Recherche FNS

« Le prix de la coutume. Communautés religieuses, vieillesse et évolution de la prise en charge de soins »
FNS, division I, projet n° 149678 : http://p3.snf.ch/project-149678

En Suisse, comme en France, les communautés de religieuses vieillissent. Leur moyenne d’âge augmente rendant difficile la prise en charge coutumière des âgées par les plus jeunes. L’avancée en âge se caractérise par le risque de voir survenir des atteintes à la santé, surtout après 80 ans. Jusqu’ici, dans les situations de dépendance, soit les communautés avaient recours à des professionnelles qui intervenaient chez elles, soit les religieuses âgées finissaient leur vie dans des établissements de soins de longue durée. Récemment, des communautés religieuses catholiques innovent et créent des services de soins répondant aux critères gérontologiques actuels – gérés et dirigés par des équipes professionnelles laïques – à l’intérieur des couvents.

Pour ces communautés religieuses, la sphère médico-sociale constitue autant une alliée indispensable qu’un cadre véhiculant des normes qui ne sont pas aisément adaptables au sein d’un collectif ayant ses propres règles. En outre, la dimension religieuse interfère avec les conceptions séculières du personnel soignant dans la prise en charge des soins comme dans la gestion de la maladie, de la dépendance ou de la mort. Cette recherche sociologique s’est donc attachée à recontextualiser ces transformations, à analyser leurs orientations et à mettre en évidence l’originalité des formes dès lors inventées. Dans le cadre de ce projet soutenu par le Fond national suisse de la recherche scientifique (FNS), nous avons analysé autant les contraintes issues de ces changements organisationnels que les tensions et négociations émergeant de ces nouveaux univers religieux de soins. Entre innovation institutionnelle et réorganisation des sphères de la vie sociale, l’enquête rend compte des arrangements qui s’opèrent au quotidien au sein d’institutions devenues dès lors hybrides.

Nos analyses relèvent de 3 niveaux : entre État et Congrégations (niveau macro) – entre services de soins et communautés (niveau méso) – entre professionnelles et religieuses (niveau micro). L’analyse sociohistorique de la mise en place de ces nouvelles structures a permis de rendre compte du premier niveau. Les deux autres niveaux ont été appréhendés sous l’angle des échanges réels et symboliques réalisés entre les différents acteurs en présence. Tenant compte de l’influence de deux cadres nationaux : mode de régulation Église/État, reconnaissance des droits assurantiels, mode de gestion par des professionnelles des soins, l’analyse se penche également sur le processus de sécularisation des sociétés nord occidentales. Sous l’angle des transformations contemporaines du catholicisme et de son rapport avec la société civile, l’étude met en évidence comment, dans un contexte de sécularisation des pratiques de soins, des communautés religieuses cherchent à réinvestir ce champ pour valoriser leur savoir-faire et se réapproprier leur avenir.

Cette recherche, financée par le FNS, a durée 36 mois. Nous avons choisi de mener nos investigations à l’ISRF (Institution de santé pour religieuses et religieux de Fribourg), premier et seul établissement de ce type en Suisse et dans les EHPAD (Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) des sœurs de la charité de sainte Jeanne-Antide Thouret de Besançon, en France. Ces terrains donnent à voir des structures hybrides innovantes, élaborées dans le cadre d’une négociation avec les États et se voulant adaptées aux religieuses âgées dépendants. Le caractère novateur de cette recherche tient donc au fait qu’elle se focalise sur des établissements se présentant comme des alternatives à la prise en charge coutumière. Nous avons ainsi pu rendre compte des conséquences de ces formes d’hybridation, tant pour les communautés religieuses que pour les professionnelles des soins.

L’étude met ainsi en évidence que la modification des logiques coutumières a un « prix » dont le « coût » mérite d’être estimé à l’aune des arrangements qui transforment tout autant le mode de vie au sein des communautés que les manières de soigner et gérer la vieillesse dépendante et la fin de vie dans nos sociétés contemporaines.