Un élément qui frappe au cours de la lecture de cette correspondance est le très grand nombre d’intervenants qui sont mentionnés. On en dénombre plus d’une centaine; certains sont des personnages historiques très connus comme Konrad Adenauer, Chancelier de la République fédérale d’Allemagne, d’autres le sont beaucoup moins. Comment déterminer le rôle et l’implication de chacun d’entre eux dans les premiers pas de la construction européenne? À quelle problématique historique peut-on les associer? Voilà autant de questions qui nécessiteraient un travail fastidieux si l’on venait à les attaquer avec des méthodes traditionnelles. C’est dans ce genre de cas que les méthodes informatiques brillent; leur capacité à traiter un nombre important de données en font des outils particulièrement adaptés pour dégager des informations inédites.

Bien sûr, l’interprétation de ces sources reste l’apanage de l’historien, l’ordinateur ne remplace ainsi pas l’humain, mais lui donne simplement d’autres pistes de recherche.

<- Un échange direct, allant au cœur des problèmes Méthodologie ->