Les nouveaux collaborateurs du Centre informatique

Faites connaissance avec nos collègues récemment engagés.

Photo by Belinda Fewings on Unsplash
Adriano Barenco, directeur, Ci-UNIL

Quel chemin vous a mené au Ci ?
Je ne crois pas qu’il y ait eu de chemin particulier. Juste un bon alignement de circonstances : l’ouverture d’un poste aux perspectives très intéressantes, le bon moment dans mon parcours professionnel, un peu de hasard…

L’UNIL, c’est quoi pour vous ?
Une université dans un cadre magnifique, un lieu de partage et de recherche, un lieu où encadrer et soutenir l’apprentissage et la croissance de la génération montante. C’est aussi beaucoup de souvenirs puisque j’ai étudié à l’EPFL à une époque où de nombreux cours étaient dispensés conjointement avec l’UNIL.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de postuler au Ci ?
Après plus de vingt ans dans un environnement multinational, c’est l’envie de changement, de nouveaux défis. Le fait de retrouver un environnement académique a été pour moi la cerise sur le gâteau.

Quel sera votre job ?
Je vais prendre la direction du Ci.

Que souhaitez-vous apporter à l’équipe ?
Avant tout de l’enthousiasme, mais aussi un regard différent et complémentaire sur la manière d’appréhender les enjeux auxquels notre équipe aura à faire face au cours des prochaines années.

Pourquoi avez-vous choisi une profession en rapport avec l’informatique ? Hasard, passion ou mélange des deux ?
Il est de plus en plus difficile de choisir des professions qui n’ont pas de rapport avec l’informatique… Dans mon cas, j’ai été familiarisé avec ce domaine par mon père dès mon adolescence. Mes études de physique m’ont par la suite amené à devenir un utilisateur régulier. J’y ai toujours trouvé et y trouve encore un aspect ludique : l’informatique, utilisée à bon escient, est un outil d’accompagnement extraordinaire qui nous facilite la vie.

« Pour moi un ordinateur a toujours été une bicyclette de l’esprit. Quelque chose qui nous transporte loin au-delà de nos propres capacités. » En s’inspirant de cette citation de Steve Jobs, quelles nouvelles formes imaginez-vous que l’ordinateur va prendre ces prochaines années, pour nous mener où ?
Sans boule de cristal, les formes que prendra l’ordinateur sont difficiles à imaginer. Il y a quarante ans, pour le grand public, le PC était un jouet de bricoleurs, puis il a commencé à se rendre utile, mais qui aurait à ce moment pu prédire l’émergence d’internet et la digitalisation de notre société qu’il a entrainé. Tout aussi difficile, à l’ère du cloud, de la blockchain, de l’IoT de prédire avec certitude les nouvelles formes que l’ordinateur prendra, si ce n’est qu’il devrait s’effacer et se rendre de plus en plus transparent et invisible pour ses utilisateurs.

« La vie privée, une anomalie ». Que pensez-vous de cette assertion provocatrice de Vint Cerf, considéré comme l’un des pères fondateurs d’Internet actuellement « Chief Internet Evangelist » chez Google ?
Une bonne opportunité pour tout un chacun de prouver que les évangélistes n’ont pas toujours raison. On commence, avec bonheur, à percevoir les premiers frémissements d’une prise de conscience. A chacun d’entre nous de tracer nos lignes rouges et de garder à l’esprit les conséquences de notre comportement digital sur nos vies privées…

« I think that computers have complicated lives very greatly […] The whole age of [the] computer has made it where nobody knows exactly what’s going on. » (Donald Trump, fin 2016). Trouvez-vous que l’informatique a compliqué ou simplifié nos vies ?
Le locataire de la Maison Blanche nous a habitués aux déclarations à l’emporte-pièce… On peut certes éprouver un certain vertige face à la vitesse à laquelle la technologie en général évolue. Mais, pour une personne de ma génération, la liste des simplifications que l’informatique a apportées au cours de ces dernières décennies est longue comme un jour sans pain.

Il paraît qu’il y a une vie en dehors du travail… un témoignage ?
Ma famille, mes enfants, la montagne, la nature, les voyages. Il suffit d’ouvrir la porte et la fenêtre…


Mégane Staehlin, reprographie, Ci-UNIL

Quel chemin vous a mené au Ci ?
Lorsque j’ai postulé pour la reprographie.

L’UNIL, c’est quoi pour vous ?
Tout un nouveau monde à découvrir !

Qu’est-ce qui vous a donné envie de postuler au Ci ?
Je voulais découvrir un autre aspect de mon métier (copy shop), être encore plus polyvalente. Voir une autre manière de travailler, de fonctionner.

Quel sera votre job ?
Reprographe (technologue en impression) + vente polycopiés + facturation. Beaucoup de + à découvrir 😉

Que souhaitez-vous apporter à l’équipe ?
J’aimerais apporter d’autres manières de réfléchir ou de travailler, et, je l’espère, de la bonne humeur !

Pourquoi avez-vous choisi une profession en rapport avec l’informatique ? Hasard, passion ou mélange des deux ?
De nos jours, les nouvelles technologies ne cessent de se développer et surtout d’évoluer à une vitesse folle. Il faut se renouveler et j’aime ce côté dynamique, surtout dans nos outils d’impression.

« Pour moi un ordinateur a toujours été une bicyclette de l’esprit. Quelque chose qui nous transporte loin au-delà de nos propres capacités. » En s’inspirant de cette citation de Steve Jobs, quelles nouvelles formes imaginez-vous que l’ordinateur va prendre ces prochaines années, pour nous mener où ?
En ce moment même, nous sommes connectés de partout : smartphones, tablettes, montres et bracelets connectés et j’en passe. Je ne sais pas sous quelles formes les ordinateurs vont se développer, mais en tout cas, ils seront encore plus présents dans nos routines.

« La vie privée, une anomalie ». Que pensez-vous de cette assertion provocatrice de Vint Cerf, considéré comme l’un des pères fondateurs d’Internet actuellement « Chief Internet Evangelist » chez Google ?
A l’heure actuelle, je pense que nous n’avons plus de vie privée, entre les médias, internet, … Nos traces sont partout, aussi minuscules qu’elles soient. Je pense qu’on est en droit d’en avoir une vie privée, et que c’est normal au final.

« I think that computers have complicated lives very greatly […] The whole age of [the] computer has made it where nobody knows exactly what’s going on. » (Donald Trump, fin 2016). Trouvez-vous que l’informatique a compliqué ou simplifié nos vies ?
Je pense que l’informatique a simplifié nos vies même si l’on est devenu dépendants. Il y aura toujours des points positifs et négatifs mais, grâce à ces technologies, on a pu avancer sur beaucoup de projets et simplifier des tâches du quotidien.

Il paraît qu’il y a une vie en dehors du travail… un témoignage ?
Je peux vous le confirmer sans autre 😉 J’ai un chien et un chat, du coup, j’ai assez de job en rentrant le soir. Je suis aussi une passionnée de photographie, une passion qui demande aussi beaucoup de temps et de patience.