Le Centre informatique en route vers l’avenir

par Patrice Fumasoli, rédacteur en chef, Ci-UNIL

Editorial : La Direction de l’UNIL s’engage à hisser son informatique à la hauteur des défis du 21e siècle. La démarche AGI a été lancée fin 2017.

© Bargotiphotography | Dreamstime.com

Un monde numérique en ébullition

Laptops, smartphones, tablettes, smartwatches, stylos connectés, lunettes connectées, voitures connectées et bientôt autonomes, enceintes connectées : chaque objet de l’Ancien Monde est en train de devenir « intelligent », doté d’une connexion à internet pour interagir instantanément avec le monde entier.

Qu’il est loin le temps du vivons heureux, vivons caché ! Aujourd’hui, les réseaux sociaux savent (presque) tout de nos vies, abreuvés en permanence de textes, photos et autres informations envoyées par nos téléphones et autres gadgets devenus indispensables à notre mode de vie occidental.

Une information peut désormais faire le tour de la Terre en quelques instants.

Des opportunités fantastiques pour les scientifiques de l’UNIL

Quoi de plus merveilleux pour un scientifique que de pouvoir publier le fruit de ses recherches en open access, afin de s’affranchir des contraintes matérielles et mercantiles ? Au modeste prix de quelques clics sur Serval, le fruit de son travail devient accessible aux lecteurs du monde entier. La connaissance financée par la collectivité se retrouve disponible pour la collectivité. Pour le plus grand bien de tous puisque cela contribue à l’accélération de l’innovation. Exit les contraintes de l’ère du papier, où un article ne trouvait refuge que dans quelques bibliothèques, avec une visibilité et un nombre de lecteurs simultanés limité. Bienvenue dans l’ère de l’immédiateté, de l’ubiquité et de la transparence.

Quoi de plus merveilleux pour un scientifique que de pouvoir stocker sans limites les montagnes de données numériques produites par des machines toujours plus sophistiquées, capables par exemple de décrypter le génome d’un humain en quelques jours ?

Quoi de plus merveilleux pour un historien, un politologue, un étudiant ou un simple citoyen que de pouvoir d’un geste de souris voir une carte de l’Europe changer au gré de l’époque choisie grâce au miracle des SIG, fruit de la rencontre de l’informatique et de la géographie ?

Je pourrais encore multiplier longtemps les exemples de l’apport de l’informatique dans tous les domaines scientifiques. Bio-informatique, humanités digitales, les mariages les plus surprenants et potentiellement fructueux sont en cours. Et le plus beau est que personne ne sait quelles richesses encore insoupçonnées de notre monde ces rencontres vont révéler.

L’UNIL attend beaucoup de l’informatique. Elle a besoin d’experts capables de bâtir un réseau, du stockage et de la puissance de calcul de pointe. Sans ce socle technologique, exit les fruits inattendus issus des rencontres entre les recherches des 7 facultés et les moyens informatiques.

Un Centre informatique qui veut faire encore mieux demain

Le Ci développe-t-il et héberge-t-il Serval, qui fait de l’open access une réalité pour les chercheurs de l’UNIL ? Oui, même si le logiciel et le temps de validation des articles soumis sont perfectibles. Le Ci offre-t-il des milliers de To d’espace de stockage à la communauté UNIL ? Encore oui, même si la demande en la matière est si forte qu’elle impose une fois de plus l’adoption de technologies nouvelles. Le Ci propose-t-il un help desk capable de répondre au premier contact à 65% des demandes qui lui sont adressées ? Encore oui, même si on pourrait souhaiter attendre moins de 90 secondes au téléphone avant d’avoir un helpdeskeur au bout du fil. Le Ci héberge-t-il les plus de 700 sites web de l’UNIL ? Toujours oui. Il vient même, en collaboration avec Unicom, de produire une version optimisée pour la consultation sur mobile de ces milliers de pages web qui sont la vitrine d’une UNIL qui peut ainsi communiquer au monde entier sa joie de compter son premier prix Nobel.

La Direction de l’UNIL a arrêté en automne 2017 les développements du projet gestud visant à renouveler le système de gestion des études et des étudiants car il n’avait pas produit les résultats escomptés 3 ans après son lancement. Mais pourquoi a-t-elle dans la foulée mandaté l’UCA, l’Unité de Conseil et d’Appui de l’Etat de Vaud, pour ausculter le Centre informatique de l’UNIL ? Tout simplement parce que si les services du Ci fonctionnent à satisfaction, l’épineux domaine du développement d’applications sur mesure devait être repensé. Contrairement à la sauvegarde automatique de votre PC ou de votre Mac, ou à celui du déploiement du réseau WiFi le plus performant possible en regard des technologies actuelles, quand vous développez une application, vous le faites avec un partenaire. Il ne s’agit plus seulement d’une affaire d’ingénieur. Il faut bâtir des lieux de rencontre entre les informaticiens et les facultés ou les services. Des méthodologies qui permettent d’accomplir la prouesse d’atteindre une cible mouvante existent. Elles ont déjà permis de refondre entièrement MyUNIL et de produire L’Actu. Elles seront déployées pour chaque projet qui en aura besoin.

La démarche baptisée AGI (Amélioration de la Gouvernance Informatique) va durer 3 ans. 2018 verra l’unification des ressources de développement du Ci et la création de nouveaux lieux de rencontres entre le Ci, la Direction, les facultés et les services. 2019 et 2020 seront des années de consolidation et de refonte du périmètre du Ci (oui, certaines prestations seront peut-être transférées à d’autres services, tandis que d’autres seront au contraire centralisées), où le reste de sa structure interne sera décloisonnée pour lui permettre de se réformer pour faire mieux demain, main dans la main avec toute la communauté UNIL.