Pour aller plus loin

Pistes de réflexion

Quelques pistes de réflexion pour approfondir la réflexion sur chacune des dimensions:

Economie plurielle

L’ESS promeut un dépassement de la seule logique marchande de l’économie. Elle se base notamment sur le concept d’économie plurielle qui rend compte des différentes logiques qui prévalent dans l’échange économique : marché, redistribution, ainsi que réciprocité et don. Ainsi, l’ESS valorise le mélange de logiques – marchand, non-marchand, monétaire, non-monétaire – dans la mobilisation des ressources par une organisation.

  • Comment développer des échanges qui sortent de la logique de facturation (p.ex. : prêt d’un beamer en échange de l’utilisation d’une camionnette, mise en commun de locaux ou de photocopieuses, échange de bons procédés, etc.)?
  • Comment concilier travail salarié et travail bénévole ? Comment profiter des forces de chacun et offrir des possibilités aux deux types de travailleurs.
  • Comment diversifier mes types de revenus ? Puis-je recourir à des mandats de prestations (pour le privé ou le public) ? Comment bénéficier de dons ou de subventions pour certaines contributions sociétales ?
  • Comment développer d’autres sources de revenus (fondation, prestations annexes etc.) ?

Gestion désintéressée

Un des principes cardinaux de l’ESS réside dans la primauté du projet (collectif) sur les intérêts particuliers. Ainsi, un acteur de l’ESS devrait avant tout servir les intérêts des membres ou de la collectivité plutôt que ceux d’investisseurs. Cette gestion désintéressée se traduit par la primauté de l’individu et du travail sur le capital.

  • Est-ce que je peux envisager être à lucrativité limitée, c’est-à-dire définir une rémunération maximale (en montant absolu ou en pourcentage) du capital et affecter l’excédent de bénéfices à d’autres fins ?
  • Comment est-ce que je distribue l’éventuel bénéfice ? Qui est-ce que je désire voir en profiter ?
  • Ai-je fixé des règles de répartition du capital en cas de dissolution de mon organisation ?

Autonomie de gestion

L’ESS revendique une autonomie aussi bien vis-à-vis des pouvoirs publics que de certains acteurs privés, résultant sur la capacité des acteurs ESS à pouvoir décider librement, sans aucune pression de tiers. Cette autonomie garantit ainsi la liberté d’action de l’organisation en vue d’atteindre la mission qu’elle s’est fixée.

  • Est-ce que je peux trouver des clients / financeurs additionnels pour être moins dépendant des revenus actuels ?
  • Est-ce que je peux augmenter l’autonomie du comité / conseil d’administration face aux pouvoirs publics et/ou organismes privés influents ?

Gouvernance démocratique et participative

La démocratie et la participation sont des valeurs clefs promues par l’ESS. Il s’agit, d’une part, de fonder la gouvernance sur un processus de décision qui renvoie à l’égalité des membres selon le principe d’une personne, une voix. D’autre part, cette gouvernance se veut inclusive en prenant en compte les avis de toutes les parties prenantes.

  • Comment est-ce que je peux impliquer mes employés et mes bénévoles dans certaines décisions stratégiques et/ou opérationnelles ? Qu’est-ce qui m’en retiens ?
  • Comment est-ce que je peux impliquer mes clients ou les bénéficiaires de mes prestations dans certaines décisions qui les concerneraient ?
  • Comment est-ce que je peux dynamiser et démocratiser l’assemblée annuelle pour impliquer davantage de personnes ?
  • Qu’est-ce qui me retiens de publier certains documents tels que les statuts, le rapport annuel ou le rapport financier (plus ou moins détaillé) ?

Gestion entrepreneuriale

L’ESS est marquée par une volonté d’entreprendre et d’innover. S’appropriant certaines méthodes de gestion d’entreprise, les organisations de l’ESS sont mues par une volonté d’évolution afin d’améliorer leurs prestations/services et ainsi répondre au mieux aux besoins de leurs clients et bénéficiaires.

  • Puis-je développer des projets pour améliorer mes produits/services, pour rejoindre de nouveaux clients/bénéficiaires ou encore pour adapter mon fonctionnement interne à la réalité d’aujourd’hui (et anticiper celle de demain) ?
  • Devrais-je mettre en place des outlis pour m’assurer que mes ressources sont bien utilisées et que mes projets contribuent réellement à l’idéal économique, sociale et environnemental auquel j’aspire et désire contribuer ?
  • Comment adapter mes produits ou développer de nouveaux projets afin d’offrir quelque chose qui réponde à un besoin qui n’est pas encore couvert dans ma région ?