Les nouveaux collaborateurs du Centre informatique

Faites connaissance avec nos collègues récemment engagés.

© Vladgrin | Dreamstime.com
Ludovic D’Amore, coordinateur de support – quartier Chamberonne, Ci-UNIL

Quel chemin vous a mené au Ci ?
Ce sont mes études universitaires qui m’ont permis de travailler au Ci en tant qu’assistant-étudiant, il y a 8 ans.

L’UNIL, c’est quoi pour vous ?
Une grande institution pleine de surprises, parfois bonnes, parfois étonnantes… C’est aussi un lieu où la créativité est importante, ce qui est important pour moi.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de postuler au Ci ?
J’y ai déjà travaillé et ai apprécié le travail de support informatique de proximité. C’est donc cette bonne expérience, ainsi que l’envie de réintégrer une équipe très sympa qui m’ont donné envie de tenter un come-back.

Quel sera votre job ?
Je dois assurer la coordination du support pour le quartier Chamberonne. Ou, pour dire les choses autrement, faire en sorte que le matériel informatique fonctionne et qu’il soit au bon endroit, au bon moment et, dans les bonnes mains.

Que souhaitez-vous apporter à l’équipe ?
Sourire, dynamisme, téléphone et chocolat (et aussi de la bière, mais je ne sais pas si on ose en parler ici)…

Pourquoi avez-vous choisi une profession en rapport avec l’informatique ? Hasard, passion ou mélange des deux ?
Un mélange de hasard, passion, défis et rencontres.

« Pour moi un ordinateur a toujours été une bicyclette de l’esprit. Quelque chose qui nous transporte loin au-delà de nos propres capacités. » En s’inspirant de cette citation de Steve Jobs, quelles nouvelles formes imaginez-vous que l’ordinateur va prendre ces prochaines années, pour nous mener où ?
Il me semble que les efforts d’évolution technologique vont avant tout vers la miniaturisation. Les composants sont toujours plus petits, plus intégrés et c’est ça l’évolution qui me semble remarquable. Alors peut-être qu’un jour, nous serons en mesure d’implanter ces bicyclettes directement dans notre cerveau !

« La vie privée, une anomalie ». Que pensez-vous de cette assertion provocatrice de Vint Cerf, considéré comme l’un des pères fondateurs d’Internet actuellement « Chief Internet Evangelist » chez Google ?
La curiosité est fondamentalement humaine. Avant internet, il y avait déjà la place du village, la pause-café, les paparazzi… Maintenant il y a en plus facebook, WhatsApp et, Instagram. Alors, est-ce internet qui porte notre curiosité ou l’inverse ? …

« I think that computers have complicated lives very greatly […] The whole age of [the] computer has made it where nobody knows exactly what’s going on. » (Donald Trump, fin 2016). Trouvez-vous que l’informatique a compliqué ou simplifié nos vies ?
Chaque utilisateur aura sa propre réponse. Je crois que certains regrettent l’époque de la machine à écrire et du fax. En ce qui me concerne, je me sens tout nu dès que je n’ai plus de connexion internet.

Il paraît qu’il y a une vie en dehors du travail… un témoignage ?
Parfois difficilement, mais sans travail, il n’y a pas de vie… Alors ?!?


Hervé Galand, responsable pôle SAP, Ci-UNIL

Quel chemin vous a mené au Ci ?
Celui de la vie professionnelle et de ses concours de circonstances : un peu de hasard, le bon moment dans mon parcours, la mise en candidature d’un poste me correspondant, mais surtout mon adéquation aux besoins du Ci et de l’UNIL.

L’UNIL, c’est quoi pour vous ?
Une institution vouée à l’enseignement, la transmission du savoir. Un « Core Business » tranchant avec toutes les entreprises privées que j’ai connues sur mon parcours professionnel et ne plaçant pas le profit économique au cœur de ses objectifs. L’UNIL c’est aussi un cadre magnifique où mes 2 enfants évoluent puisque l’un achève sa 6e année de médecine et le second sa 2e à l’EPFL.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de postuler au Ci ?
Au-delà du concours de circonstances que je relatais au début de cette interview, après 30 ans passés dans le secteur privé dont 20 chez un grand éditeur suisse chamboulé par le contexte économique, c’est la volonté de changer, de vivre de nouveaux challenges et surtout de renouer avec le plaisir dans un environnement en accord avec mes valeurs personnelles.

Quel sera votre job ?
Responsable du pôle SAP.

Que souhaitez-vous apporter à l’équipe ?
Plein de choses, que ce soit pour mon pôle, le Ci ou nos clients internes : mon expérience, mes connaissances, de l’enthousiasme, de l’écoute, de nouvelles méthodes et de meilleures solutions. Ce que je souhaite avant tout c’est de favoriser le partage, solidifier l’esprit d’équipe et ainsi accentuer le sentiment de faire partie d’un tout œuvrant pour la satisfaction de nos clients. Avoir du plaisir et partager celui-ci.

Pourquoi avez-vous choisi une profession en rapport avec l’informatique ? Hasard, passion ou mélange des deux ?
En Breton que je suis, je ferai une réponse de Normand : « Ni l’un, ni l’autre, juste une évolution normale de la vie ». Je fais partie de la génération X, celle qui a fait ses débuts universitaires avec la démocratisation de l’informatique. Tout naturellement, elle s’est installée dans ma vie comme un passe-temps ludique. Pendant mes études (en ingénierie « Construction Mécanique et Production Automatisée »), l’informatique a pris de plus en plus de place en tant qu’outil pour la conception, les calculs, le pilotage des robots de fabrication… Plus tard, les ordinateurs ayant gagné quelques MB, l’informatique s’est avéré incontournable pour exploiter en temps réel les données de production, « monitorer » les moyens et diagnostiquer les problèmes. C’est ainsi que je me suis retrouvé sur l’autoroute de l’information, à suivre des systèmes, des processus et produire des bases de données et de la matière première pour la Business Intelligence…Que du bonheur !

« Pour moi un ordinateur a toujours été une bicyclette de l’esprit. Quelque chose qui nous transporte loin au-delà de nos propres capacités. » En s’inspirant de cette citation de Steve Jobs, quelles nouvelles formes imaginez-vous que l’ordinateur va prendre ces prochaines années, pour nous mener où ?
Sans prétendre être devin, juste en me basant sur son évolution durant les 40 dernières années, je suis sûr que l’ordinateur sera encore plus discret et omniprésent. Les avancées actuelles sur les technologies GRIN (anagramme de Génétique, Robotique, Internet et Nanotechnologie) vont l’amener à remplir des fonctions ou des missions que nous pouvons à peine imaginer, sous des formes encore inconcevables, et pas seulement dans le monde du digital…

« La vie privée, une anomalie ». Que pensez-vous de cette assertion provocatrice de Vint Cerf, considéré comme l’un des pères fondateurs d’Internet actuellement « Chief Internet Evangelist » chez Google ?
Au-delà des formes futures de l’ordinateur, la tendance de son évolution sera sûrement l’hyperconnexion (la connectivité omniprésente). Sa globalisation et ses nouvelles technologies vont changer encore plus nos modes de vie et nos codes sociaux. Nous avons déjà perdu beaucoup de notre vie privée et nous allons encore en perdre beaucoup. Souhaitons qu’elle ne disparaisse pas. Le bon côté c’est que nous allons sans doute gagner en transparence, en responsabilité et en honnêteté les uns envers les autres.

« I think that computers have complicated lives very greatly […] The whole age of [the] computer has made it where nobody knows exactly what’s going on.” (Donald Trump, fin 2016). Trouvez-vous que l’informatique a compliqué ou simplifié nos vies ?
Donald Trump ? Est-ce celui qui a dit en mai 2016, lors d’une interview à Good Morning America : « Part of the beauty of me is that I am very rich » ? On est habitué à ce type de déclarations elles ne sont pas le reflet de la pensée de la majorité. Mes parents ont certes vu leurs vies se complexifier par l’informatisation, mais ils ont aussi profité de ses apports. Tout est question d’ouverture d’esprit aux changements et de savoir trouver le positif dans la balance : dans leur cas particulier, le fait de maintenir un contact journalier avec leurs petits-enfants vivant à 6’000 km, de pouvoir faire à distance des démarches longues ou pénibles à leur âge et de se sentir en sécurité. En tout cas, jamais je ne les ai entendus dire « Ah! De mon temps c’était plus facile… ». Pour ma génération et celle de mes enfants, ce n’est pas une question de complexification ou de simplification, mais de vitesse, de capacité à absorber le stress induit par le rythme et la peur de ne pas savoir s’adapter.

Il paraît qu’il y a une vie en dehors du travail… un témoignage ?
Qui a dit ça ? Donald ? Trêve de plaisanteries, j’ai beau trouver du plaisir et de la motivation dans mon travail et ma vie professionnelle, ce n’est rien en comparaison de ce que m’apporte « l’autre », publique ou privée. Ma famille, mes enfants, nos amis, nos loisirs, nos voyages, nos découvertes … Ces vies sont certes de plus en plus liées, mais la clé pour leur préservation est de faire de la capacité à se déconnecter une compétence en soi. Surtout quand, comme moi, on est un geek.


Martin Le Cossec, ingénieur télécom et réseau, Ci-UNIL

Quel chemin vous a mené au Ci ?
Le hasard en quelque sorte. Je suis tombé sur l’offre d’ingénieur SRE en octobre et je me suis dit : pourquoi pas moi ?

L’UNIL, c’est quoi pour vous ?
Une université importante en Suisse (et dans le monde) située dans un cadre magnifique avec une grande variété d’enseignement. C’est aussi la porte d’entrée dans le monde du travail et le début de l’indépendance pour de nombreux étudiants.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de postuler au Ci ?
Un joli challenge par rapport à mon emploi précédent, la possibilité de travailler à 100% sur un réseau de taille importante et d’apprendre de nouvelles choses.

Quel sera votre job ?
J’intègre l’équipe télécom et réseau pour travailler sur l’automatisation et la fiabilité.

Que souhaitez-vous apporter à l’équipe ?
Mon enthousiasme et ma motivation ainsi que mon expérience dans le domaine du réseau et du WiFi.

Pourquoi avez-vous choisi une profession en rapport avec l’informatique ? Hasard, passion ou mélange des deux ?
La passion. J’ai fait mes études d’ingénieur au début des années 2000, au moment de l’explosion d’Internet (arrivée de l’ADSL). C’était un très bon moment pour se lancer (matériel abordable, information de qualité disponible, motivation).

« Pour moi, un ordinateur a toujours été une bicyclette de l’esprit. Quelque chose qui nous transporte loin au-delà de nos propres capacités. » En s’inspirant de cette citation de Steve Jobs, quelles nouvelles formes imaginez-vous que l’ordinateur va prendre ces prochaines années, pour nous mener où ?
L’ordinateur partout (IoT) et en temps qu’extension de nous-mêmes (ce qui commence à être le cas avec nos Natels).

« La vie privée, une anomalie ». Que pensez-vous de cette assertion provocatrice de Vint Cerf, considéré comme l’un des pères fondateurs d’Internet actuellement « Chief Internet Evangelist » chez Google ?
Je ne suis pas fan de l’évangile selon Google, la vie privée ma va très bien, et je pense qu’à l’ère du « tout connecté », on l’apprécie particulièrement.

« I think that computers have complicated lives very greatly […] The whole age of [the] computer has made it where nobody knows exactly what’s going on. » (Donald Trump, fin 2016). Trouvez-vous que l’informatique a compliqué ou simplifié nos vies ?
Dans l’ensemble, je trouve que l’informatique a simplifié nos vies surtout avec l’essor d’Internet, nous gagnons beaucoup de temps dans la vie de tous les jours. Maintenant, il y a un souci avec l’instantanéité et l’abondance d’informations (ou des fausses informations chères à M. Trump), pas toujours facile de suivre ou de s’y retrouver.

Il paraît qu’il y a une vie en dehors du travail… un témoignage ?
Avec 2 enfants en bas âge, cette vie n’est pas de tout repos !