Entre démocratisation et professionnalisation: le Parlement suisse et ses membres de 1910 à 2016

pilotti-2017

Par Andrea Pilotti (2017), Zurich et Genève, Seismo.

Selon la Constitution helvétique, « l’Assemblée fédérale est l’autorité suprême de la Confédération, sous réserve des droits du peuple et des cantons ». Malgré cette centralité, on connaît peu l’évolution des profils des parlementaires et l’histoire des réformes du législatif fédéral.

Continuer la lecture

Pour voir la vidéo du vernissage du livre à l’Université de Lausanne, cliquez ici.

«In der Schweiz bewegen sich die Dinge langsam»

basler-zeitungnlz_logo

À l’occasion de la parution de son étude «Les femmes à la tête des grandes entreprises suisses: une analyse historique des inégalités de genre», les quotidiens Basler Zeitung et Luzerner Zeitung publient une interview avec Stéphanie Ginalski, membre de l’OBELIS.

Pour lire l’article, cliquez ici.

Pour lire l’article en format PDF de la Basler Zeitung, cliquez ici, pour celui de la Luzerner Zeitung, cliquez ici.

Femmes et quotas: les origines du retard suisse

letemps

Par Stéphanie Ginalski
Publié le 29 novembre 2016 dans Le Temps

Pour lire l’article en .pdf, cliquez ici.

Le 23 novembre, le Conseil fédéral a transmis au parlement un message visant à moderniser le droit de la société anonyme. Un enjeu central de cette réforme consiste à introduire des seuils de représentation des femmes dans les sociétés cotées, fixés à un minimum de 30% dans les conseils d’administration et 20% dans les directions générales.

Cette décision s’explique par le retard considérable accumulé par la Suisse en ce qui concerne la présence des femmes parmi les cadres supérieurs des firmes. Elle suscite cependant de vives oppositions au sein des milieux économiques. Pour mieux comprendre les enjeux du débat, il faut revenir sur les facteurs historiques à l’origine de ce retard.

Continuer la lecture de Femmes et quotas: les origines du retard suisse 

Les femmes à la tête des grandes entreprises suisses : une analyse historique des inégalités de genre

Social change in Switzerland

N°7, novembre 2016

Par Stéphanie Ginalski, Université de Lausanne

Résumé

La récente proposition du Conseil fédéral visant à introduire des quotas de femmes dans les entreprises suisses suscite de vifs débats. Cet article aborde cette question dans une perspective historique, en revenant sur les facteurs qui ont contribué à l’exclusion durable des femmes des postes de pouvoir dans les plus grandes firmes. Durant la majeure partie du 20e siècle, les élites économiques suisses constituent un bastion masculin. Le processus de recrutement des dirigeants, qui repose sur une logique de cooptation et d’entre-soi, permet d’exclure presque totalement les femmes. Dès les années 1970, certaines femmes actives en politique ouvrent une première brèche, à la suite de l’instauration du suffrage féminin au niveau fédéral, et font leur entrée dans les conseils d’administration des grandes firmes du secteur de la distribution. Puis, dès les années 1990, deux facteurs contribuent à la féminisation progressive des conseils d’administration. Le Conseil fédéral favorise une politique d’égalité de genre dans les entreprises proches de la Confédération, et le processus de globalisation et d’internationalisation de l’économie contribue à affaiblir la cohésion des élites économiques, les femmes faisant leur entrée dans certaines multinationales. La Suisse reste cependant très en retard en comparaison des pays européens.

Continuer la lecture

Les élites économiques suisses au XXe siècle

elite-book

 

 

 

 

 

 

 

Par André Mach, Thomas David, Stéphanie Ginalski et Felix Bühlmann (2016), Neuchâtel, Alphil.

En juillet 2015, Tidjane Thiam devenait directeur général du Credit Suisse. La nomination du dirigeant franco-ivoirien a eu un immense écho, un journal parlant même « d’effet Obama ». Une telle nomination aurait été impensable il y a trente ans. Ce livre offre, pour la première fois, une synthèse portant sur l’évolution du profil sociologique des dirigeants économiques et leur organisation collective en Suisse au XXe siècle. Le goût prononcé de ces derniers pour la discrétion et l’opacité des entreprises ont longtemps entravé toute étude systématique.

Continuer la lecture