Tous les articles par Pedro Araujo

The Rise of Professors of Economics and Business Studies in Switzerland: Between Scientific Reputation and Political Power

Nouvelle publication de Thierry Rossier, Felix Bühlmann et André Mach dans les Archives Européennes de Sociologie (European Journal of Sociology).

Résumé de l’article

Cet article étudie l’affirmation des professeurs d’économie politique et de gestion d’entreprise durant la seconde moitié du xx e siècle en Suisse. Il se centre sur trois types de ressources de pouvoir : positions dans la hiérarchie universitaire, réputation scientifique et positions extra-académiques dans les sphères économique et politique. A partir de données biographiques au sujet de N = 487 professeurs, il examine comment ces ressources se sont développées entre 1957 et 2000. Nos résultats montrent que les professeurs de sciences économiques ont de plus en plus de succès dans les trois dimensions étudiées – spécialement si on les compare à d’autres disciplines comme le droit ou les sciences humaines et sociales. Cette évolution semble infirmer la soi-disant incompatibilité entre le pôle scientifique et le pôle mondain du champ académique : en effet les professeurs d’économie et de gestion augmentent leur réputation scientifique tout en occupant de plus en plus de positions exécutives au sein et en dehors de l’académie. Cependant, si l’on se penche sur la dotation individuelle en capital, nous voyons que ce sont rarement les mêmes professeurs qui détiennent de manière simultanée un volume important de capital scientifique et institutionnel.

Accéder à l’article

Les femmes à la tête des grandes entreprises suisses : une analyse historique des inégalités de genre

Social change in Switzerland

N°7, novembre 2016

Par Stéphanie Ginalski, Université de Lausanne

Résumé

La récente proposition du Conseil fédéral visant à introduire des quotas de femmes dans les entreprises suisses suscite de vifs débats. Cet article aborde cette question dans une perspective historique, en revenant sur les facteurs qui ont contribué à l’exclusion durable des femmes des postes de pouvoir dans les plus grandes firmes. Durant la majeure partie du 20e siècle, les élites économiques suisses constituent un bastion masculin. Le processus de recrutement des dirigeants, qui repose sur une logique de cooptation et d’entre-soi, permet d’exclure presque totalement les femmes. Dès les années 1970, certaines femmes actives en politique ouvrent une première brèche, à la suite de l’instauration du suffrage féminin au niveau fédéral, et font leur entrée dans les conseils d’administration des grandes firmes du secteur de la distribution. Puis, dès les années 1990, deux facteurs contribuent à la féminisation progressive des conseils d’administration. Le Conseil fédéral favorise une politique d’égalité de genre dans les entreprises proches de la Confédération, et le processus de globalisation et d’internationalisation de l’économie contribue à affaiblir la cohésion des élites économiques, les femmes faisant leur entrée dans certaines multinationales. La Suisse reste cependant très en retard en comparaison des pays européens.

Continuer la lecture

Les élites économiques suisses au XXe siècle

elite-book

 

 

 

 

 

 

 

Par André Mach, Thomas David, Stéphanie Ginalski et Felix Bühlmann (2016), Neuchâtel, Alphil.

En juillet 2015, Tidjane Thiam devenait directeur général du Credit Suisse. La nomination du dirigeant franco-ivoirien a eu un immense écho, un journal parlant même « d’effet Obama ». Une telle nomination aurait été impensable il y a trente ans. Ce livre offre, pour la première fois, une synthèse portant sur l’évolution du profil sociologique des dirigeants économiques et leur organisation collective en Suisse au XXe siècle. Le goût prononcé de ces derniers pour la discrétion et l’opacité des entreprises ont longtemps entravé toute étude systématique.

Continuer la lecture

Le déclin des journalistes au sein du Parlement suisse

defacto-logo-fr

Par Andrea Pilotti, Université de Lausanne et Sarah Bütikofer, Université de Zurich
Publié le 5 octobre 2015 sur DeFacto

Le nombre de parlementaires provenant des médias a fortement baissé au cours du siècle dernier. Pendant l’entre-deux-guerres, presque un parlementaire sur quatre avait un lien avec la sphère de la presse. Dans l’Assemblée Fédérale actuelle, on ne compte qu‘une douzaine de personnes environ ayant eu une expérience professionnelle dans le journalisme.

Continuer la lecture