Sciences humaines – Faire société aujourd’hui

Une série de rencontres sociologiques à l’occasion des 10 ans de l’Institut des sciences sociales de l’UNIL.

Santé, travail, parcours de vie ou rapports entre les hommes et les femmes: partez à la découverte des enjeux actuels de notre société, en compagnie de plusieurs chercheurs et de leurs étudiant-e-s.

Les rencontres peuvent se suivre indépendamment les unes des autres.


Dates
mardis 5, 12, 19 et 26 novembre 2019
Heures
de 14h à 16h
Prix
Entrée libre. Sans inscription.

Programme des rencontres

Mardi 5 novembre 2019, 14h -16h

Le projet «Cause commune»: une plateforme d’action et de recherche entre l’UNIL et Chavannes-près-Renens

Alain Plattet, chef de la cohésion sociale, Chavannes-près-Renens
Pr Dario Spini, psychologue social, directeur du Pôle de recherche national LIVES

La plateforme d’action et de recherche Cause Commune vise à développer une démarche participative dans les quartiers de Chavannes-près-Renens. Réunissant des acteurs sur le terrain et des chercheurs, cette plateforme participative entend améliorer, à travers des activités décidées par les habitants, la qualité sociale de la commune. Un dispositif de recherche évaluera d’une part si ces actions ont un effet durable sur les quartiers, ainsi que sur la santé des habitants qui participent ou non à ces activités.


Mardi 12 novembre, 14h-16h

Quoi de neuf chez les hommes? Masculinités et égalité des sexes

Isabel Boni Le Goff, sociologue, ISS-UNIL
Sébastien Chauvin, sociologue, ISS-UNIL

A l’ère de #MeToo et d’une remise en cause de la domination masculine dans ses différentes formes, comment se configurent les manières d’être un homme, les manières pour les hommes d’interagir entre eux et avec les femmes? Cette conférence fera un tour d’horizon de ces questions en prêtant une attention particulière aux inégalités de classe et de race entre les hommes et les masculinités, et à ses implications pour l’analyse féministe du sexisme.


Mardi 19 novembre 2019, 14h-16h

La santé aujourd’hui: entre médecine, biologie et société

Pr Umberto Simeoni, médecin pédiatre, chef du Service de pédiatrie CHUV
Dr Luca Chiapperino, philosophe et sociologue de la médecine, ISS-UNIL
Pr Francesco Panese, sociologue de la médecine et de la santé, ISS-UNIL

Le nouveau paradigme de l’origine développementale de la santé et des maladies (DOHaD) et les récentes recherches en épigénétique, terme traduisant sur le plan moléculaire les influences de l’environnement sur le fonctionnement des gènes, ravivent la très ancienne question des relations entre santé, environnement et vie sociale. Les études épidémiologiques, mais aussi expérimentales, et l’épigénétique montrent aujourd’hui que l’origine des maladies chroniques qui sont la principale cause de mortalité prématurée des adultes et celle de nombreux facteurs altérant le bien-être psychologique et social se situent en fait dans les premiers temps de la vie, et le développement: la grossesse, la première enfance et même la période pré-conceptionnelle. S’ouvre dès lors des perspectives inédites de recherche qui associent sciences humaines et sociales et biomédecine pour repenser le développement durable de l’humain grâce à des formes de prévention visant l’amélioration de la vie biologique et sociale des gens.


Mardi 26 novembre 2019, 14h-16h

Le vieillissement au travail: enjeux sociaux

Pr Nicky Le Feuvre, sociologue du travail, ISS-UNIL

A travers les pays occidentaux, il existe un très large consensus politique quant à la nécessité de « prolonger » la durée de la vie active des hommes et des femmes, notamment en raison de l’augmentation prévisible de l’espérance de vie et du coût des systèmes actuels de retraite. Sans entrer dans les fondements économiques et philosophiques d’un tel consensus, la conférence donnera un aperçu de quelques-uns des enjeux sociaux de ce prolongement recherché de la vie active.

Après une mise en perspective comparative du rapport des seniors (50+ ans) au marché du travail en Suisse et dans d’autres pays européens, nous insisterons sur quelques lignes de tensions qui caractérisent le maintien en emploi des personnes vieillissantes. Nous aborderons tour à tour la « gestion des âges » (ou de son absence) au sein des entreprises et administrations, le rôle des membres de la « génération sandwich » dans la prise en charge des personnes âgées dépendantes et des jeunes enfants, le gender gap dans le montant des retraites, et les enjeux de santé (physique et mentale) au travail.
Nous verrons que les conditions de prolongation de la vie active ne sont pas identiques pour les femmes et des hommes, pour les Suisses et les étrangers, pour les cadres et les personnes employées, pour les personnes mariées ou les célibataires. Enfin, nous nous attarderons sur les aspirations des ‘seniors’ en matière de transition à la retraite ou de maintien en emploi, en fonction du parcours de vie antérieur et des conditions de vie actuelles.