Résultats VI

Question 5

Seriez-vous prêt à soutenir une loi cantonale sur la formation continue des seniors? Sinon, quelle alternative proposeriez-vous?

Partie quantitative

Fig. 5.1: Pourcentage des réponses oui /non à la partie fermée de la question 5

Fig. 5.2: Nombre et «qualité» des réponses Q5 données par les différents partis – (rouge: non | vert: oui)

Une loi cantonale garantissant la formation continue des seniors est plébiscitée. A nouveau, cette forte majorité de «oui» doit être mise en perspective. Au travers de l’ensemble des commentaires, on perçoit que le terme «seniors» n’est pas toujours entendu comme synonyme de «retraités» (usage induit par Connaissance 3 dans son questionnaire): plusieurs commentaires laissent penser que la formation continue des seniors est d’abord entendue par les répondant-e-s comme la formation continue des travailleurs âgés (voir Fig. 5.3).

Partie qualitative

Sur les 215 questionnaires analysés, seuls 93 font ici l’objet d’un commentaire (= seulement 43% des répondant-e-s ont répondu à la partie ouverte de la question, et nous observons que de nombreux propos sont sans rapport avec la question posée.)

Fig. 5.3: Principaux types de commentaires à la question 5 et nombre par type

Début d’analyse

Plusieurs commentaires expriment une vision de la formation continue qui exclut clairement les retraités12, ou qui est vue comme une question de choix personnel [2], ou encore dans laquelle l’Etat n’a pas de rôle à jouer sinon dans le cadre de partenariat ou de soutien financier.

D’autres ne voient tout simplement pas la nécessité d’une telle loi, comme l’UDC Thierry Buttin qui relève: «Même si j’adhère à votre programme, je ne pense pas qu’il doit être régi par une loi cantonale. Il doit être financé en partie pour ceux qui le souhaitent, mais pas règlementé.»

L’intégration des seniors (et des retraités) dans une loi globale sur la formation continue, et donc une adaptation de la loi existante, semble la meilleure solution pour la plupart des répondant-e-s.

Dans un souci d’intégration des seniors (dans ces cas-là plutôt entendus comme «retraités»), un soutien aux associations d’aînés et/ou aux projets communautaires et intergénérationnels est proposé.

Lorsque «seniors» a été entendu comme «travailleurs seniors», envisager une collaboration ou une sensibilisation des entreprises et du patronat est vu comme une alternative à une loi.

Plusieurs réponses voient la formation des aînés comme un choix personnel; les organismes de formation des seniors, tels que Connaissance 3, doivent alors en porter avec eux la responsabilité [3], éventuellement avec le soutien de l’Etat. La PLR, Joséphine Byrne Garelli incite d’ailleurs tous les organismes de formation à se fédérer: «Plutôt qu’une loi, je verrais mieux une Fédération de toutes les organisations de formation qui existent, et également toutes les organisations qui peuvent aider pour se rendre aux activités. Cela pourrait passer par une plateforme informatique dont les informations seraient aussi distribuées par une newsletter. (…)»

Commentaire/position Connaissance 3

Connaissance 3 partage l’avis exprimé par bien des candidat-e-s sur le fait que la formation tout au long de la vie, et celle des retraités en particulier, devrait faire partie intégrante d’une loi générale sur la formation continue. Force est de constater cependant que, malgré la prise de position des UNI3 [4] suisses, la Loi fédérale sur la formation continue (LFCo du 20 juin 2014) omet de mentionner un droit à la formation au-delà des nécessités liées à la vie professionnelle. C’est donc pour pallier ce manque au niveau national que Connaissance 3 souhaite qu’une base légale soit introduite au niveau cantonal. Ceci permettrait à la fois de combler un coupable «oubli» dans la LFCo, de placer le canton de Vaud en tant qu’avant-gardiste dans ce domaine et de donner une base légale permettant de subventionner le travail des associations actives dans la formation des seniors.

[1] Tania Séverin, vert’libérale, écrit par exemple: «S’il est fait référence aux travailleurs seniors en emploi, il est clair que des solutions doivent être trouvées pour préserver leur employabilité, et la formation continue fait partie des solutions à mettre en place et à renforcer. En revanche, s’il est fait référence aux personnes retraitées, une loi ne me semble pas souhaitable. Favoriser l’accès à la formation, oui, soutenir des organismes offrant des formations pertinentes, oui, favoriser la promotion de la formation continue auprès des seniors, oui, mais sans agir sur le plan législatif.»
[2] Le rôle des entreprises dans la formation continue est à nouveau mentionné dans certains commentaires.
[3] A ce sujet, les propos du PLR Kurt Egli sont sans équivoque: «Les seniors doivent se souvenir des paroles de JFK « Ne demande pas ce que ton pays peut faire pour toi, demande ce que tu peux faire pour ton pays. » Donc, que les seniors se prennent en main pour créer et maintenir les institutions nécessaires.»
[4] Fédération regroupant les neufs universités des seniors suisses : http://www.uni3.ch/fr/

 

 

Comments are closed.