Les peintures de Sébastien Mettraux

Impossible de restituer ici la générosité avec laquelle Sébastien Mettraux a su partager ses enthousiasmes, ni les nombreuses découvertes rencontrées aux détours de ses explications: je laisse aux historiens de l’art, et à Karine Tissot du CACY en particulier (voir PDF), le soin de commenter une œuvre en devenir. Je peux en revanche transmettre un témoignage et quelques émotions…

Je me parque devant la gare qui, à elle seule, mérite le déplacement. L’impressionnante horloge marque 13h45: chouette, il me reste le temps d’admirer le bâtiment, trésors «heimatstil» chargé d’histoire et de prendre un petit café au Buffet récemment ré-ouvert. Notre président et quelques participants à la visite sont déjà sur place et devisent sur la terrasse ombragée.

La visite démarre avec l’arrivée de notre hôte, Sébastien Mettraux qui vit et travaille à la gare: une chance et un honneur, mais aussi une source d’inspiration et la possibilité de bénéficier d’assez d’espace pour créer et pour stocker ses œuvres. Il nous emmène d’abord dans son atelier et nous découvrons à la fois les entrailles du bâtiment inauguré en 1915 et le lieu de création d’un artiste contemporain capable de travailler non-stop pendant des heures entières sans quitter son nid.

Il a sorti pour nous divers œuvres et se lance avec plaisir et volubilité dans des commentaires passionnants quant à leur contexte, leur thématique, leur technique: Seb Mettraux peint, grave, sculpte, photographie et nous apprendrons qu’il est même musicien à ses heures!

Il nous parle de sa vie entre travail à l’usine et art, de ses sources d’inspiration, de l’importance des couleurs, de sa fascination pour les machines industrielles et le graphisme d’objets du quotidien : il nous ouvre son monde en nous mettant en main le fil pour relier entre elles ses diverses réalisations. Celui avec lequel il tisse avec talent une œuvre aux multiples facettes.

Patricia Dubois
Secrétaire générale de Connaissance 3