration avec les Facultés des lettres ou des SSP.
  • l’Eprouvette, le laboratoire public de l’UNIL qui accueille chaque année entre 5’000 et 6’000 visiteurs pour introduire familles, adultes, associations ou écoles dans les ateliers les plus variés, de l’univers de la génétique à celui de la police scientifique.
  • la Triennale, l’exposition qui a lieu sur le campus de l’UNIL jusqu’à fin 2014. Elle propose un dialogue entre la communauté scientifique et dix-neuf œuvres parsemées entre les différents bâtiments, et elle s’accompagne d’événements ponctuels permettant la rencontre entre artistes et public.
  • une synergie étroite avec Ethos. Cette plateforme de recherche interdisciplinaire et d’accueil des demandes en matière d’éthique en provenance de la société civile, se concentre sur l’éthique des soins, l’éthique des sciences et des techniques, ainsi que l’éthique de l’environnement. Les Prof. P. Roman (IP), Cl. Voelin (IP), M. Santiago (IP) en font partie.
  • Anthropos Café, un lieu de débat avec le public au sujet des savoirs actuels et des préoccupations d’aujourd’hui. Entre 20 et 30 événements sont organisés chaque année.
  • les séminaires et d’autres activités de recherche en études sociales des sciences et des techniques (STS). Les Prof. D. Vinck (ISS) et V. Barras (FBM) ont par exemple organisé des rencontres pour doctorants et chercheurs dans ce cadre.
  • la mise en place et la coordination du Réseau Romand Science et Cité qui encourage la collaboration entre plus de 30 musées romands et les hautes-écoles romandes. Le partenariat entre l’UNIL-CHUV et la Fondation Claude Verdan – Musée de la main, rendu possible par le dynamisme du Prof. F. Panese (ISS), en est un exemple. Le RRSC intervient aussi régulièrement dans les grandes manifestations de culture scientifique de la région, comme lors de l’organisation d’activités de médiation pour le Festival Science et Cité de Lausanne.

Outre son directeur, l’Interface s’appuie sur une équipe interdisciplinaire d’une quinzaine de collaborateurs, qui offre son soutien et ses compétences dans l’organisation d’exposition et d’événements de médiation scientifique, dans l’organisation de colloques transdisciplinaires, dans la constitution de partenariats et de recherches-action avec des acteurs de la société civile. Concrétiser vos idées en matière de médiation scientifique ou de coproduction des savoirs, c’est finalement l’objectif de l’ensemble de l’équipe de l’Interface science-société.

Astrid Ruffa, chargée de missions-recherche

Site web : www.unil.ch/interface

Contact et informations : afin d’être informé des activités de l’Interface sciences-société et d’être intégré dans sa liste de diffusion, il suffit d’écrire à Alain Kaufmann (alain.kaufmann@unil.ch).